Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • L’Algérie, un modèle pour les armées arabes

    Les janviéristes algériens sont-ils des héros pour les régimes arabes?

     

    Kamel Daoud

     

    In SlateAfrique

     

    26 juin 012

     

    C’est simple. Les octobristes sont les milliers de jeunes Algériens (moyenne d’âge entre 15 et 25 ans) qui se sont soulevés le 5 octobre 1988 contre le régime algérien. A l’époque, l’armée avait tiré sur eux, les islamistes les ont récupérés. Durant ce mois, des émeutes et des rebellions éclatent dans les principales villes de l’Algérie.

     

    Les jeunes s’attaquent aux symboles du régime, les Souk El-Fellah (grandes surfaces socialistes de grande distribution alimentaires, sur le model URSS), les commissariats et les sièges du parti unique, le FLN. Le régime proclame alors l’état de siège le 6 octobre, tire sur la foule et un général prend les rênes du pays: Khaled Nezzar. Embusqué derrière un président affaibli, presque «dégagé» et qui le sera quelques années plus tard: Chadli Benjedid.

     

    Bilan du «printemps algérien»?

     

    Presque 500 morts, des milliers de torturés, arrêtés et les premiers «disparus». Le traumatisme est lourd: l’armée qui dit avoir libéré le pays des Français, tire sur le peuple qui l’admirait. Les octobristes sont donc ces jeunes d’octobre 88. Aujourd’hui, ils sont vieux, blessés ou consternés. Pour rappel, le régime les a indemnisé, mais sans jamais reconnaitre ses torts: les jeunes d’octobre ou leurs familles sont classés sous la rubrique «accident de travail» par les services sociaux et indemnisés en tant que tel. Les généraux qui ont tiré sur la foule ne seront pas inquiétés ou jugés. Jamais.

     

    Les novembristes? Se sont les plus vieux. Ceux qui ont fait la guerre de libération déclenchée le 1 novembre 1954. Novembre est donc un mois sacré, comme le ramadan. L’un par l’histoire, l’autre par la religion. Novembre représente les vétérans de guerre, les anciens moudjahiddines, les conservateurs, le temple, le capital idéologique du régime, le nationalisme et la caste des plus de 70 ans aux leviers de commande.

     

    Les novembristes ont des rentes immenses, l’un des plus gros budgets de l’Etat à chaque loi de finance, des monopoles commerciaux, des licences d’exploitation. Dans les grandes écoles et pour les concours d’accès universitaires ou d’emploi, la loi leur donne ou donne à leurs descendants la priorité et une «avance» de points.
    Scandale des faux combattants

     

    Lors des grandes compressions et des licenciements de travailleurs par milliers durant la crise des années 1990, les novembristes et leurs enfants étaient les derniers, sinon jamais, licenciés ou obligés à quitter les entreprises publiques moribondes. Combien sont-ils? Grand débat en Algérie: c’est le seul pays où le chiffre des anciens qui ont fait la guerre augmente avec le temps, au lieu de diminuer. D’où ce scandale mou algérien: celui des faux anciens combattant, et qui n’a jamais été suivi d’enquête sérieuse: le régime est assis sur cette branche justement. Un algérien, fonctionnaire de la justice osera en rendre publique les dossiers: Benyoucef Mellouk le payera lourdement par un harcèlement judicaire qui dure depuis 18 ans!

     

    Les janviéristes? Se sont une poignée de généraux et de hauts officiers de l’armée algérienne qui ont « démissionné » Chadli Benjedid en janvier 1992, et décidé de dissoudre le parlement islamiste issu des élections de 1991, et d’interrompre le processus électoral qui a vu les islamistes du FIS (front islamique du Salut ) se faire élire par les Algériens post 0tobre 1988. C’est-à-dire après le printemps algérien de cette époque comme on le dit aujourd’hui.

     

    Qui sont-ils au juste les janviéristes? Les têtes de liste: Khaled Nezzar patron de l’armée quand l’armée a tiré sur les algériens en octobre 1988. Ensuite d’autres: Mohammed Medien, alias Toufik encore au commande du pays aujourd’hui. Larbi Belkheir, alias «le cerveau» selon l’humour algérien, décédé en janvier 2010 après avoir été éloigné comme ambassadeur au Maroc.

     

    Mohammed Lamari, présenté comme le chef de file de l’aile la plus anti-islamiste de l’Algérie. Il sera éloigné lui aussi après l’élection de Bouteflika. Il meurt lui aussi février 2012. On peut aussi joindre à la table du salon Abdelmalek Guenaizia, qui sera nommé vice-ministre de l’armée algérienne, puisque le ministre est un Bouteflika méfiant qui refuse qu’il existe un ministre de la défense justement, capable de le renverser. Et, en dernier, Mohammed Touati. Le cercle a un nom selon la culture politique algérienne : les décideurs. Ceux qui décideront du départ de Chadli, de la décennie noire, de faire la guerre ou pas, de fabriquer un président ou de le renvoyer.

     

    Dans la culture politique algérienne donc, il existe le cercle large des ministres et autres fonctionnaires de l’Etat-écran. Puis le cercle de la Présidence et des siens. Puis le cercle des décideurs: le salon algérois, le clan, les généraux ou pas. Les Décideurs ramènent le Président qu’ils veulent et le placent avant que les algériens ne l’élisent.
    Janviéristes: héros du monde arabe

     

    Pourquoi les janviéristes sont-ils des héros pour les autres régimes arabes? A cause du manuel de la méthode: «Comment faire crasher une démocratisation, chasser un président, discréditer des islamistes, garder le pouvoir et pousser le pays à la guerre». Le titre est long mais le manuel est court.

     

    Curieusement en effet, la méthode des janviéristes algériens semble être de mode aujourd’hui en Egypte: l’armée lâche Moubarak face à la rue qui se soulève contre lui. Ensuite des islamistes récupèrent la rue égyptienne, se font élire et se présentent comme les architectes de la révolution. Le conseil militaire du général Mohammed Hussein Tantaoui attend un peu, puis commence à récupérer les pans perdus du pouvoir puis se décide de dissoudre le parlement.

     

    En langage algérien: les octobristes sont récupérés par les islamistes pour chasser les novembristes mais ce sont les janviéristes qui gagnent à la fin. L’Egypte commence par s’installer dans le casting algérien comme on aime le croire ici: un président sans pouvoir, l’actuel candidat gagnant des frères musulmans, une armée qui décide de tout par le bais de «décideurs», une révolution devenue un «accident de travail», des islamistes poussés à se radicaliser pour mieux être décimés.
    Et si le Caire prenait le chemin d’Alger?

     

    Le coup d’Etat en cours en Egypte ressemble à s’y méprendre à celui de l’Algérie en 1992 et avec la même couverture internationale de l’Occident qui ne veut pas de barbus intempestifs au cœur du monde arabe. Les janviéristes égyptiens «avancent» aussi avec le soutien tacite des classes économiques libérales et patronales et des élites qui ont peur des islamistes.

     

    En Algérie, à cette époque, le coup d’Etat contre Chadli (Chadli Bendjedid, troisième président de la République égyptienne 1979-1992) s’est accompagné par la création d’un «Comité national pour la sauvegarde de l’Algérie», alias la vitrine civile. Dedans, ont y retrouvait les hommes du régime, ses amoureux du régime, des profiteurs du régime, des idéologues du régime et des partisans sincères du sauvetage de l’Algérie. En face, les islamistes.

     

    La bipolarisation a crée deux familles politiques algériennes: les dialoguistes et les éradicateurs. La guerre civile étant déclenchée dès l’interruption du processus électoral, les islamistes ayant été poussés et ayant choisi la violence, les «dialoguistes» étaient donc ceux qui prônaient le dialogue, les «éradicateurs», ceux qui prônaient la guerre. L’Egypte n’en n’est pas là encore mais en Algérie, on voit déjà l’avenir.

     

    Aujourd’hui donc, les janviéristes algériens semblent inspirer des militaires arabes qui veulent stopper une révolution, stopper les islamistes et faire du « coup d’Etat » utilitaire, consentis et presque souhaité par la moitié de leurs populations. Un coup d’Etat « passe » quand il vise à sauver le pays des islamistes et pas à, prendre le Pouvoir. Les janviéristes algériens avaient presque inventé la formule.
    Et la Syrie?

     

    En Syrie, les janviéristes sont aussi à la mode. La méthode pour gérer une guerre civile est algérienne malgré ce que l’on peut crier, scandalisé. Le mode opératoire est le même: avancer dans le déni absolu (ce n’est pas une révolution mais du terrorisme). Terroriser les populations indécises entre les deux partis («Il n’y pas de nationalisme gris, entre le blanc et le noir», a dit Bachar El Assad durant son dernier discours). Augmenter l’indice de confusion (qui tue qui finalement? La question, dès qu’elle se pose paralyse les initiatives et les pressions internationales).

     

    En Syrie, le régime vise les têtes «laïques» de la révolution et épargne presque les têtes barbues: le but est d’islamiser la révolution et donc de la «qaïdiser» et donc de la criminaliser et de l’isoler. Forcer les élites à choisir leurs camps, celui de la survie ou de l’exil. Faire éclater l’opposition et empêcher toute union. Créer de fausses oppositions islamistes. Punir la passivité des populations autant que les rebelles. Ne jamais reculer sur le front de la diplomatie internationale et gagner du temps et du temps: les guerres longues usent même ceux qui la regardent.

     

    Continuer la fiction institutionnelle comme si de rien n’était: élections, dialogues, «multipartisme» de façade, appel à «sauver le pays» de la menace…etc. Le cas syrien rappelle étrangement à des Algériens leur guerre civile, leur éradicateur et leurs dix ans de morts et de tromperies politiques. La guerre en Syrie rappelle la méthode seulement car le casting n’est pas le même, ni les intentions. Bachar a compris l’essentiel de la méthode des janviéristes algériens: persister et continuer.
    Comment l’histoire de l’Algérie aide à comprendre celle de la région

     

    Les janviéristes algériens sont donc peut-être un modèle panarabe. Ce qu’ils ont fait il y a vingt est à la mode aujourd’hui dans le reste du monde arabe. Et c’est avec amusement que les Algériens regardent aujourd’hui l’élection d’un islamiste président de l’Egypte mais sans aucun pouvoir réel: depuis vingt ans l’Algérie est ainsi. Ses présidents sont là, mais on sait qu’ils n’ont aucun pouvoir. Sauf celui d’apparaitre et de recevoir les hommes forts et faibles du reste du monde ou de faire des discours. Le 29 juin 1992, Mohammed Boudiaf, l’un de ces présidents algériens parachuté, sera même assassiné en live, à Annaba. Le suivant a démissionné, le suivant du suivant (Abdelaziz Bouteflika) parle à peine et regarde partout, avec méfiance.

