samedi, 19 avril 2014

BOUTEF N'A PAS VOTER

cool.gif

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boutef, malade, tofik armée, france, usa, gb | | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

vendredi, 18 avril 2014

boutef intronisé roi d'afrique!

cool.gif20140415.jpg

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boutef, armée, follower, usa, otan, france, gb | | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

lundi, 14 avril 2014

La charge de Bouteflika contre son adversaire

http://www.itele.fr/monde/video/la-charge-de-bouteflika-contre-son-adversaire-79183

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : stone, boutef, malade, débile, non concient, espagne, crise | | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Algérie : manifestation anti-Bouteflika à Alger

http://www.itele.fr/monde/video/algerie-manifestation-anti-bouteflika-a-alger-74977

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : alger, galn, boutef, simite, israel, confiscation | | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

lundi, 07 avril 2014

tom

10154146_301900699961119_215600917_n.jpg

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boutef, toufik, kikri, obama | | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

boutef

DILEM DU 07 AVRIL 2014

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boutef, gangrene, senile, president, alger-rien | | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Le monopole de la violence

 

 

Taille du texte normale
Imprimer Envoyer à un ami Flux RSS Partager

 

 

 

C'est une simple histoire de prérogatives. Il n'y a que l'Etat qui puisse chasser des manifestants, annuler un meeting, refouler une personne, arrêter un groupe ou interdire un rassemblement. Le contraire n'est en théorie pas possible, ce qui a donné aux violentes manifestations de Béjaïa ce caractère de désobéissance civile. Mais après ? Le politologue Sellal a cru bon d’y voir la main de Benflis et du FIS, pendant que la direction de campagne du même Sellal accusait dans un communiqué le MAK, les fascistes et le mouvement Barakat. Ces analyses contradictoires, simplistes et absurdes révèlent le désarroi d'une équipe qui, chaque jour, à Relizane, Tébessa, Annaba, Marseille ou Ouargla, est perturbée dans ses tentatives de meeting, ce qui pousse d'ailleurs la direction de campagne à en annuler plusieurs.

Il est évident que le passage en force du 4e mandat au mépris du bon sens, de l'histoire, de l'alternance et de la biologie, avec un bilan de 15 ans peu crédible, crée des facteurs de colère. Arguant du monopole de la violence, les partisans de Bouteflika aimeraient bien que tout se passe dans le calme alors que les jeux sont faits, la fraude en marche, tous les moyens de l'Etat mis à la disposition du candidat adoubé et le président de la CNISEP de surveillance des élections, Belkacem Sahli, ex-ministre, a lui-même déclaré que le président Bouteflika est le meilleur président arabe.

Dès lors, la question du jeu ouvert et pacifique – «si vous n'êtes pas d'accord, votez contre» – n'a plus aucun sens. Il n'est pas intelligent de brûler une maison de la culture, mais on doit revenir à cette histoire de stabilité : est-ce la candidature de Bouteflika, un vieil homme qui parle à tout le monde sauf à son peuple, qui crée de l'instabilité, ou les Béjaouis qui sont instables ? La réponse semble évidente. Mais l'évidence n'est pas évidente pour tout le monde. C'est évident.

 

Chawki Amari

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boutef, touffik, kifkif, le kif oujda, double carburateur | | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

KIRI FELICITE LE POUVOIR ASSASSIN

5127_dilem_140404091925.jpg

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : algerie, kiri, pouvoir, boutef, armée, dictature | | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

vendredi, 28 mars 2014

PAS UN MOUSTIQUE ,SALLES VIDES!ANTI -BOUTEF

caric.jpg

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : anti, boutef, france, usa, gb, marmita, bougnoul | | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

jeudi, 27 mars 2014

Un non-événement pour les Sétifiens

 

 
Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 27.03.14 | 10h00 Réagissez

Imprimer Envoyer à un ami Flux RSS Partager

Pour de nombreux citoyens approchés, les conditions climatiques n’y sont pour rien l Cette indifférence s’apparente à une bouderie ne disant pas son nom.

Du côté de la capitale des Hauts-Plateaux, chef-lieu d’une wilaya disposant du deuxième corps électoral du pays de plus de 919 342 électeurs dont 409 513 électrices, la campagne électorale est le moins qu’on puisse dire un non-événement pour une population vaquant, comme à l’accoutumée, à ses tâches quotidiennes.
Au troisième jour, la campagne de la présidentielle ne démarre toujours pas à Aïn Fouara, où le froid glacial revient au galop. Pour de nombreux citoyens approchés, les conditions climatiques n’y sont pour rien, cette indifférence s’apparente à une bouderie ne disant pas son nom.  A travers les différentes rues et ruelles sillonnées, rien n’indique que nous sommes à quelques encablures d’une importante échéance électorale. Même les effigies des candidats se font rares.