     

    Une formule désigne le Caire comme «la mère du monde» arabe (Oum Eddounia). Les Algériens disent souvent que l’Algérie est «son père».

     

    Kamel Daoud

  • Assassinat de Boudiaf : cher père, 20 ans déjà !

     

     

     

    El Watan le 27.06.12

     

    Voilà déjà vingt ans que habitué à frapper dans le dos, le système, par soldat interposé, un membre du Groupe d’intervention spéciale, nous dit-on, muni d’un ordre de mission isolé de son groupe, a été chargé d’exécuter ton lâche assassinat, le 29 juin 1992, qualifié d’«acte isolé», par la justice algérienne.

     

    Depuis lors, beaucoup d’encre et de sang ont coulé en Algérie. Avec de l’encre, je n’ai pas cessé d’interpeller, dans des lettres ouvertes publiées par nos quotidiens nationaux, tous les responsables algériens au sommet de l’Etat, au moment de «l’acte isolé». Je leur ai écrit pour rejeter la théorie de l’acte isolé et pour revendiquer la vérité. Je n’ai jamais eu de réponse. J’ai même publié, en juin 2011, un livre sur la question. Je n’ai jamais eu de réponse. Mais depuis lors, certains ont tiré leur révérence. Tout récemment, le premier président de l’Algérie indépendante est venu te rejoindre au cimetière d’El Alia, mais sa tombe a été creusée sur le côté opposé à celui de la tienne. C’est normal, dans toute ta vie, Ben Bella n’a jamais été de ton côté, mais toujours du côté opposé. N’a-t-il pas eu l’indécence de t’envoyer, en plein mois de juin 1963, dans un fourgon à Adrar, pour t’enterrer vivant dans une cave, alors que tu l’avais très décemment reçu à la présidence de la République.

     

    Quelques mois avant sa mort, c’était au tour du défunt général Larbi Belkheir, ministre de l’Intérieur, le général Smaïl Lamari, le général major Mohamed Lamari, tous responsables et dirigeants influents, au moment de «l’acte isolé», ont quitté ce monde. Ils sont certainement dans un monde où l’assassinat, l’injustice et l’acte isolé n’ont pas de place ni de protecteur. Sur un autre registre, notre armée ne veut plus de l’appellation «Grande muette», mais elle ne parle jamais de ton assassinat. Sur ce sujet, elle demeure parfaitement muette. Mais pour faire exception, le général Khaled Nezzar a publié récemment un livre, dont un chapitre t’est consacré. Je t’en ai choisi ces passages : «Lorsque, le 29 juin 1992, le général Toufik me téléphona pour m’apprendre qu’on venait d’attenter aux jours de Mohamed Boudiaf, un grand froid me saisit, puis un vertige… Pourquoi aurions-nous tué Mohamed Boudiaf ?… Lorsque les prisonniers de Serkadji s’étaient révoltés, tous les responsables, je dis bien tous, n’eurent qu’un souci : préserver la vie de Lembarek Boumaârafi, l’assassin. Et pour cause.» Nous voilà donc édifiés. Ce passage nous informe que c’est le général Toufik qui téléphona au général Nezzar pour lui apprendre qu’on venait de commettre «l’acte isolé».

     

    Aussi, le général Khaled Nezzar, au nom de l’armée, s’interroge : «Pourquoi aurions-nous tué Mohamed Boudiaf ?» La question reste entière. Mais le plus terrible, dans ce passage, c’est qu’il nous apprend qu’à la mutinerie de Serkadji, tous les responsables – je dis bien tous – n’avaient qu’un souci : préserver la vie de ton présumé assassin. J’espère que dans son prochain livre, il nous répondra à la question : pourquoi tant de soucis des responsables pour préserver la vie de ton présumé assassin et pas le moindre effort pour préserver celle du chef de l’Etat à Annaba. Quelques efforts auraient peut-être pu t’éviter de subir une rafale d’une quarantaine de balles, dans le dos, à ton âge ; alors que tu n’avais jamais demandé à venir occuper le fauteuil tant convoité. Ou alors, comme il est ironiquement colporté dans les milieux populaires : «C’est un système qui protège l’assassin et non la victime.»

     

    Des éclaircissements à ce sujet seront les bienvenus, car le peuple est avide de connaître la vérité. Par ailleurs, une pétition-test vérité a été lancée par mes soins, sur la Toile, en février dernier. Elle a eu plus d’un millier de signatures en quelques jours, malgré toutes les embûches savamment orchestrées par le système pour la bloquer. Cependant, il y a lieu de t’avouer que dans mon livre, je n’ai pas été «tendre» avec tes amis, notamment Ali Haroun et Ahmed Djebar. C’est Ali Haroun lui-même qui s’en est plaint, à l’un de nos médias. Alors que l’année dernière, il a déclaré que ton assassinat est un «acte isolé», il a même changé la date de la commémoration, quelle prouesse ! Il pensait peut-être que les instigateurs de «l’acte isolé» ont été tendres avec toi en te fracassant le dos, le crâne, le thorax et les jambes avec des grenades et des rafales. Bien sûr, je ne m’attends pas à ce que Ali Haroun ait un cœur tendre pour avoir des remords de t’avoir livré à une fin aussi tragique, qui ne fait que peser la suspicion sur les maîtres de Ali Haroun.

     

    Pour sa part, M. Ghozali, Premier ministre au moment de «l’acte isolé», quelques jours avant la campagne électorale du 10 mai, avait proposé ses services pour répondre, entre autres, de l’assassinat de Mohamed Boudiaf. Lui qui m’avait accusé de faire de ton sang un fonds de commerce, je lui ai alors rappelé que le sang de Boudiaf n’est ni à vendre ni à acheter et que s’il était achetable, ses assassins ne lui auraient pas réservé toute une rafale – qui ne leur a rien coûté – mais coûté beaucoup aux Algériennes et Algériens qui avaient vu en toi l’espoir. Par ailleurs, l’Algérie s’apprête à célébrer le 50e anniversaire de «l’indépendance confisquée», quelques jours après le 20e anniversaire du jour où le système a décidé de te confisquer la vie. On va danser et chanter. On va faire éclater des feux d’artifice pour avoir réussi à confisquer l’indépendance au peuple et à confisquer la vie de l’homme qui a rédigé l’Appel du 1er Novembre 1954, préparé la réunion des 22 et coordonné les préparatifs du déclenchement de la révolution. Pour revenir au fameux livre du général Nezzar, il me semble opportun de te faire part de ce passage : «On a dit que l’assassinat de Mohamed Boudiaf a été commandité par une mafia politico-financière craignant les foudres de l’Incorruptible venu au pouvoir… Le président Boudiaf s’était rendu à l’évidence que la corruption n’était pas le fait de quelques ‘’barons’’ du système retranchés dans des redoutes inexpugnables, mais le résultat de la dévalorisation de la notion d’Etat et du désordre moral qui en a découlé.» Tels sont les propos du général Nezzar, tels que produits dans son livre L’Armée algérienne face à la désinformation. Je le remercie de t’avoir qualifié d’Incorruptible, avec un «I» majuscule. Il est regrettable, cependant, qu’un Etat, non seulement laisse son chef d’Etat incorruptible tomber facilement devant un «acte isolé», mais ne fait rien pour rétablir la vérité sur son lâche assassinat.

     

    Nacer Boudiaf

  • LES GENERAUX ET LE GIA ALGERIENS

    LES GENERAUX ET LE GIA

                            

    _______________________

     

    Comment certains hommes peuvent-ils arracher la suprême autorité et mépriser les autres ?
    Comment ces hommes peuvent-ils croire qu’ils sont les plus intelligents, les plus aptes et surtout les seuls à avoir le droit de gouverner des millions ?
    Comment ces hommes peuvent-ils disposer des biens, des vies et des destins?
    Comment ces hommes peuvent-ils faire de la loi la guillotine des faibles et empiler les cadavres sans rendre des comptes?
    Qu’elle part de l’homme reste-t-il dans ces démons qui ont ruiné l’Algérie.
    Quand est ce que le silence, la lâcheté le désespoir laisserons place a la fureur de changement ?
    Quand est ce que les vents de la rupture viendront bruler ces  démons ?

    Ces démons ils ont des noms ; tout les algériens les connaissent …..Mais  le plus important……Quand est ce que les algériens redeviendront des Algériens ?

    A tous les Hommes qui ont un cœur pour entendre le cri de leur pays….

    _______________________

     

    Partie 1 Avant-propos
      Introduction
      Où va l'Algérie ?
      Pourquoi en sommes-nous arrivé là ? Qui en sont les vrais responsables de cette tragédie ?
      Dérive mafieuse
      1990-1991: l'islamisme manipulé
      La déstabilisation de Mouloud Hamrouche
      La montée du FIS face à l'effondrement de l'administration
      Les "réformateurs" dérangent
      En quoi ACT gênait elle ?
      Les fausses prévisions électorales de juin 1990
      L'affaire du "maquis" de Msila
      Que s'était-il réellement passé lors de cette affaire ?
       
     
    _______________________
       
    Partie 2 Premiers dérapages
      "L’objectif n° 1 des services, c’est les islamistes du FIS"
      Faux tracts islamistes
      Le plan "Nezzar" comportait notamment des mesures discriminatoires comme:
      La création d’une structure hors la loi au sein de la DCE
      Les réseaux B.M
       
     
    _______________________
       
    Partie 3 1991: la SM contrôle les groupes islamistes radicaux
      Des voitures du DRS au service des islamistes radicaux
      Les casemates des futurs "tangos"
      Le cas Boudchiche
      L’affaire du capitaine Ahmed Bouamra et l’infiltration des "Afghans"
      Le rôle des agents du DRS
       
     
    _______________________
    Partie 4  
      Des élections sous haute tension
      Un premier avertissement
      La grève insurrectionnelle du FIS
      Arrestation des chouyoukhs
      Sid Ahmed Ghozali et le FIS
      L'affaire de Guemmar
      Provocations…
       
     
    _______________________
    Partie 5  
      1992: les "Janviéristes" libèrent la violence islamiste
      Le FIS victime d'un hold up
      Le scénario du coup d'Etat
      Le complot est en marche
      L'affaire de la rue Bouzrina
      Makhloufi, le MIA et l'affaire Chouchane
      L'assassinat du commandant Djabber Benyamina
       
     
    _______________________
       
    Partie 6 1991-1992: la création des GIA par les services
      La stratégie du GIA made in "Antar"
      Un sous-Officiers transformé en émir
      La création des GIA
      Le premier chef du GIA: Allel Mohamed, dit Moh Leveilley
      L'affaire de Telemly et la mort du commandant Guettouchi
      Etrange !
      Le double langage des "décideurs"
       
     
    _______________________
       
    Partie 7 1992-1994: la furie meurtrière
      Été 1992: la lutte "antisubversive" change d'échelle
      Escadrons de la mort
      Les " mutants " du Centre Antar
      Bachir Tartag, le " monstre " de Ben-Aknoun
      L'unité 192
      L'arme de la corruption et la création des milices
      La société civile embarquée dans l'aventurisme des généraux
      L'évasion de Tazoult ou le basculement vers l'horreur
      GIA contre Air Algérie
      La peur doit changer de camps
      Epuration électorale
       
     
    _______________________
       
    Partie 8 Djamel Zitouni, un terroriste à la solde des militaires
      Comment Zitouni est devenu "l'émir national" du GIA made in DRS
      "Djamel Zitouni, c'est notre homme !"
      Le DRS se débarrasse de Zitouni
      Cette grossière mise en scène ne résiste pas à l'analyse
       
     
    _______________________
       
    Partie 9 Liquidations à haut niveau
      L'assassinat de Mohammed Boudiaf
      La liquidation de Kasdi Merbah
      L'élimination des officiers récalcitrants
      Coups tordus en Allemagne
      La tentative d'assassinat d'Abdelkader Sahraoui et de Rabah Kébir
      Le sabotage des tentatives de dialogue
      L'assassinat du général Saïdi Fodhil
      Les assassinats continuent…
       
     
    _______________________
       
    Partie 10 Les "groupes islamistes de l'armée" contre la France
      Les méthodes de choc de la SM en France
      Le cas Ali Touchent
      Les premiers réseaux du GIA en France
      Sous-traitance pour la DST
      L'opération Chrysanthème
      Crimes et désinformation
      L'assassinat de l'imam Sahraoui
      Les attentats de 1995
      L'assassinat des moines de Tibéhirine
       
     
    _______________________
       
    Partie 11 Quelles leçons en tirer ?
      Comment la machine de guerre a-t-elle pu fonctionner ?
      Prise de conscience
      Eléments d'économie politique de la corruption en Algérie
       
     
    _______________________
       
    Partie 12 Conclusion
      Les massacres, ou le mépris total de la vie humaine
      Il est temps de dire halte
  • Lettre ouverte au général régnant de l’Algérie, Mohamed Médiène : « DRS, dégage ! »

             

    par Habib Souaïdia, auteur de La Sale Guerre, Algeria-Watch, 5 mars 2011

    Mon général, je veux vous signifier par la présente que votre règne mortifère est à bout de souffle. Que le monde a changé, que la situation politique et sociale de l’Algérie a changé, que les Algériens ont changé depuis 1992. Les Algériens n’ont plus peur de l’épouvantail islamiste que vous brandissez à chaque occasion pour soumettre le peuple. Au cours des vingt ans que vous avez passés à la tête du Département du renseignement et de la sécurité (DRS), l’Algérie a payé le prix fort du sang et des crimes économiques et sociaux. Vous êtes le principal responsable des maux de notre pays.

    Votre régime de terreur doit prendre fin. Vos jours ont été déjà comptés et vous appartenez désormais au passé. C’est ce qui me permet de vous suggérer de vous rendre à l’évidence et de préparer en douceur votre départ pour éviter un autre bain de sang. Aujourd’hui, vous êtes vieux et malade, vous appartenez à un monde révolu qui n’est plus celui de l’Algérie réelle, celle d’une jeunesse majoritaire et en révolte. C’est pourquoi votre tentative actuelle d’opérer un ravalement de façade de votre système de pouvoir, avec l’aide de pseudo-démocrates, serait un autre crime contre le peuple algérien.
    Il est trop tard pour un « ravalement de façade » de votre régime

    Pour accaparer à votre profit et à celui de vos obligés les richesses du pays, les revenus de son gaz et de son pétrole, vous avez utilisé votre police politique afin de maintenir notre peuple dans la misère et la hogra. Et vous avez fait torturer et tuer des dizaines de milliers d’hommes et de femmes. La gégène et le chiffon sont devenus vos instruments ordinaires de pouvoir, faisant de vos agents autant de criminels – souvent devenus des psychopathes et des névrosés.

    Votre gestion du pays est devenue si désastreuse qu’on peut se demander s’il pourra retrouver un jour ses lettres de noblesse, le respect et sa place éminente dans la sphère des nations. Et si le sort que vous lui préparez n’est pas celui de la Somalie. Vous avez, paraît-il, déclaré à Bouteflika, à Saïd Sadi et à l’ex-Premier ministre Mouloud Hamrouche que « l’Algérie va mal », le DRS ayant fait un sondage auprès du peuple algérien pour mesurer le mécontentement de la rue. Mais les Algériens n’ont pas besoin de sondages du DRS ou de tout autre organe du pouvoir pour connaître leur désarroi. La misère sociale et le sentiment d’injustice s’étalent dans les rues depuis des années. C’est pourquoi les émeutes de janvier 2011 vous ont fait paniquer : plus violentes et massives que celles qui secouent presque quotidiennement le pays depuis dix ans, elles vous ont amené à tenter de « prendre les devants », parce que, en effet, vous risquez gros.

    Il y a trois sortes de généraux dans le monde arabe, selon leur place dans l’appareil de pouvoir. Il y a la version des régimes de Ben Ali ou Moubarak, qui n’ont jamais eu affaire à une révolte de grande ampleur de la rue : pris de panique, ils ont multiplié les discours pour tenter de calmer le peuple et de négocier, avant de vouloir faire sortir l’armée dans la rue pour faire peur – mais ses chefs sont restés en retrait. Et il y a la version Nezzar ou Kadhafi, ceux qui ne parlent pas, mais qui tirent sur la foule à balles réelles quand elle les menace. Vous incarnez sans doute la troisième catégorie, variante perverse de la précédente : après avoir usé de la pire violence, avec votre coup d’État de 1992 et le « fleuve de sang » qui a suivi, vous avez instauré la manipulation et le mensonge pour « gérer le peuple ». Pour tenter de mater le peuple qui bouge, le peuple qui vibre, le peuple qui se révolte, le peuple qui hurle son besoin de démocratie, vous avez organisé le simulacre d’une opposition entre des partis clonés et un président cloné.

    Depuis votre coup d’État de 1992, on ne voit plus le bout du tunnel. Chaque jour apporte son lot de désolations. Rien n’a changé. Pire, on assiste dix-neuf ans plus tard à un reformatage de la vie politique pour remettre en selle des barons qui ont violé l’intimité de ce pays à la place d’un autre déclinant. Mais tenter un ravalement de façade avec un Mouloud Hamrouche, un Saïd Sadi ou un autre, par des manœuvres déjà mille fois vues pendant les années noires ne changera rien à l’aspiration du peuple au changement radical de la République.

    Le peuple algérien ne se contentera pas du départ de Bouteflika, il veut la fin de la police politique qui l’a amené au pouvoir. Et le prétendu bras de fer qui oppose la façade du « pouvoir » algérien incarné par ce dernier à la Coordination nationale pour le changement et la démocratie (CNDC) n’est certainement pas la voie pour y parvenir. Certes, au sein de la coordination, il y a des hommes et des femmes qui méritent le respect de tous les Algériens. Mais on pourrait faire remarquer, au regard de sa faible capacité de mobilisation, que cette coordination comprend aussi des éléments visant clairement à tirer vers le bas le mouvement de révolte et qui se distinguent par leur complaisance avec vos desseins.

    Car hélas, vos agents sont partout. Pour vous maintenir au pouvoir, vous avez choisi en effet de vous appuyer sur votre police politique, ciment principal d’une alliance rentière et prédatrice, qui a gangrené tout le système politique algérien. Preuve en est le vide politique créé par une décennie sanglante durant laquelle le DRS, par son entreprise de destruction, a privé le pays de toute expression démocratique.
    L’intolérable impunité des généraux criminels à la tête de l’ANP

    En janvier 1992, une partie du peuple algérien pensait renouer avec l’espoir après le retour du président Boudiaf, puis elle a assisté six mois plus tard à son assassinat en direct. Votre justice aux ordres a ensuite qualifié l’assassinat d’« acte isolé », mais les responsables des services de renseignement chargés de la protection du président ont été promus et mutés vers d’autres unités. Mohamed Boudiaf a payé de sa vie son refus de jouer le jeu de votre mentor, le général Larbi Belkheir. Boudiaf était l’une des figures de la révolution algérienne, mais son histoire ne l’a pas protégé contre vos ambitions : vous avez oublié ce qu’il a été avant, pendant et après la révolution. Puis fut le temps de Liamine Zéroual, un général que vous avez « bricolé » dans vos laboratoires pour en faire un président ; et, encore une fois, cela n’a pas marché. Son mandat s’est achevé avec les massacres de masse de 1997, instrumentalisés par vos services pour le déposer définitivement.

    Mon général, sachez que l’intolérable impunité des « forces de l’ordre » a ébranlé le pays au plus profond de son âme. Car elle dit l’extrême violence, la corruption et le chaos qui règnent dans l’Algérie d’aujourd’hui. Pour mesurer l’ampleur du mal, il faut connaître le niveau d’implication de la nouvelle hiérarchie militaire dans les crimes contre l’humanité commis durent la « sale guerre » des années 1990. Toute la chaîne du commandement militaire actuel est composée de criminels, jusqu’au sommet. De surcroît, chacun « touche » à chaque étage, et chaque fois plus. C’est pourquoi un poste élevé au ministère de la Défense et à l’état-major se vend à celui qui à bien « bossé » dans les unités de « lutte antiterroriste ».

    Cette lutte antiterroriste, qui a transformé progressivement chaque soldat en animal, a aussi transformé des sous-lieutenants et des lieutenants en lieutenants-colonels. Et elle a promu des chefs de section en commandants de régiment, des lieutenants-colonels en généraux-majors, commandants de région militaire ou commandant des forces terrestres. Et à chaque fête nationale, la presse algérienne nous a gavés des noms d’assassins promus à des grades supérieurs – des hommes que mes années de jeune officier en exercice dans les forces spéciales, de 1990 à 1995, m’ont parfois permis de connaître de près.