Tout comme les «soutiens» aux deux principaux candidats, à savoir Abdelaziz Bouteflika et Ali Benflis, qui ne désirent pas s’afficher publiquement. De nombreux militants de l’ex-parti unique optent pour la même démarche : «Pour ne pas être taxés de redresseurs ou de partisans du président-candidat, le jour nous sommes avec l’un, la nuit nous optons pour l’autre. Comme les choses ne sont toujours pas claires, nous attendons le moment propice pour nous démarquer», avouent sous le couvert de l’anonymat des FLNistes tenant la canne par le milieu. Le «froid» caractérise également les alentours des permanences de candidats zappés par le citoyen lambda. Celui-ci affiche clairement son insensibilité vis-à-vis de la chose «politique» et plus particulièrement du scrutin du 17 avril prochain : «Je ne vais pas déposer un bulletin qui ne vaut absolument rien.

Sachant que nos voix sont facultatives pour nos gouvernants insensibles à notre quotidien de plus en plus difficile», dit Salim, un jeune accosté à la sortie de la grande poste. «Méprisé des années durant, on ne se rend compte de l’existence du petit peuple qu’à l’approche des échéances électorales durant lesquelles on lui promet monts et merveilles. Comme dit l’autre : ‘‘Fakou’’», peste un autre Sétifien. «Avec une vie impossible, sachant que mon pouvoir d’achat s’érode de jour en jour, la prochaine élection est le dernier de mes soucis. Qu’on le veuille ou non, Bouteflika ou Benflis, c’est kif-kif. Car ils ne sont ni plus ni moins que deux faces d’une seule et unique pièce de monnaie», tonne Mohamed, un maçon rencontré à la gare routière n’ayant de gare que le nom.  

Sur place, des jeunes de Bougaâ et d’autres localités du nord de la wilaya lancent un message : «Pour mesurer notre désarroi avec le transport en commun, nous invitons les candidats qui n’ont jamais pris un bus à faire le trajet Sétif-Bougaa-Beni Ourtilane. On ne peut donner nos voix à des gens ne se souciant guère de notre misère», martèlent nos interlocuteurs qui attendent le doublement de la voie précitée. «Ne nous parlez surtout pas du vote, un acte réservé aux citoyens jouissant de tous leurs droits. Forcés d’aller dans un hôpital datant de 1939, ne pouvant de ce fait bénéficier d’une bonne prise en charge médicale, les malades d’une wilaya de plus de 1,6 million d’habitants, n’ont pas eu droit à un 2e CHU», soulignent non sans une certaine amertume de nombreux médecins.

«Les candidats qui relèguent l’aspect historique au second plan vont-ils institutionnaliser le 8 Mai 1945 comme Journée nationale de la résistance ? Vont-ils en outre octroyer aux victimes de ces massacres le statut de martyr ?» s’interrogent des vieux qui attendent, à l’instar de tous les Algériens, une réponse claire des six candidats qui ne devront pas esquiver un sujet aussi sensible. «L’indifférence des gens est justifiée. Elle exprime ule ras-le-bol. Le Sétifien qui n’a pas vu, ces dernières années, la couleur d’un logement social n’a pas la tête aux urnes. Le blocage de nombreux autres projets importants accentue l’amertume des gens gavés par les promesses. La mise en veilleuse d’une région où 40 000 logements de différents segments ne sont toujours pas lancés ne laisse pas indifférents les électeurs», explique un
universitaire. Bref, l’ambiance est morose à Sétif, où les gens approchés ne sont pas chauds à aller le jour J placer leur bulletin dans l’urne…
 

Kamel Beniaiche

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : toufik, boutef, said, amara, tous, regime, babane, france, usa, complicité | | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

MBILISATION ANTI-BOUTEF ,ANTI-SYSTEME ,ANTI-TOUFIK

GOUVERNEMENT ALGERIEN

beni-oui-oui2.jpg64_dilem_140326115654.jpg

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boutef, barakat, généraux, armée, fln, musée | | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

mardi, 04 mars 2014

Déclaration du patrimoine du dictateur HS

5127_dilem_140302102149.jpg

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boutef, said, armée, toufik;clan, gaga | | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

lundi, 03 mars 2014

anti-boutef s'elargit

20140303.jpg

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : elargissement, anti, boutef, bandit | | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

dimanche, 02 mars 2014

le 4 eme mandat

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : algerie, boutef, toufik | | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

samedi, 01 mars 2014

sos fantomes

caric.jpg

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bill muray, boutef, ghandi, pesidentielle 2014 avril | | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

mardi, 25 février 2014

43 ans après

20140225.jpg

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pétrole, hassimessaoud, marre, boutef, 4eme madant, merde | | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

dimanche, 23 février 2014

roi mort ou vif ou congélé

BhGT0TqCMAAoSEV.jpg

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boutef, toufik, dictature supreme, france, usa, division algerie, chao, méchant, petrole | | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

samedi, 22 février 2014

no moment boutef 1er

BhGbsMzCMAAOIcd.jpghRls9rZ6egkpfBXU1N1z2czkbeE.jpg

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boutef, drs, armée, france, usa, peuplade | | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

jeudi, 20 février 2014

Bouteflika et son incapacité à gouverner : Les dangers d’un quatrième mandat

 

Périlleuse impasse. Au terme de quinze ans de règne de Abdelaziz Bouteflika, l’Algérie a atteint des niveaux de régression inquiétants. Un règne qui a fini par achever le plus irréductible des espoirs.