    L’un de ces militaires, aujourd’hui général-major et commandant des forces terrestres – le second dans la pyramide après Gaïd Salah, chef d’état-major de l’armée – est le général-major Kadour Bendjemil. Cet artilleur, originaire d’Annaba, n’a cessé depuis son arrivée au commandement fin 1993, de se mouler dans le personnage militaire d’un homme qui ne recule devant rien. À l’époque, sa rage purificatrice n’a épargné personne dans son secteur d’intervention de Bouira (le « SOB »). Il a alors constitué une sorte de garde prétorienne composée de quelques officiers et sous-officiers de l’ANP et d’officiers du DRS, pour, d’après ses dires, « rétablir l’ordre » : au hasard des rafles qui avaient lieu, le jour dans les rues, la nuit dans les maisons, de jeunes Algériens étaient entassés dans des fourgons banalisés, enchaînés pour terroriser la foule et montrer comment l’armée traitait ses ennemis. Et beaucoup de soldats, de sous-officiers et d’officiers ont également perdu la vie à cause de la fameuse règle militaire selon laquelle le chef a toujours raison, même s’il a tort.

    D’autres noms ? La liste est longue, mon général, de vos officiers criminels occupant aujourd’hui les plus hauts postes de notre ANP ! Je pourrais en citer, hélas, des dizaines… Comme le général Abdelkader Benzerkhoufa, ex-commandant du 11e RIM, régiment d’infanterie mécanisé stationné entre 1993 et 1997 à La Gare Omar (Bouira). Ou le général Noureddine Hambli, parachutiste commandant du 25e régiment de reconnaissance, l’un des responsables du massacre du 5 octobre 1988 à Alger. Ou encore le général-major Habib Chentouf, aujourd’hui commandant de la 1re région militaire ; le général-major Omar Tlemçani, commandant de la 2e région militaire, ex-commandant du 4e régiment de parachutiste (4e RAP) ; le général-major Amar Athamnia, 3e et 6e région militaire, ex-commandant du 12e régiment de para-commandos (12e RAP) ; le général Maamar Boukhenoufa, commandant du régiment d’infanterie mécanisé stationné à l’époque à Dar El-Beida ; le général Tirech, ex-capitaine à l’Académie militaire ; le général Rachid Guetaf, le général Abed Litim, commandant parachutiste, ex-capitaine aux 4e et 18e RAP, aujourd’hui commandant de l’École d’application des forces spéciales à Biskra ; le général-major Saïd Chengriha, ex-commandant de la 1re division blindée puis commandant de la 8e division blindée, aujourd’hui commandant de la 3e région militaire ; ou aussi les pires criminels que sont le général-major Mhenna Djebbar, ex-commandant du CTRI de Blida aujourd’hui chef de la DCSA, le général-major Bachir Tartag ou le général-major Abdelrazek Chérif, parachutiste commandant de la 4e région militaire.

    Tous ces généraux ont été et sont toujours les acteurs d’une gigantesque entreprise de prise en otage d’un peuple entier. Avec demandes de rançons, chantage et détresse de dizaines de milliers de familles. De 1992 à 1999, ils ont conduit une « sale guerre » ciblant de manière délibérée des civils désarmés dans les zones sensibles, qui a fait 200 000 morts. Et en 2000 encore, ils ont lancé la terrible opération « Saïf El-Hadjaj » (« L’épée de El-Hadjaj »), dont le nom est le symbole même de la mort et de la terreur pour tous les musulmans. Avec vos pairs, vous avez ainsi mis en œuvre les principes de la « guerre psychologique » tels qu’ils ont déjà été appliqués pendant la guerre de libération par l’armée coloniale française, ou au Viêt-nam et en Amérique du Sud par les militaires américains et leurs alliés. Des méthodes qui incluent le bouclage physique des villes et des villages, la prise en otage de civils, les exécutions extrajudiciaires, l’enlèvement et la torture de toute personne soupçonnée d’appartenir à un groupe d’opposition.

    D’où la fameuse question qui vous taraude aujourd’hui, avec vos complices : « Si nous lâchons le pouvoir, nous serons jugés pour crimes contre l’humanité ou crimes de guerre. » Vos généraux ont donc en permanence à l’esprit un kit de survie psychologique, et ils font tout pour respecter le pacte criminel qui les unit.
    « DRS, dégage ! »

    Aujourd’hui, mon général, en Algérie comme à l’étranger, vos émissaires sont sur tous les plateaux de télévision. Ces charlatans et pseudo-démocrates prétendent nous expliquer « comment devenir des opposants ». Ils veulent nous montrer la voie du « salut » par des discours démagogiques tout droit sortis de vos laboratoires de désinformation. Or que représentent-ils réellement dans la société algérienne ? Est-ce qu’un « démocrate » qui va manifester avec des gardes du corps de la police est crédible ?

    Cette comédie peut peut-être abuser encore un temps des médias occidentaux – et français en particulier – qui ont depuis si longtemps renoncé à comprendre la perversité de votre système de pouvoir. Et vous avez su avec efficacité, à coups de prébendes et de désinformation, les encourager en ce sens pour vous soutenir. Mais vous ne pouvez plus abuser l’immense majorité du peuple algérien, qui est parfaitement lucide sur vos crimes et qui ne pense qu’une seule chose : « DRS, dégage ! »

    Je sais comme tout le monde que votre souci principal est de ne pas se retrouver devant un tribunal pénal international, pour les crimes que vous avez commis depuis 1991. Chaque Algérien sait aussi que votre poulain Bouteflika est âgé et malade et qu’il a, tout au long de son mandat, abusé des circuits de corruption que vous lui avez laissés. L’affaire Sonatrach, devenue votre cheval de bataille pour brider celui qui prétend contester votre emprise sur ces circuits, est un révélateur de l’état de l’Algérie : de ses inégalités, de ses injustices sociales, de ses déséquilibres institutionnels, des abus d’un président sans contrôle comme de ceux de votre propre clan.

    Dans votre régime en fin de règne, ces querelles misérables ne révèlent rien d’autre que la complicité conflictuelle qui vous lie, vous et votre président de façade, pour piller notre peuple. Ainsi, le DRS enquête et met à nu des réalités qui dévoilent les impostures et les mensonges d’un tout petit monde, qui par la faveur de votre pouvoir s’approprie la richesse nationale. On se souvient de ces grands titres de la presse dite « libre », mais très manipulée, qui révèlent telle ou telle affaire et de la fébrilité puis de la panique qui se sont emparées du cercle de votre président… Autant de faux-semblants d’une prétendue « lutte anticorruption » dont le seul objet est de préserver les pires pratiques de corruption.

    Voyez par vous-même, mon général : ce qui était impensable il y a encore quelques semaines en Tunisie et en Égypte, peut bientôt se reproduire en Algérie. Des dictateurs ont plié bagage devant la colère de la rue. Mais soyez-en sûr, l’intifada fondatrice ne sera pas organisée par les faux opposants.

    J’ignore ce qui va se passer maintenant. Nous avons des jours difficiles devant nous. Tout ce que je sais, c’est que l’Algérie a plus que jamais besoin d’hommes et de femmes profondément loyaux et intègres, et non pas de ceux qu’on achète et qui se vendent. Des hommes et de femmes qui défendraient la justice et la vérité même si l’univers s’écroulait. Qu’il ne soit jamais dit que les Algériens n’ont rien dit, n’ont rien fait contre la bête immonde qui détruit notre nation. Les événements de ce début d’année 2011 dessinent une trajectoire fatale qu’il faut identifier et contrer pour préserver notre pays. Y a-t-il encore quelqu’un pour écouter la voix d’un Algérien ? Avons-nous peur de nos responsabilités ? Que deviennent-ils, les fils et les filles de l’indépendance ? De la guerre de libération ? L’Algérie est notre mère patrie, elle souffre d’un interminable cancer. C’est pour cela que je propose un congrès de la vraie opposition, une sorte de nouveau Sant’Egidio, parce que nous arrivons à un moment critique de notre histoire, à une époque d’incroyables défis à relever.

  • Algérie Poste : 22% du courrier n’arrive jamais à sa destination

     

     

     

    22 % du courrier des Algériens qui entrent dans le réseau d’Algérie Poste se perd ou n’arrive jamais à sa destination. Par ailleurs, le délai d’arrivée du courrier enregistre un grand retard pouvant atteindre les 15 jours dans certaines régions.

     

     

    C’est ce que révèle un rapport établi par la Direction de la qualité au sein d’Algérie Poste. Ce rapport est le fruit d’une enquête d’un mois qui a touché 240 bureaux de poste au niveau national. Ainsi, malgré le budget de 15 milliards de dinars alloué à cette institution entre 2010 et 2015, ses résultats sont décevants vu sa médiocre prestation. En effet, en dépit des équipements de dernière génération qu’a acquis Algérie Poste, sa performance reste son point noir, révèle le rapport de la Direction de la qualité. Ainsi, ni ces moyens, ni la création d’un centre national de tri et de 9 centre régionaux de tri, encore moins les centres de distribution de courrier au niveau des wilayas ont pas pu améliorer la prestation les services d’Algérie Poste.

     

    D’autre part, l’enquête révèle que l’arrivée à destination de 60 % du courrier au niveau de la même wilaya demande une journée supplémentaire au délai « normal» nécessaire. Par ailleurs, 20 % des lettres arrivent à destination 2 jours supplémentaires sur le délai normal nécessaire. Pour ce qui est du courrier entre les wilayas, 65 % des lettres arrivent à leurs destinataires avec deux jours de retard. Pis encore, 15 % du courrier entre wilayas arrive avec quatre jours de retard. Mais le comble dans cette histoire, c’est l’énorme retard qu’enregistre le courrier entre les wilayas du sud du pays. A titre d’exemple, une lettre envoyée de Ouargla n'arrive à Béchar que 15 jours plus tard!

     

    Le même de la Direction de la qualité révèle aussi que la richesse créée par Algérie Poste ne couvre même pas les salaires de ses fonctionnaires. En plus de cela, la performance des travailleurs de cette institution est très faible et elle est loin des normes mondialement connues.

     

    Echorok online

  • Un gouvernement défaillant en panne de bonne gouvernace

    Par Le Matin DZ |

     

    De ce qui nous parvient des différentes wilayas du pays, force est de constater l’inertie gouvernementale comme le montre d’ailleurs le peu d'efficacité de la dépense publique, des dépenses sans compter (aucun bilan physico-financier n’ayant été réalisé à ce jour).

     

    Ouyahia-Bouteflika, un tandem en panne de bonne gouvernance

     

    Le gouvernement dépense selon les organismes internationaux deux fois plus en référence à des pays similaires pour avoir deux fois moins de résultats Cette défaillance au niveau central, montre l’urgence d'une réorganisation des différentes fonctions de l’Etat allant vers une décentralisation réelle et non une déconcentration. La centralisation bureaucratique des décisions avec une organisation jacobine a montré ses limites. Le cri de désespoir de certains walis démontre clairement que les autorités locales ayant peu de moyens et surtout ne leur laissant peu d’initiatives étant contraintes pour toute action de se référer à l’autorité centrale. La défaillance est au niveau de ces dizaines de milliers d’associations rentières vivant grâce au budget de l’Etat, instrumentalisées lors d’élections et non grâce à la cotisation de leurs adhérents. La défaillance est également au niveau des élus notamment les députés et sénateurs beaucoup plus préoccupés, comme bon nombre de ministres à leurs réélections espérant être élus grâce à la tète de listes et aux quotas.

     

    Il n’existe pas de planification stratégique, l’exécutif vivant au rythme du cours des hydrocarbures. La rente toujours la rente, la dépense monétaire toujours la dépense monétaire sans se préoccuper des couts et des impacts économiques et sociaux face à l’implacable mondialisation où toute nation qui n’avance pas recule. Face à l’impasse du au blocage systémique, nous assistons à des replâtrages et à des promesses. Contrairement aux affirmations de certains responsables algériens, les réformes, selon l’avis unanime des experts internationaux, sont en panne, le taux de croissance, le taux de chômage, le taux d’inflation sont biaisés par les hydrocarbures démentant cette affirmation en date du 12 février 2012 comme cette affirmation récente que les recettes fiscales ordinaires représenteraient 50% alors qu’en réalité un calcul triangulaire donne moins de 25% idem pour l’apport des segments des entreprises rentrant dans le cadre des valeurs internationales. Et si face à cette catastrophe naturelle, l’Algérie n’avait pas d’hydrocarbures sachant que 50 millions d’Algériens dans 25/30 ans vivront sans hydrocarbures ? Aussi en ces instants pénibles, je tiens à rendre un grand hommage à l’armé nationale populaire (ANP), la gendarmerie nationale, la sureté nationale (DGSN) sans oublier les éléments de la protections civile pour leur plein engagement pour désenclaver les zones déshéritées et apporter aux populations démunis un peu de chaleur. Sans leurs interventions l’Algérie aurait vécu un drame national.

     

    Professeur Abderrahmane Mebtoul

  • Mais "ou" sont ces medicaments!!!!!

     

    Hausse de près de 40 des importations de produits pharmaceutiques

     

    Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

    Les importations de l'Algérie en produits pharmaceutiques  ont atteint 984,85 millions de dollars (usd) durant les cinq premiers mois de  2012 contre 704,72 millions usd à la même période en 2011, en hausse de 39,75%,  a appris dimanche l'APS auprès des Douanes algériennes. 

     

    Les quantités de médicaments importées par l'Algérie ont aussi augmenté  de 48,13%, passant de 8.867 tonnes durant les cinq premiers mois de 2011 à 13.136  tonnes à la même période en 2012, précise le Centre national de l'informatique  et des statistiques (Cnis) des Douanes.       

    La facture des médicaments à usage humain reste la plus importante avec  938,33 millions usd, contre 673,727 millions usd durant la période de référence,  enregistrant une hausse de 39,27%, selon le Cnis.       

    Les produits parapharmaceutiques viennent en seconde position avec 34,259  millions usd, contre 21,03 millions usd, en hausse de 62,94%, relève le centre.        

    Pour les médicaments à usage vétérinaire, les achats de l'Algérie de  l'étranger se sont établis à 18,9 millions usd durant les cinq premiers mois  de 2012 contre 50,839 millions à la même période en 2011, enregistrant une baisse  de 62,64%, ajoute la même source.       

    Les importations de l'Algérie en produits pharmaceutiques ont entamé  une sensible progression dès 2011 avec une hausse de 16,86% pour atteindre  1,95 milliard usd.

     

    APS
  • DU FLN MYTHIQUE AU FLN MYSTIQUE


    Des révolutionnaires du devoir aux révolutionnaires de la mangeoire

    Invité par la chaîne de TV Ennahar à donner ses impressions et dire ce qu’il compte faire en faveur des jeunes chômeurs à la proclamation des résultats du vote donnant le FLN grand vainqueur, à la surprise générale, Belkhadem parlait ainsi :
    «Je ne dispose pas de la bague de Salomon pour changer leur condition de miséreux. D’ailleurs, Dieu avec toute sa puissance et qui peut sur une parole tout transformer : «soit et il en sera n’a rien fait et a voulu qu’il en soit ainsi. Et moi un mortel, vous voulez que je change leur situation. Oui, Dieu a créé des riches et des pauvres. Et s’il a voulu qu’il en soit ainsi. C’est lui qui le veut. Il a créé des pauvres pour les tester et voir leur comportement.» Des propos en décalage avec la réalité et l’héritage de la République démocratique et sociale du FLN mythique. Non, monsieur le secrétaire du FLN, ce n’est pas Dieu qui a voulu qu’il en soit ainsi. C’est votre système de gestion des richesses du peuple basé sur le laxisme, le clanisme, le régionalisme et l’absence de rigueur et de responsabilité… qui a engendré tous les maux qui habitent l’administration en particulier corruption, détournement, prêts non remboursés qui en sont la cause. L’abus des biens du peuple en toute impunité. Le FLN n’est à personne en particulier mais il est à tous. A tous les Algériens et encore plus aux militants (tout le peuple en Algérie et en France de toutes les catégories et âges confondues) de la cause de l’indépendance que nous fûmes. Tous nous avions participé d’une manière ou d’une autre à ce combat. Des plus jeunes aux plus âgés. Et Dieu sait que chez les gens de l’époque, les dominés par le système colonial, le mercantilisme, l’arrogance, l’autosuffisance étaient un vice et le plus grand nombre était vertueux. Tous, dans un même élan, poussaient avec le FLN contre les Français. Les derniers oppresseurs des Algériens, pour leur libération de trois mille ans de colonisation ininterrompue. Les Phéniciens sont les premiers du cycle à s’y installer en 1 200 avant Jésus-Christ, les Romains, les Vandales, les Byzantins, les Arabes, les Turcs suivront après. En 1962, le FLN (de Ben Bella, Aït Ahmed, Didouche, Ben M’hidi, Bitat, Boudiaf, Krim, Ben Boulaïd) libère l’Algérie de trois mille ans de colonisation et non de cent trente-deux ans (132) (?) On veut encore (esprit colonialiste) entretenir l’amnésie pour tromper le peuple et reproduire sa division. Ces héros légendaires doivent avoir leurs statuts à l’échelle 2 au moins de leur grandeur exposées dans les places publiques de toutes les communes d’Algérie ayant exécuté l’ordre d’insurrection de Novembre 1954. Ils méritent bien cette reconnaissance, monsieur le président, monsieur le ministre de la Culture, monsieur le secrétaire du FLN. Monsieur le secrétaire de l’OM. Les neuf héros méritent bien ça. C’est le moins qu’on puisse faire pour lever toute ambiguïté — pour toujours — sur les pères fondateurs du FLN, parti libérateur de l’Algérie en 1962. Ceux qui sont intéressés par la matérialisation de cette idée sont invités à entrer en contact avec l’association culturelle «Status des héros de l’indépendance de l’Algérie» à l’adresse électronique suivante. wafiaalgerie@yahoo.fr
    Il y a 22 200 000 Berbères en Algérie
    Unis comme ils n’ont jamais été auparavant derrière le FLN, combattant (Monsieur N. Boukrouh, journaliste écrivain, a fait un exposé d’une valeur inestimable par les éclairages qu’il fournit sur les causes lointaines des malentendus du présent des Algériens (à consulter dans le journal Le Soir d’Algérie du dimanche 3 mai 2012). «Révolutionnaires» de la mangeoire autoproclamés héritiers du FLN ont pris le flambeau pour, en fin de compte, ressusciter les démons du passé de colonisé. Leur stratégie, étouffer toute volonté émancipatrice des autochtones en usant des arguments en usage dans l’ancien temps chantés par les retournés contre quelques avantages. Pour les Phéniciens, les ancêtres des autochtones sont phéniciens et la culture et la langue ne peuvent être autres. Pour les Romains, idem. Pour les Vandales, idem. Pour les Byzantins, idem. Pour les Arabes, idem. Pour les Turcs, idem. Pour les Français, idem, nos ancêtres les Gaulois. La raison du plus fort est toujours la meilleure… Et ils ne nous y prendraient plus au jeu du colonisé avec le colonisateur. «Notre destin est entre nos mains, écrivons quelques bonnes pages de notre histoire qui commence comme nation dans le concert des nations.» L’acte n°1, si on veut devenir une nation respectable, c’est de réhabiliter la langue et la culture berbères. Il faut les sortir du ghetto et arrêter leur marginalisation entamée avec les Phéniciens et reconduite par les Romains, les Vandales, les Byzantins, les Arabes, les Turcs, les Français. Il faut promouvoir cette langue au rang qui est naturellement le sien : langue officielle pour l’unité plus large du Maghreb. Sortons-la du ghetto L’Inde par exemple compte 15 langues officielles outre l’anglais, langue de civilisation. La Suisse a quatre langues officielles. Les communautés par ordre d’importance à l’arrivée des Français selon André Savelli, professeur agrégé d’histoire : Berbères : 600 000, Arabes : 300 000, Turco-algériens : 100 000. Au total 1000 000. En 1962, 10 000 000. Soit une augmentation de 1 000%. Actuellement, la population algérienne est de 37 000 000. Soit une augmentation de 3 700%. Berbères : 600 000x3 700%=22 200 000. Arabes : 300 000x3 700%=11 100 000. Turco-algériens : 100 000x3 700%= 3 700 000. On dit chez nous pourquoi on s’aime. C’est parce qu’on se comprend. Et comment on se comprend, c’est parce que nous dialoguons.
    Al Jazeera : la passerelle vers le khalifat
    Pour rayonner, il faut des rapports apaisés entre tous. Il faut respect et considération chacun à sa juste valeur. Qu’aucune communauté ne se sente frustrée par d’autres qu’elle verra alors comme la cause de son malheur et par conséquent l’ennemi. Il faut que ces communautés, comme au temps du FLN de Ben Bella & Cie, tournent leur regard vers l’intérieur du pays, du reste assez vaste, et n’écouter que ce qui se dit à l’ONU pour les affaires extérieures. L’unité n’a de sens que si les conditions de sa réalisation sont réunies. Pour réaliser l’unité arabe, il faut une mise à niveau politique, économique, culturelle et sociale. Il faut une certaine harmonisation dans tous ces domaines. Et en cas d’une volonté sincère d’unité et non d’une volonté de puissance dominatrice, il faut agir sur l’homogénéisation des conditions fondatrices de l’unité. En ce moment, il se trame des choses pas orthodoxes par ceux qui pensent que tout est possible avec l’argent. Des riches par la rente pétrolière pensent que même le rêve de grandeur se réalise par l’argent disponible à profusion dans leurs caisses. C’est cela le printemps arabe. Il est motivé par la volonté de puissance de gens à l’étroit à l’intérieur de leurs petites frontières (la grenouille et le bœuf de J. De La Fontaine). Leurs puissances audiovisuelles pour allumer le feu et l’attiser sont en alerte rouge et toutes voiles dehors (Al Jazeera est à qui d’autre que le CCG). C’est celui-là-même qui rêve de khalifat : une vision très passéiste, très rétrograde et très réductrice de la valeur humaine.
    Les chefs de l’ANP sont des héros ayant empêché la vente en gros du pays
    La stratégie est simple et simpliste. Organiser des mouvements islamistes locaux et les aider à s’emparer du pouvoir. Une fois le pouvoir entre leurs mains, il faut attendre la seconde étape qui consiste à les fédérer au pouvoir centrale du khalifat. Abbassi et consorts ont agi dans ce cadre et voulu entraîner l’Algérie dans ce piège. C’est pourquoi avec la levée du voile, l’ANP, digne héritière de l’ALN, et ses chefs sont des héros ayant empêché la vente en gros du pays. L’ANP a sauvé l’Algérie d’une dérive mortelle. A ce titre, ses chefs méritent une reconnaissance officielle de l’Algérie. Il doit être mis fin à la loi sur la concorde par un appel solennel aux chefs terroristes s’ils existent pour négocier si leurs revendications portent sur des droits, tous les droits constitutionnels. Si l’action cadre avec le projet de khalifat, il faut les combattre comme les ennemis de l’Algérie et demander à leurs commanditaires identifiés les indemnisations contre le préjudice causé au pays. Le peuple, qui commence à entrevoir le jeu malsain qui vise seulement les dictateurs pour les remplacer par d’autres dictateurs islamistes, a compris. Comme il a compris le piège de l’Azawed aux frontières qui s’étendent à la limite du désert et qui visent le démembrement de l’Algérie en la dépossédant du Sahara. L’ANP doit agir vite aux côtés des Maliens. Le nationalisme des autres n’est pas aussi avéré que le nationalisme du FLN. D’ailleurs, un chef d’Aqmi au Sahel n’a pas caché cela en renvoyant les négociateurs de la rançon des otages français à leur chef qui n’est autre que Dhaouahri. Rien que ça. Dans l’organigramme d’Al-Qaïda, Aqmi est une subordonnée. Le FLN a beaucoup de défauts mais il présente une qualité essentielle, sa jalousie de l’indépendance acquise avec un torrent de sang. L’Algérie, qui a souffert dans un passé récent de trois millénaires de colonisation, a juré qu’on ne l’y prendrait plus à ce jeu. Almagharibia peut encore, à partir de London, chanter chaque soir la messe de minuit.
    Le citoyen M. Bouchouit