 

Le pays avance à pas sûrs vers l’effondrement généralisé. Des personnalités nationales, pourtant connues pour leur pondération, n’hésitent plus à qualifier la situation dans laquelle se trouve le pays de «négation de la République» et d’«Etat hors normes». Mouloud Hamrouche, avec un grand sens de la responsabilité, met en garde contre les conséquences désastreuses d’une crise qui mine le sérail. Les divergences au sein du régime algérien, violemment exacerbées et débordant les travées du pouvoir, sont les signes d’une impotence qui frappe le système politique.

Alors que les acteurs politiques les plus sérieux font un constat de blocage historique, ces derniers assurent sereinement que les éléments d’une crise structurelle sont internes. Ils sont inhérents à la nature même du système.
Abdelaziz Bouteflika, lui, persiste dans le déni. Une fuite en avant. Dans son message présidentiel, Bouteflika impute les facteurs de la crise à une sordide conspiration venue d’ailleurs et qui viserait la déstabilisation de l’Etat et de ses institutions.
Au lieu d’y faire face et d’apporter des réponses justes à une situation de crise annonçant le pire, le Président agite le classique chiffon rouge de «la menace extérieure». Le recours permanent au chantage de l’instabilité et de la peur est la démonstration éclatante de l’incapacité du régime à affronter cette situation.


Une société muselée


Bouteflika somme les Algériens de se taire, de ne pas débattre des enjeux que soulève une élection présidentielle déterminante pour l’avenir et surtout de ne pas demander des comptes.
Fidèle à la logique bonapartiste, le Président sortant cherche une fois de plus à  procéder au musellement de la société. En interdisant aux Algériens de faire de la politique, de forger, dans la liberté, une conscience capable de relever les défis qui se posent à l’Algérie, le régime de Bouteflika a condamné le pays au délitement.

Aux réformes démocratiques, Abdelaziz Bouteflika a fait le choix malheureux de l’autoritarisme.
Après trois mandats successifs à la tête de l’Etat, peut-il se placer au-dessus de la mêlée ? Sa responsabilité politique est totale dans les maux qui paralysent le pays. C’est lui qui a présidé à la caporalisation des partis politiques et de la société civile.
Le peu de crédit qui restait aux institutions de l’Etat a été laminé sous son règne. Une justice subordonnée, une administration instrumentalisée et des institutions «élues» domestiquées sont le marqueur de ses trois quinquennats.
Au plan économique, les passe-droits, l’informel et la prévarication le disputent dangereusement à la bonne gouvernance. Une corruption à l’échelle industrielle s’est installée au cœur du pouvoir. Une caste d’affairistes a prospéré à l’ombre des années Bouteflika, faisant impunément main basse sur des secteurs névralgiques aux budgets colossaux, tels que les travaux publics et l’énergie.
«L’Algérie, depuis l’indépendance, n’a jamais connu de conditions aussi favorables pour son développement qu’au cours des quinze dernières années, sa régression politique, économique, culturelle et éthique n’aura malheureusement jamais été aussi grande qu’au cours de cette même période. Cette déchéance est l’œuvre de la coterie au pouvoir qui pousse maintenant l’arrogance jusqu’à vouloir imposer un quatrième mandat dans un climat délétère», constatent Ahmed Taleb Ibrahimi, Ali Yahia Abdennour et Rachid Benyelles dans un manifeste s’opposant à un quatrième mandat.


Un pays pris en otage


Au plan diplomatique, l’échec a été retentissant. Pays pourtant stratégique dans la région, l’Algérie n’a pas pu peser dans les convulsions qui agitent le voisinage immédiat ; synonyme des limites de la «diplomatie» bouteflikienne.
Le désastreux bilan politique d’un règne antidémocratique appelle des révisions déchirantes. Reconduire le statu quo à l’occasion de l’élection présidentielle du 17 avril, c’est faire le pas de trop vers le pire. Abdelaziz Bouteflika, 77 ans – très affaibli par la maladie – en refusant de dévoiler ses intentions à quelques jours seulement de la date butoir de la clôture du dépôt de candidatures prend en otage tout un pays. La ruse est dangereuse.
Avril 2014 devrait être ce moment historique pour négocier le virage de la sortie du cycle autoritaire qui a coûté cher aux Algériens.
Les alternatives existent. Elles s’expriment à travers des propositions diverses d’un processus de changement graduel et ordonné vers un Etat de liberté et de démocratie. Le quatrième mandat sera sans nul doute un facteur aggravant de la crise. Un glissement vers la dislocation.
 

 

Hacen Ouali

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : algerie;danger, boutef, ambassadeurs;en attente, peuplade | | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

no moment ?