  • Les peines prononcées contre Sanofi confirmées


    La cour d’Alger a confirmé la condamnation à un an de prison avec sursis de Thierry Lefebvre, directeur général de Sanofi-Aventis Algérie, poursuivis en Algérie pour surfacturation des matières premières de médicaments.
    De même qu’elle a confirmé l’amende infligée à Sanofi-Aventis Algérie. Sanofi-Aventis Algérie et son DG ont été poursuivis pour des infractions de majoration de valeur dans le commerce extérieur, engendrant un transfert de sommes importantes de devises à l’étranger. Le pôle judiciaire spécialisé près la cour d’Alger (Sidi M’hamed) avait établi en première instance y compris la responsabilité de cette filiale algérienne du géant français de l’industrie pharmaceutique, laquelle a écopé de deux milliards de dinars d’amende (20 millions d’euros environ). Le verdict a été rendu le 3 mai dernier. Et Sanofi a fait appel. Lors de l’audience du jugement à la cour d’Alger, tenue la semaine dernière, le procureur général près la cour d’Alger, lui, avait requis l’aggravation de la peine de prison contre Thierry Lefebvre ainsi que l’augmentation de l’amende contre les laboratoires Sanofi-Aventis. Hier, la cour a confirmé la condamnation à un an de prison avec sursis de Thierry Lefebvre, directeur général de Sanofi-Aventis Algérie et l’amende de deux milliards de dinars infligée à la filiale en tant que personne morale. L’affaire a éclaté suite aux contrôles effectués sur une série d’opérations d’importations de Sanofi-Aventis Algérie au cours de l’été 2010. Des PV d’infractions à la législation de changes et des mouvements de capitaux ont été établis par les services des Douanes de l’aéroport international Houari- Boumediène d’Alger. Le préjudice se chiffre à des dizaines de millions d’euros. Les Douanes algériennes avaient déposé une plainte auprès du tribunal d’El Harrach qui s’est dessaisi de l’affaire plus tard au profit du pôle judiciaire spécialisé de Sidi M’hamed. Sanofi a réagi hier en fin de journée en diffusant un communiqué de presse où il a exprimé «une nouvelle fois sa surprise et son incompréhension quant à la décision rendue par la Cour d’Alger». Il y annonce qu’il va se pourvoir en cassation. En mai 2012, les Douanes ont dressé 12 nouveaux contentieux à l’encontre de laboratoires pharmaceutiques et importateurs et d’autres managers devront bientôt être déférés devant la justice pour les mêmes infractions.
    L. H.