20140220.jpg

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : no moment, boutef, clan, algerie, france, chirac, valerie, colon | | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Monsieur 100%

 

 

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

A 7 heures, il est déjà dehors à donner son premier coup de téléphone pour dire qu'il arrive. Un coup d'œil à son portable, chargé à 100%, et il s'enfonce dans l'infernale circulation. A 8 heures, il est au bureau pour amorcer sa première réunion, à l'ordre du jour, la dynamique liée aux moyens disponibles. Il reçoit l'appel d'un collaborateur inquiet d'une déperdition d'énergie au niveau central, qu'il gère en quelques minutes. La batterie de son téléphone affiche 95%, il se sent en forme et enchaîne sur la rédaction d'un dossier concernant les problèmes d'approvisionnement. Après trois appels de son supérieur, il dirige une conférence audio avec ses deux assistants. Coup d'œil sur son téléphone : la charge est à 75%. Il est déjà midi, le temps d'appeler son ami et le déjeuner est vite avalé. La digestion lui donne un petit coup de barre, son téléphone aussi n'affiche plus que trois barres, soit environ 60%.

Légère baisse de forme, il retourne au bureau et s'installe. Café, puis un appel de son cousin coincé pour un papier administratif l'oblige à donner quatre coups de téléphone. Résultat : plus que 45% sur sa batterie. Un autre café, quelques SMS de confirmation, une note rédigée et sa batterie est à 30%. Sa maîtresse l'appelle, ils parlent 30 minutes, elle lui coûte 10% de charge. Puis plus qu'une barre, soit environ 20%, une nouvelle réunion s'improvise, il est déjà 16 heures. Sa femme l'appelle, il la rassure, oui il l'aime, mais n'a plus que 10%. 17 heures, il sort du bureau en trombe et reprend sa voiture, sa batterie est à 5%. Il démarre et, à quelques centaines de mètres de chez lui, un appel, il ne répond pas, plus que 3%. Il stresse, il arrive devant chez lui, se gare. 2%. Il ferme sa voiture à distance et monte.1%. Il ouvre la porte, pose ses affaires, sa batterie est à zéro. Il branche son portable sur son chargeur
et va dormir. L'Algérie est un pays épuisant.

 

Chawki Amari

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : monsieur 100%, france, usa, boutef, said, amraoua, toufik | | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

mardi, 18 février 2014

meme le sinistre du culte musulman est corrumpu

caric.jpg

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : wakf, trafiquant, bougnoule, guignole, boutef, drs, toufik, algerie | | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

no moment

DILEM DU 17 FEVRIER 2014

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amarab, complice, boutef, france;usa, tordu, corruption | | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

no moment

20140218.jpg

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : saidani, paix, toufik, manigance, usa, france, boutef | | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

vendredi, 14 février 2014

L’Observatoire des droits de l’Homme réagit à la recrudescence des enlèvements

 

“Garantir la sécurité des citoyens est le devoir de l’État”

Par : Kouceila Tighilt

L’Observatoire des droits de l’Homme de la wilaya de Tizi Ouzou a réagi avant-hier, dans un communiqué rendu public, au climat d’insécurité qui prévaut dans la wilaya de Tizi Ouzou, une région qui enregistre une recrudescence inquiétante du nombre d’enlèvements et actes criminels. “L’ODH de Tizi Ouzou a appris avec consternation et surtout avec colère qu’un jeune âgé de 22 ans, K. Hocine, a été enlevé par un groupe armé, dimanche 9 février, dans la commune de Maâtkas. La wilaya de Tizi Ouzou enregistre son 77e kidnapping. Si Hocine a été libéré par ses ravisseurs, ce qui, malheureusement, n’a pas été le cas d’Amirouche Mebarek, un commerçant de 38 ans d’Ath Zmenzer, retrouvé mort mercredi 29 janvier, six jours après son enlèvement”, écrit l’Observatoire des droits de l’Homme, qui rappelle, au passage, le cas de Z. L., un chauffeur de taxi, retrouvé assassiné à Boghni mardi 4 février. Un acte criminel qui vient rallonger le nombre d’agressions et d’attaques à main armée dans la région, ajoute l’ODH, estimant que “la sécurité est un droit élémentaire consacré par les textes internationaux ratifiés par l’Algérie. Garantir la sécurité des citoyens et de leurs biens est le devoir de l’État, comme le stipule l’article 24 de la Constitution algérienne. L’État est responsable de la sécurité des personnes et des biens. Il assure la protection de tout citoyen à l’étranger”. Avec ce 77e enlèvement, il apparaît que l’État algérien, ajoute l’Observatoire des droits de l’Homme, “a failli dans la protection de ses citoyens, engendrant un climat d’insécurité qui ne peut rester sans conséquence. Inquiet de cette situation, l’ODH de Tizi Ouzou dénonce avec vigueur le mutisme et le laxisme des autorités tout en les appelant à assumer leurs responsabilités, en garantissant la protection des citoyens et à mettre un terme aux enlèvements et à l’insécurité”.

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dictature, police, geendarmerie, armée, boutef, toufik, pouvoir, france, usa, occidentaux | | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Ils sont de plus en plus nombreux à s’opposer à une reconduction de Bouteflika

 

 

Le quatrième mandat du dissensus

Par : Karim Kebir

Elles sont de plus en plus nombreuses les voix hostiles à un quatrième mandat du président Bouteflika. Le concert pour un changement à la tête de l’État s’est étoffé au fil des mois, même si le Président garde l’essentiel de ses soutiens.
Dernière sortie en date, celle du général en retraite Hocine Benhadid hier qui a appelé le président Abdelaziz Bouteflika à partir “dignement” sans briguer de 4e mandat. “Voilà ce que je demande au président Bouteflika : il est venu avec le slogan (...) ‘fierté et dignité’, alors qu'il se retire avec (ce) slogan (...), dignement et laisse l'Algérie reprendre son souffle”, a déclaré M. Benhadid, ancien patron d'une des régions militaires, dans un entretien avec les quotidiens El Watan et El Khabar. Pour cet officier qui dit s'exprimer au nom de plusieurs collègues, cette personne “malade” et “otage de son entourage (...) ne peut garantir la stabilité” du pays.
Selon lui, le frère du Président, Saïd Bouteflika est “le premier et principal acteur” du clan présidentiel, tandis que “le chef d'état-major n'a aucune crédibilité et personne ne le porte dans son cœur”. Deux jours plus tôt, trois personnalités nationales et non des moindres, Me Ali Yahia Abdennour, Ahmed Taleb-Ibrahimi et le général à la retraite, Rachid Benyellès, se sont prononcés contre un éventuel quatrième mandat du Président qu’appellent de leur vœux ses multiples soutiens. “Nous, signataires de la présente déclaration, disons non à un quatrième mandat de M. Bouteflika et appelons toutes les forces saines de la nation — notamment celles attachées à la justice sociale et à la moralisation de la vie politique — à exprimer leur refus par tous le moyens pacifiques qu’ils jugent utiles : prises de position individuelles et collectives, recueil de signatures, pétitions, déclarations, appels, etc., comme nous leur demandons, en cas de maintien de cette candidature, de boycotter massivement le simulacre de l’élection que le pouvoir en place projette de tenir”, ont-ils écrit dans une déclaration rendue publique avant-hier.
Cette salve intervient au lendemain de la tempête politico-médiatique provoquée par les propos du secrétaire général du FLN, Amar Saâdani, au site TSA, et dans lesquels il chargeait le patron des services de renseignement, accusé à demi-mot de “s’opposer à un quatrième mandat du président Bouteflika”. Quelques jours plus tôt, c’est le RCD qui sonnait le tocsin. “Les réformes promises au début de l’année 2011 et la révision de la Constitution mille fois annoncée ont été réduites à des artifices visant à pérenniser un pouvoir politique condamné par l’Histoire. L’incapacité manifeste du chef de l’État à assumer depuis fort longtemps ses fonctions signe la déchéance du système et appelle à une alternative crédible.
Les suppliques à un mandat supplémentaire marquent le paroxysme de la régression sur fond d’indignité”, relevait le RCD dans les résolutions de son conseil national. “Le Mouvement (MSP) est contre sa présentation (à l’élection présidentielle, ndlr), compte tenu de notre position politique appelant à la limitation des mandats présidentiels”, soutenait, pour sa part, dans un entretien à un confrère le président du MSP, Abderazak Makri. Ancien ministre et cadre du RND, Nouredine Bahbouh, à la tête d’une nouvelle formation politique créée à la faveur de la nouvelle loi sur les partis, a estimé lundi au Forum de Liberté qu’“un quatrième mandat risque de mener le pays vers le chaos”. Même constat chez Mohand Tahar Yala, général en retraite et candidat à la prochaine élection présidentielle. “Le système Bouteflika a créé un véritable gouffre entre le citoyen et le pouvoir, et déstabilisé l’Algérie sur le plan politique et social”, estime-t-il.
Figure emblématique de la Révolution, Djamila Bouhired avait prononcé en novembre dernier un violent réquisitoire contre Bouteflika. “Si Abdelaziz Bouteflika se présente pour un quatrième mandat, je descendrai dans
la rue pour manifester contre lui”, avait déclaré Djamila Bouhired au journal El Qods El Arabi. Elle avait ajouté qu’“elle descendra dans la rue pour aussi dénoncer le mal fait à l’Algérie”.
Peu avant son départ inattendu de la tête du RND, l’ancien chef de gouvernement, Ouyahia, s’était déjà interrogé si un nouveau bail pour Bouteflika pouvait servir l’Algérie. Si, en 2004 et 2009, des voix éparses s’étaient élevées pour éviter une reconduction de Bouteflika à la magistrature suprême, la liste des mécontents du règne de 15 ans de Bouteflika est de loin plus importante à la veille de cette élection présidentielle pas comme les autres. Elle serait même appelée à s’élargir dans les prochains jours.

K. K

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : peuple, opposition, 4eme mandats, non, boutef | | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

mercredi, 12 février 2014

Déclaration. Non à un quatrième mandat.dictature extreme!!