  • Harbi, l’armée et les faussaires de l’histoire


    Par Mahdi Cherif,
    moudjahid, ancien secrétaire général de l’EMG de l’ANP
    Dans mon écrit paru dans le Soir d’Algérie, le 21 février 2012, concernant l’exécution sommaire du colonel Mohamed Chabani, le 3 septembre 1964 à Oran, j’ai rappelé l’avis déterminant de Mohamed Harbi, lorsque, pendant quelques heures, la vie du jeune colonel a balancé au bout du bon plaisir d’Ahmed Ben Bella.
    Mohamed Harbi a mis quatre mois pour imaginer une réponse et trouver les mots pour la formuler ! Surprenante lenteur chez un homme prompt à faire dans les grandes amplitudes dès qu’il s’agit de pontifier sur les médiocrités des Algériens ! Sans doute a-t-il fallu tout ce temps au professeur reconverti dans l’exploitation juteuse des archives de la révolution qui ont été, à un moment de sa vie, opportunément à la portée de sa main pour retrouver la mémoire. Il est difficile, il est vrai, de se souvenir des actes de ses vies antérieures lorsque ce n’est pas la conviction qui trace la cohérence et la linéarité d’un itinéraire. Ou bien a-t-il attendu la disparition d’Ahmed Ben Bella de peur, sans doute, qu’il ne lui dise : «Oui, tu étais là !» Dans un plaidoyer embarrassé, l’ancien Souslov algérien du FLN et conseiller du «Zaïm», reconnaît – je n’en demandais pas tant – qu’il a requis par trois fois contre le jeune colonel. Dans le texte confié à El Watan,le 4 juin 2012, Mohamed Harbi, l’historien qui se souvient de l’histoire des autres, mais qui donne l’impression d’avoir oublié la sienne, refait le procès de Mohamed Chabani. Il rappelle, la prenant ainsi à son compte, la principale – et fausse – accusation formulée contre le chef de la Wilaya VI, et, tout en essayant de nier sa responsabilité par de laborieuses pirouettes, il affirme que ce sont des cercles occultes intéressés à le perdre de réputation qui ont inspiré mon exercice. Dans le présent écrit, je cite mes sources. Elles sont irréfutables. L’inquisiteur impitoyable et sans état d’âme, qui requérait la mort contre les opposants et qui l’obtint maintes fois, déguisé aujourd’hui en fougueux défenseur des droits de l’homme, nous explique lui-même – nous allons le relire – quelle était sa conception des droits de l’homme et de la justice au temps où il était puissant.
    «Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens»*
    Relisons ce qu’écrit Harbi : «Sommé de quitter le commandement de la région saharienne, il (Chabani) refuse d’obéir et oblige l’administration à ne plus reconnaître l’administration centrale. Il ouvrait malgré lui un champ d’action à toutes les forces extérieures hostiles à l’Etat algérien, c’est la raison pour laquelle le journal que je dirigeais ( ! ) a appelé le gouvernement à réagir…». Relevons d’abord le «la région saharienne» au lieu de la Wilaya VI, qui ne couvrait qu’une partie du Sahara, avec ce que cela suggère comme dangers potentiels pour l’unité nationale et les richesses énergétiques, et soulignons au passage la pirouette qui fait endosser au journal ses propres décisions. Le révolutionnaire flamboyant, rattrapé par l’histoire, tente de diluer sa responsabilité et de se faire tout petit en se cachant derrière le journal (les appariteurs, les secrétaires, les chauffeurs, les pigistes, les commis aux chiens écrasés et les tâcherons obscurs de la pointe Bic). Glorieuse mise en page du rôle principal qui fut le sien à côté de Ben Bella. Passons, mais retenons au passage le terrible aveu : «Malgré lui» !... Chabani s’est donc retrouvé devant le peloton d’exécution pour un crime qu’il n’a pas commis, mais dont Harbi, cinquante ans après, l’accuse encore. Harbi écrit, écoutons-le bien : « Révolution africaine a publié trois articles, deux éditoriaux sous ma signature, le troisième intitulé, Les féodalités bureaucratiques, exprimait le point de vue de la direction du FLN, y était relaté le fond de l’affaire Chabani. Celui-ci a été jugé sans garantie de justice par un tribunal militaire les 2 et 3 septembre, et la sentence exécutée dès le procès terminé…» Le «sans garantie de justice» donne froid dans le dos. Il a été codifié dans le texte intitulé : «Les féodalités bureaucratiques» publié le 4 juillet 1964, dans Révolution africaine. Le morceau de bravoure explique et justifie la façon d’administrer la justice aux opposants. Il est de la main de Harbi sous le pseudonyme El Harrouchi (Harbi est né à El Harrouch en 1933). Après avoir longuement chargé Chabani et insisté sur la «nécessité» de la peine capitale, Harbi conclut : «(…) Ou la révolution se défend par la violence révolutionnaire ou la révolution hésite et démissionne. ‘’Nous ne sommes pas dans un débat juridique’’. Qui renonce à la violence renonce à la révolution.» Pol Pot n’aurait pas désavoué El Harrouchi. Après avoir lu cela, on peut faire grâce à Harbi des autres appels au meurtre contre les pseudos opposants dont sont remplis les éditoriaux signés par lui. Harbi, dans le puéril jeu de cachecache auquel il s’adonne pour ne pas reconnaître son écrasante responsabilité dans la mort de Chabani (le journal, puis une collégiale et anonyme direction du FLN et enfin Omar Ouzegane), convoque le témoignage de Tahar Zbiri «(…) J’ai interrogé et enregistré le colonel Tahar Zbiri sur l’affaire Chabani. A aucun moment, il n’avait évoqué mon nom (…)» Tahar Zbiri, Harbi devrait le savoir, a gardé la mémoire de ce qui se passait audessus de 1000 m d’altitude. Au ras des pâquerettes, il y avait trop de monde et trop de mochetés. Tahar Zbiri a bien raison de ne pas s’en souvenir. L’exécution de Chabani était voulue et demandée par Harbi, non que ce dernier eut été un être assoiffé de sang, ou qu’il eut un compte personnel à régler avec le chef déchu de la Wilaya VI, mais comme un jalon visible, une démarcation nette entre les tenants de la révolution socialiste, dont il s’était autoproclamé le grand prêtre, et les aspirants au grand burnous. Chabani, «le féodal», était jugé ès qualités, un peu comme les GIA condamnaient, ès qualités, le jeune appelé sans avoir jamais eu à pâtir de ses agissements.
    Schizophrénie révolutionnaire
    L’inquisiteur trotskyste, qui avait l’oreille du raïs, avait fulminé contre Chabani non parce que ce dernier s’était rendu coupable de crime de rébellion, mais pour des raisons idéologiques. Mohamed Chabani était aux yeux du quarteron trotskyste, qui sévissait dans la proximité immédiate de Ben Bella, le représentant parfait des féodalités qui menaçaient «la révolution socialiste». C’était une vision dogmatique, froide, consciente, déterminée, mais fausse. Ben Bella, Harbi et leurs proches amis n’avaient rien compris à l’Algérie, pourtant simple, de l’immédiat après le 5 juillet 1962. Ce n’était pas de pseudos féodalités présentes partout, dangereuses et dont «les légions» de Mohamed Chabani auraient été le bras armé qui menaçaient l’Algérie, mais l’incompétence, le brouillamini doctrinaire, l’égocentrisme du dirigeant qui avait conquis le pouvoir par le coup d’Etat contre le GPRA et l’erreur de latitude des clercs gauchistes qui avaient investi la direction du FLN et qui inspiraient sa décision politique. Ce noyau dur et prépondérant était essentiellement constitué par Harbi, chantre de l’égalitarisme par le bas, inquisiteur impitoyable à l’affût d’opposants à abattre, redoutable et sans état d’âme quand il a atteint les hautes sphères du pouvoir et eu en mains le levier d’un journal influent et par Lutfallah Suleiman, le marxiste égyptien sorti tout droit des géôles cairotes par Nasser et envoyé en Algérie auprès de Ben Bella. Les militaires, qui ont condamné à mort Mohamed Chabani, ont eu à gérer, chacun, des rébellions militaires pendant la guerre de Libération, ils les ont résolues sans recourir aux exécutions capitales. Saïd Abid et sa participation efficace à la solution de la sédition du djebel Chaâmbi, Abderrahmane Bensalem confronté au bunker «Hama Loulou» et qui sut le réduire sans mort d’homme, comme il a su ramener à la raison Slimane Laceu de retour d’une mission d’acheminement d’armes, en proie à un accès de rage subite, et qui menaçait de lancer son commando sur «laârab et l’francis» de la Calle à Tamanrasset ! Sans compter une bonne demie-douzaine d’humeurs chagrines qui ont hérissé les crêtes des djebels frontaliers, de 1956 à 1960, d’ires, de dires et de délires. Bensalem et Abid savent que les coups de sang de tel ou tel chef de guerre se concluent toujours à l’avantage de l’autorité centrale et sans effusion de sang, sauf celle de Ali Hambli à l’Est et celle de Zoubir à l’Ouest pour des raisons particulières. La rébellion à laquelle s’est essayé Chabani n’a pas dérogé à la règle générale. Juste une effervescence de quelques jours, à peine un baroud d’honneur. Harbi n’a pas siégé dans le tribunal qui a condamné Chabani mais par ses appels au châtiment suprême à longueur d’éditorial ; il a créé une atmosphère empoisonnée de révolution en péril qui a rendu légitime le recours aux gibets. (Chabani n’a été que le premier des suppliciés de l’ère Ben Bella. Il y en aura d’autres. La liste existe et les témoins se souviennent). Harbi a été objectivement celui qui a facilité la tâche aux deux véritables tueurs de Chabani – Ben Bella et Boumediène – en leur fournissant le prétexte imparable «de l’atteinte à l’intégrité territoriale». Il a donné aux officiers qui ont voté la mort, par soumission à l’ukase, la bonne conscience «du devoir accompli». Harbi, en ce temps-là, je le souligne encore, tenait bien droit la première hampe de l’oriflamme idéologique du régime en se faisant le meddahinspiré du pouvoir des masses, du hammam réservé aux nantis, de la justice révolutionnaire appliquée aux opposants et des milices populaires. La deuxième hampe, l’ordonnance d’application sans laquelle la théorie demeure lettre morte, était tenue, de la façon qu’on sait, par le commissaire Hamadèche. Les solutions mécanistes prônant une justice sociale basée sur l’exclusion et la violence, aveugles devant les véritables défis d’un pays tentant de se relever d’une longue guerre de libération, qui décrètent, par le haut, la stratification en classes et en intérêts de classes d’une société recroquevillée sur des valeurs ancestrales, telles les coutumes et la religion et qui tentent d’imposer une dynamique brutale de changement sans le moindre relais dans cette même société, sont vouées à l’échec. La greffe artificielle, bulbe étranger sur le corps algérien de l’époque, ne pouvait qu’échouer. Ben Bella, tonitruant désert politique, a trouvé dans les théories semi-rigides prônées par des gauchistes pressés matière à meubler son vide. A peine arraché du terreau où il s’était introduit par l’effraction de l’entrisme, le greffon rougeâtre s’est rabougri et desséché. Mais il a eu le temps de marquer son temps et les esprits. Je n’ai nullement l’intention de disserter sur les envolées lyriques des idéologues autistes du début de la décennie 1960 – autant en emporte le vent – et il est hors de question de faire dans l’outrance en tenant Harbi pour seul responsable des copiés-collés qui ont inoculé un increvable virus à l’Algérie. Cinquante ans plus tard, les mimétismes dont certains apprentis marxistes ont été les hérauts, ont érigé, année après année, pierre après pierre, le mur de nos lamentations. Il y a des gâchis dont un pays ne se relève jamais. L’infortuné Mohamed Chabani et les autres opposants suppliciés ont été les premières victimes de l’amour inconsidéré pour le pouvoir et des idées fixes schizophréniques.
    Docteur Jekyl et mister Hyde