 

 

 

Benyellès 3Ali Yahia4Taleb AhmedAprès avoir bafoué la Constitution qui limitait le nombre de législatures à deux mandats, voilà que le clan au pouvoir veut reconduire M. Bouteflika  -arrivé illégitimement au pouvoir en 1999- pour un 4ème mandat consécutif. C’est une négation de la République et du  sacro-saint principe de l’alternance au pouvoir,  une offense à la mémoire de ceux de nos compatriotes  qui ont sacrifié leur vie pour l’indépendance du pays et une marque de mépris pour les citoyens que nous sommes. Sauf réaction significative de la société civile et politique, M. Bouteflika sera maintenu à la tête de l’Etat au titre d’une parodie d’élection identique à  toutes celles que nous avons connu dans le passé, et ce, malgré son âge avancé, son état de santé déplorable  et le  bilan fort contestable des quinze dernières années. Un bilan d’autant plus inexcusable que l’Algérie aura connu au cours de cette période, une conjoncture exceptionnellement favorable,   celle d’une paix civile retrouvée grâce à la population qui a rejeté et l’extrémisme et l’éradication, celle d’une pluviométrie providentielle et celle d’une embellie extraordinaire des cours du pétrole. Les recettes pétrolières colossales  perçues durant cette période ont été dilapidées à l’exception d’une partie bloquée en bons de trésor,  pour le seul bénéfice de l’économie américaine.

 

Au lieu d’utiliser la manne tombée du ciel pour bâtir une économie  de substitution à l’économie rentière des hydrocarbures et propulser l’Algérie au rang des pays émergeants, le régime de M. Bouteflika a choisi d’engager le pays sur la voie qui lui permet de rester au pouvoir en  achetant la paix sociale avec l’argent du pétrole. Pour ce faire, il a inondé le marché de produits d’importation et passé des contrats faramineux avec des entreprises étrangères de travaux et de prestation de service, à la grande satisfaction d’une faune d’affairistes de tous acabits et de tous bords.  Des contrats qui  ont donné systématiquement lieu à des commissions exorbitantes au profit des contractants nationaux et de  leurs intermédiaires à travers le monde.  Des fortunes  colossales se sont ainsi bâties sur le vol et la prévarication au détriment du Trésor algérien.

 

Le pillage des recettes provenant de l’exportation des hydrocarbures  au cours de ces  années funestes pour l’intérêt du pays, a été accompagné  par une surexploitation criminelle de nos gisements pétroliers pourtant bien connus pour la modestie de leurs réserves   en  comparaison avec celles des Etas pétroliers de la région. Une surexploitation qui a accéléré le processus d’épuisement déjà largement entamé, ce qui expose la nouvelle génération d’Algériens à de graves problèmes de ressources.

 

Peu de projets productifs ont vu le jour durant les quinze dernières années et le peu qui restait encore de l’ancien appareil de production a été démantelé pour laisser place nette aux barons de l’importation qui ont fait des Algériens une population d’assistés ayant perdu le sens de l’entreprise, ne produisant plus rien et attendant tout de l’extérieur, et vivotant dans un Etat en queue de classement dans tous les rapports  publiés périodiquement par les institutions internationales.

 

Un Etat déliquescent caractérisé par une administration budgétivore  et incompétente, une bureaucratie étouffante, des services publics défaillants, une économie dominée par les activités informelles, la spéculation,  la fraude,  l’évasion fiscale et monétaire. Un Etat hors normes, profondément gangréné par la corruption (aggravée par l’impunité), et totalement déconsidéré aux plans régional et international. Un Etat incapable de protéger sa population contre les tonnes de kif qu’un pays voisin, connu pour sa politique expansionniste et son bellicisme à l’égard de l’Algérie,  déverse  quotidiennement sur nous,  sans que le pouvoir en place ne réagisse. C’est une véritable « guerre de l’opium » que ce pays mène contre nous, une guerre qui fait des ravages dans  la jeunesse algérienne et menace la  République dans son intégrité territoriale.

 

Alors que  l’Algérie, depuis l’Indépendance, n’a jamais connu de conditions aussi favorables pour son développement qu’au cours des quinze dernières années, sa régression politique, économique, culturelle et éthique  n’aura malheureusement,  jamais été aussi grande qu’au cours de cette même période.  Cette déchéance est l’œuvre de la côterie au pouvoir qui pousse maintenant l’arrogance jusqu’à vouloir imposer un quatrième mandat dans un climat délétère aggravé par une situation explosive dans le sud du pays et des déclarations irresponsables faites hélas au nom du FLN.

 

Aussi, et devant le viol qu’il s’apprête à faire subir une nouvelle fois à notre peuple,  nous, signataires de cette Déclaration, considérons qu’il est de notre devoir, devant Dieu et le peuple algérien, de dénoncer publiquement et solennellement, ses dérives politiques et morales inacceptables, sa gestion désastreuse des affaires de l’Etat et son immobilisme face au développement du régionalisme, du communautarisme et des forces centrifuges qui menacent le pays d’éclatement.

 

Nous signataires de la présente Déclaration, disons non à une quatrième candidature de M. Bouteflika et appelons toutes les forces saines du pays- et notamment celles attachées à la justice sociale et à la moralisation de la vie politique- à exprimer  leur refus par tous les moyens pacifiques qu’ils jugent utiles : prises de position individuelles et collectives, recueils de signatures, pétitions, déclarations, appels, etc., comme nous leurs demandons, en cas de maintien de cette candidature, de boycotter massivement le simulacre d’élections que le pouvoir en place projette de tenir. La prochaine échéance électorale doit être l’occasion d’exiger une refondation des institutions afin que la situation que l’Algérie a connue durant les quinze dernières années  ne se reproduise plus jamais et pour que la candidature  à la magistrature suprême ne soit dorénavant permise qu’aux seuls dirigeants  dans la force de l’âge, en pleine possession de leurs capacités physiques et intellectuelles, et cela, à  l’exemple de  tous les pays qui comptent   dans le monde.

 

Alger le 10 février 2014

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : drs, boutef, said ambassade, usa, gia, barakate | | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

mardi, 11 février 2014

porté disparu et invisible mais said est bien visible

20140211.jpg

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boutef, toufik, said, coup, cia, france, comedie | | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

lundi, 10 février 2014

#Algerie L'indépendance confisquée

N’est-il pas temps de donner son premier mandat au peuple algérien après cinquante ans d’indépendance ?

Fersaoui Abdelouahab

Les soulèvements populaires qu’ont connus les pays du Maghreb et du Machrek ont apporté un changement au paysage politique de la région qui a connu la chute de quelques dictateurs. En Algérie, les mouvements de contestation de janvier 2011 ont poussé le pouvoir, par le biais du président Bouteflika, à annoncer une série de réformes dites démocratiques. Malheureusement, ce mirage de réformes n’est en réalité qu’un recul et une régression des espaces et de la pratique démocratique payés par le sang des jeunes d’octobre 1988. Le contenu répressif, anticonstitutionnel et antidémocratique de la loi 12/06 relative aux associations a été à l’origine d’une mobilisation de quelques acteurs associatifs pour contester cette loi jugée liberticide et scélérate. Une pétition a été lancée par un collectif d’associations pour l’abrogation de cette loi, d’autres actions de sensibilisation et de plaidoirie sont envisagées.

A mes yeux, c’était une dynamique prometteuse à laquelle je crois toujours. Quelles que soient nos opinions et nos sensibilités politiques, l’abrogation de la nouvelle loi sur les associations est le dénominateur commun vers lequel nous devons tous converger. Il est toutefois important de rappeler que les associations et la société civile, en tant que forces de veille, de proposition et de mobilisation, doivent être un acteur central dans l’élaboration et la mise en œuvre de politiques publiques visant le développement social, économique et démocratique. Tout comme dans les démocraties du monde qui reconnaissent la démocratie participative, il revient de droit à la société civile de s’exprimer d’une manière libre et autonome sur des questions d’actualité. Elle sert aussi à relever et à signaler, en toute liberté, les carences politiques et sociales. Elle doit participer au contrôle, à l’évaluation des politiques publiques et faire émerger un contre-pouvoir indépendant du pouvoir réel.

Hélas, la réalité est tout autre. Le pouvoir algérien, comme tout pouvoir autoritaire à façade démocratique craignant la culture du dialogue, solidifie et consolide sa pédagogie dictatoriale en verrouillant tous les espaces de débat. Tout cela me mène à dire que toute tentative pour reconquérir les espaces de libre expression doit passer par une mobilisation des forces politiques, sociales et intellectuelles car la nature a horreur du vide, le système puise sa force dans nos faiblesses.

Dans cette conjoncture difficile, le défi pour la société civile algérienne ne se réduit pas à une campagne pour l’abrogation d’une loi aussi importante soit cette campagne à mener. Elle doit se hisser à l’image de la société civile tunisienne qui a su encadrer, orienter et préserver sa révolution. L’adoption d’une Constitution issue d’une constituante démocratiquement élue en est le résultat, nous devons nous en inspirer.

Malgré l’utilisation de la rente pétrolière dilapidée pour se payer une base sociale par le biais du clientélisme, de la corruption et des appareils idéologiques qui sont à son service, le pouvoir est en panne de perspectives. La détérioration de l’état de santé du président, et la lutte des clans au détriment de l’intérêt général du pays qui n’est aujourd’hui un secret pour personne, ont mélangé les cartes des décideurs. Ajoutons à cela les mutations qu’a connues la région à travers les soulèvements populaires, les problèmes politiques et socio-économiques, les contestations cycliques sur le territoire national, l’instabilité aux frontières et les violences qui endeuillent la vallée du M’zab et d’autres régions du pays, ces évènements risquent de prendre des proportions dangereuses sur la cohésion sociale et l’unité nationale.

À trois mois de l’élection présidentielle, le paysage politique est marqué par un flou et une démobilisation totale, malgré l’importance de cette échéance qui vient dans un contexte national et régional exceptionnel où le pays a besoin de toutes ses forces vives pour amorcer un processus de transition sérieux, rassembleur et déterminé vers une véritable démocratie et vers un État de droit consolidé par  des institutions fortes qui respectent la souveraineté populaire.

On est à une époque, un moment où le politique est en pleine régression, le débat national est bipolarisé sur la candidature ou non de M. Bouteflika, alors que la seule question qu’il faut se poser est la suivante : « N’est-il pas temps de donner son premier mandat au peuple algérien après cinquante ans d’indépendance ? » Car la non candidature de Bouteflika n’est pas suffisante et ne garantit pas le changement. Loin de la volonté du peuple, le pouvoir en place cherchant à se pérenniser avec Bouteflika ou avec quelqu’un d’autre.

D’un autre côté, la passivité de la société civile, société politique et intellectuelle ne peut que donner de l’opportunité au régime de prolonger sa vie au détriment de l’intérêt général du peuple algérien, et de reporter le  changement souhaité  et longuement attendu par les Algériens  une nouvelle fois à une autre date inconnue.

Face à ce statu quo du pays et le contexte régional, le changement est impératif, on ne peut pas nager longtemps à contre-courant, la prochaine élection présidentielle devrait être une opportunité de sortie de crise à saisir à la fois par le peuple algérien et le pouvoir en place qui a atteint ses limites.  

L’ouverture effective du champ politique et médiatique, la garantie de toutes les libertés individuelles et collectives et le respect de la volonté du peuple algérien sont des préalables indispensables pour assurer une solution politique globale avec la concertation et la participation de toutes les forces crédibles. Pour cela, il est temps que les forces vives, démocratiques et progressistes dépassent leurs divergences d’hier, et s’unissent autour des souffrances d’aujourd’hui et les espoirs de demain.

L’enjeu actuel consiste à se concerter et à tracer une stratégie de lutte commune. A mon avis, il est temps d’organiser et de reconstruire les forces politiques et sociales, de les adapter aux exigences de la conjoncture actuelle et aux besoins et aspirations du peuple algérien qui aspire à exercer sa citoyenneté pleine et entière.

Secrétaire général du Rassemblement action jeunesse* (RAJ)

 

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : usa, france, val de grace, drs, boutef, gia | | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |

Prédation et pouvoir

Par : Mustapha Hammouche

L’ancien ministre de la Justice a révélé, sans susciter de démenti, que Saâdani l’a appelé, le jour même de son intronisation, le 29 août dernier, en tant que secrétaire général du FLN pour lui demander “amicalement” d’extirper le nom de Chakib Khelil de l’affaire Sonatrach 2.
D’autres “personnalités”, ayant été citées dans des affaires de malversations, ont vu récemment leurs noms retirés du dossier qui les impliquait. Sur presque tous les procès traitant, ces dernières années, de crimes économiques, planaient ainsi des noms de “personnalités” ayant délégué à des lampistes la peine de payer pour eux. Il n’y a pas que l’affaire Khalifa qui ait laissé l’impression d’un procès pour menu fretin. La vox populi n’est d’ailleurs pas dupe de cette pratique et ne fait plus mystère de ses bénéficiaires dans ses discussions.
L’impunité a permis à des torrents de transferts plus ou moins douteux de faire prospérer une puissante caste composée de fortunes dont l’ampleur et l’origine constituent, pour l’opinion générale, un secret de Polichinelle. Mais il n’y a pas que la position de pouvoir qui autorise ce genre d’enrichissements illicites, rapides et démesurés. Des ordonnateurs peuvent, forts de leurs prérogatives, engraisser des proches qui servent de prête-noms à leurs propres combines ou des relations qu’ils utilisent ensuite comme sponsors de campagne. Le gré à gré est la formule toute indiquée pour perpétrer cette espèce de procédé du “tiers payant” au bénéfice d’un “entreprenariat choisi”.
Parallèlement, l’enrichissement “spontané” a été banalisé, et il est devenu, peu à peu, socialement amoral de s’interroger sur l’origine des richesses privées. Dans un pernicieux processus de “démocratisation” progressive de la débrouille, de l’activité économique et du commerce parallèles, du viol de la réglementation, la question du procédé d’enrichissement ne se pose plus. Dans une telle culture peuvent alors s’engouffrer les “réussites” les plus coupables.
Il semble que ces fortunes providentielles aient acquis un niveau de puissance et de structuration politique les poussant à ambitionner le monopole du pouvoir politique. Les premiers signes de ce mariage pouvoir-argent se révèlent dans le rôle devenu décisif des finances dans les campagnes électorales. Mais la preuve la plus éclatante fut celle délivrée par les élections sénatoriales de décembre 2009 : les voix des “grands électeurs” furent tarifiées. À cette occasion, le RND, par la voix de Miloud Chorfi, et le FLN, par la voix de Bouhadja, reconnurent indirectement la commercialisation des sièges de sénateurs en déclarant que “la vente des voix est un acte de corruption” que l’un et l’autre condamnaient.
Le même Bouhadja et ses compagnons se retrouvent, aujourd’hui, dépassés par ce que des responsables du parti appellent eux-mêmes le  “clan des milliardaires”. Inutile de lister la composante de ce clan ou de rappeler la rapidité suspecte de l’enrichissement de la plupart de ses membres et la fulgurance de leur essor politique !
Le fléau du détournement et de la corruption est une permanence du système algérien. Sa première “constante”. Ses effets sont tels qu’aujourd’hui, l’argent mal acquis conteste leur influence aux pouvoirs institutionnels traditionnels et se pose en prétendant au monopole du pouvoir.

Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : prédation, pouvoir, said, drif, ali, zohra, boutef, malade, toufik, invisible | | | Digg! Digg |  Facebook | |  Imprimer |