    Et puis un jour, le 19 juin… Oui, entre-temps le 19 Juin – la fameuse journée des dupes – passa par là, réduisant à leur vraie dimension les prématurés de la couveuse de l’oncle Pablo, à peine barbouillés de barbe à papa et effarés de se retrouver seuls, tragiquement, à l’étroit dans l’espace de leurs incertitudes. Il y a des désillusions plus terribles que la plus étroite des géôles. Foin de révolution. Sauve qui peut ! Ceux qui ont choisi, une fois un levier de pouvoir en main, les raccourcis de la violence dite «révolutionnaire», confirmant par l’extrême leur vraie nature, connurent pendant quelque temps les culs de basse fosse ; j’étais de ceux que Abdelaziz Zerdani avait quotidiennement harcelés afin que j’agisse auprès de Zbiri pour qu’il obtienne, sinon la clémence pour nos idéologues bien marris, au moins l’adoucissement de leurs conditions de détention. Harbi, une fois que Kasdi Merbah lui eut encadré la poterne de «l’évasion», s’en va, penaud, sans pouvoir cette fois-ci prendre les archives, surtout celles où figurent ses confessions chez la SM. Il changea de registre, abjura sa première communion et entra en éclipse, faisant la preuve par «terre neuve» qu’il n’était apparenté aux authentiques trotskystes que par l’hématome rougeâtre du «kyste». D’autres, en Algérie ou ailleurs, les réalistes qui ont opté pour «un programme minimum» et qui ont su revenir à la charge malgré les incompréhensions, les rejets, les calomnies, les répressions ou les exils, ont fini par gagner le droit à l’existence et à la parole, respectés même par leurs plus féroces contradicteurs. La cohérence dans les idées et le courage face aux épreuves sont toujours payants. L’ancien champion de la réduction des problèmes complexes de l’Algérie en facteurs s’insérant dans une équation simple par la catégorisation et infaillible par la coercition, s’est reconverti, un ton plus bas quand même, dans l’enseignement de l’histoire à ceux qui ne la connaissent pas. Il leur apprit, avec des mots savants, que l’ALN était composée d’ignares et de rustres. La mode aidant, il embrassa la carrière du droit de l’hommisme, celle des gesticulations guerrières du droit d’ingérence fondé sur les mots au sens perverti, usinés dans les ateliers cyniques où travaillent les artisans émérites des «printemps arabes» où, de Damas à Tunis, en passant par le Caire et Tripoli, la mort danse la farandole. Au fond, à bien relire la prose étalée dans El Watan du 4 juin 2012, du spécialiste en histoires tristes de son pays, on découvre que sa seconde préoccupation, après celle qui tend à nier le rôle qui fut le sien dans l’affaire Chabani, est la réaffirmation de ses positions connues sur l’armée algérienne. Pour se ménager encore une fois — motion Elkabbach — les rescousses utiles des grosses pointures de la démocratie appliquée aux autres selon le modèle libyen, il avance qu’il est victime de calomnies destinées à ternir son image par un Mahdi Chérif qui roule pour on ne sait qui. N’est-il pas, lui Harbi, l’homme qui dénonce les atteintes aux droits de l’homme et les crimes de torture ? Il fait feu par les ingrédients qui ont fait, il y a quelque temps, la fortune des concepteurs de l’inusable «qui tue qui ?». Par une embardée acrobatique, il suggère qu’il est victime d’un tir de ricochet provenant de cercles proches du général Nezzar. On veut, à ce qu’il paraît, lui faire payer son noble combat contre la torture. «(…) Le recours au passé n’est ni politiquement innocent ni fortuit. Il s’intègre à la campagne en faveur du général Nezzar organisée par le Soir d’Algérie (…)», affirme Harbi. Merci pour le Soir d’Algérie et merci pour les éminents membres de l’intelligentsia algérienne qui ont soutenu Nezzar, victime d’un guet-apens organisé de main de maître en Suisse. Le pavé en page 2 du Soir d’Algérie, du 5 juin 2012, a la consistance d’un pavé de schiste dense, aiguisé et tranchant. Certaines outrances de langage ne méritent qu’un jet de pierre. L’écrit de Mahdi Chérif, mon écrit, Harbi l’affirme haut et fort, est donc un tir provenant de l’entourage du général Nezzar. On découvre, on s’en doutait un peu – et désormais les choses sont nettes – que Harbi est partie prenante dans les cabales fomentées d’une façon récurrente contre le principal artisan de l’arrêt du processus électoral qui a empêché le FIS d’empocher l’Algérie. Je ne suis pas mandaté pour défendre Khaled Nezzar ; il s’est toujours bien défendu tout seul. Je viens d’écrire tout seul. Je retire. Le 10 mai écoulé, beaucoup d’Algériens ont voté Khaled Nezzar. Le résultat du scrutin a été, d’une certaine manière – je suis de ceux qui l’interprètent ainsi – l’approbation de l’acte nezzarien de janvier 1992. Je viens d’inventer un mot : «nezzarien». Il figurera tôt ou tard dans le lexique. Il est déjà chanté «en Caire». Libre à Harbi de dire, et il le dira sans aucun doute : «Quelle belle solidarité de caste !» Je ne suis pas un proche de Nezzar. Pendant les évènements du 14 décembre 1967, qui m’ont valu les galères, il était d’un côté et j’étais ailleurs. Mais plus tard, lorsque l’Algérie s’est trouvée face aux périls, le sens de l’intérêt national a gommé les divergences et a rapproché les fils de l’ALN autour de l’ANP – leur œuvre commune – mobilisés, toutes générations confondues, pour l’Algérie. J’ai lu l’article de l’excellent Salah Guemriche paru dans le Quotidien d’Oran, le 14 juin 2012. Il avance, à propos de l’absurdité de certains destins, que «tout acte de vigilance citoyenne et toute critique d’un système passé maître en manipulation relève du devoir de tout intellectuel digne de ce nom…». Je souscris pleinement à la sentence et j’insiste, pour ma part, pour écarter toute équivoque, que l’intellectuel doit être à l’avant-garde pour défendre tout simplement l’Etat de droit. Harbi a le droit, et surtout le devoir, de faire campagne pour les droits de l’homme et du citoyen. J’ajoute, en plagiant un tantinet Guemriche (guillemets) : «Mais passer sans état d’âme du lynchage médiatique dont furent victimes d’autres Algériens» au statut de moraliste et de censeur, une fois qu’on a quitté le pouvoir, est assurément une étrange métamorphose. Le lecteur me pardonnera, avant de revenir aux sentiments que nourrissent à l’égard de l’armée algérienne certains intellectuels algériens, in céans ou auto-exilés, de vider d’abord les deux mandats de dépôt que m’a notifiés le procureur Harbi : Les trois coups d’Etat que j’aurais perpétrés et ma complicité dans la rétention des restes des chahids Amirouche et Si El Haoues. Trois coups d’Etat ? Question au docteur Bonatiro : le ridicule peut-il être mesuré à l’échelle de Richter et, si oui, à partir de quel degré peut-il tuer ? Puisque nous sommes dans le registre de l’ironie, autant l’effeuiller jusqu’au bout. Voyons cette variante : le premier coup d’Etat vous a donné le pouvoir, le deuxième vous a empêché de continuer d’en mal user et le troisième devait vous tirer de la mauvaise situation où vous vous êtes mis. Pourquoi donc me reprochez-vous ma charité ? La rétention des restes des deux martyrs ? Harbi tente d’imprimer un effet boomerang à mes révélations et essaye d’ouvrir une polémique malvenue, et surtout indécente, sur un sujet douloureux entre tous. Il en sera pour ses frais. Bic). Saïd Sadi a écrit un livre émouvant et très documenté sur la vie et le parcours patriotique de Amirouche. Saïd Sadi sait très bien qui était Ben Bella, ce qui se passait autour de Ben Bella et qui étaient les conseillers de Ben Bella. Il n’a pas voulu aller dans cette direction par honnêteté intellectuelle lors de ses investigations sur les tenants et les aboutissants de cette affaire. Pas de preuves ! La terrible tache noire de la séquestration des restes n’a pas encore livré tous ses secrets. Nourredine Aït Hamouda et Saïd Sadi savent qui étaient les militaires qui ont découvert les dépouilles, comment ils ont agi et quelles étaient leurs possibilités et leurs limites d’action. Sadi, quoi qu’il ait pu affirmer un jour, ne s’est jamais trompé de peuple.
    Le traumatisme originel
    Comment peut-on être aveugle quand on ne souffre pas de cécité ? Certains plateaux de télévision outre-Méditerranée ressemblent à des divans de psychanalystes. On découvre alors, au gré des étranges logomachies de la gent intellectualisée conviée pour légitimer les verdicts précieux assénés sur l’Algérie et les prédictions de l’inéluctable chaos qui l’attend, combien on peut être aveugle alors qu’on ne souffre pas de cécité. Question de vision. Les choses apparaissent déformées quand on les regarde à travers l’écran opaque d’une carte de séjour. Je sais, Harbi, au contraire des autres canassons (tiens, encore Nezzar) qui font partie de l’attelage, n’a pas besoin d’officier traitant ou de montrer «patte verte» pour obtenir droit de cité là où il le désire. Ses titres universitaires sont reconnus. La pathologie dont souffre Harbi est d’un autre ordre. Elle remonte à l’époque où il était resté sur le quai quelque part chez lui-même, en lui-même, en orbite autour de lui-même, emmailloté par les fils velus de l’araignée, celle qui se tapit toujours au bord du Rubicon quand il est en crue. Le carrefour des années 1950 était bien périlleux. Harbi a passé sous silence, dans Une vie debout, son grand silence au moment du grand appel. Il salivera toute sa vie sur les états de service de ses compagnons de lycée qui ont eu le courage d’aller au-delà du piémont, d’où ses jugements dévalorisants — c’est le moins qu’on puisse écrire — sur l’ALN. Il y a des non-accomplissements qui minent pour la vie, une vie. Ce sont de vrais traumatismes. Et le mal s’ajoutant au mal, Harbi croisa un jour le chemin du commandant Mendjeli. Avril 1960, l’homme de gauche était venu prêcher, sur la frontière Est, la révolution à ceux qui la faisaient. Son discours, sans points ni virgules, était un mélange de Abane : «Nécessité d’une organisation d’avant-garde liée aux combattants et au peuple et dirigeant le pays de l’intérieur», un peu de Fanon : «Coupure brutale entre les forces vives de la révolution...», et beaucoup de Pablo (alias Michel Raptis qui créa en 1944 le PCI, Parti communiste internationaliste) : «Lutte contre les tendances opportunistes…» Sa leçon fut comprise comme une tentative de tamisage des rangs de la révolution pour ménager les premiers rôles à ceux qui pensaient être les seuls à pouvoir «définir les mots d’ordre et à encadrer l’éducation politique». Les membres de l’état-major général ont remis à sa juste place l’aspirant maître à penser. Venir faire un cours de stratégie appliquée à ceux qui étaient confrontés au réel et qui connaissaient l’état des lieux de la révolution en ces débuts de l’année 1960 (reprise en main difficile de l’ALN après la disqualification du COM, développement des opérations Challe sur les wilayas combattantes, fermeture quasi hermétique des frontières, regroupement massif des populations et mobilisation sans précédent des lobbies ultras en Algérie) était un peu présomptueux. C’était toute la différence entre les faiseurs de révolution en éprouvette aseptisée de laboratoire et ceux qui étaient dans le chaudron en ébullition du terrain. Mendjeli, l’irascible commandant Mendjeli, au revers de la main douloureux, avait dû faire un gros effort pour contrôler les pulsions de sa dextre. Harbi a eu de la chance, l’ulcère de Si Ali était, ce jour-là, en période de somnolence. Dans les Archives de la Révolution algérienne (document n°89, page 410), Harbi donne une version arrangée de l’incident.
    La problématique de l’ANP
    Au lendemain de l’indépendance, l’armée échappait au contrôle total de Ben Bella et de son groupe. Houari Boumediène n’était pas convaincu par la politique du soi-disant «pouvoir des masses». C’était pour lui la feuille de vigne qui cachait les attributs impudiques du pouvoir personnel. Face aux réticences de l’opinion et aux oppositions déclarées de ceux qui l’ont aidé à défaire le GPRA, Ben Bella, conseillé par Harbi, imposa la création d’une milice populaire. Mise rapidement sur pied, elle commença à recruter et à recevoir, par bateaux entiers, des armes. Sa mission de gardienne de l’orthodoxie idéologique, telle que définie par Harbi, et de contre-poids militaire à l’ANP était évidente. On connaît la suite. Au cours de la décennie 1990, après son intervention pour briser la dynamique qui conduisait le pays à l’abîme, l’armée algérienne, accusée d’être «un corps conservateur, réactionnaire, prompt à user de violence pour protéger ses intérêts ou ceux des oligarchies dont elle est la garde prétorienne », est devenue l’obstacle qui fait barrage au «printemps » algérien, selon Saint Bernard. Les commanditaires cachés de la déstabilisation de l’ANP activèrent des relais qui se constituèrent en une redoutable coalition : institutions chrétiennes, ONG plus ou moins catholiques, personnalités emblématiques de l’intelligentsia française influencées par des analyses consciemment orientées d’une poignée d’intellectuels aigris et par la peinture de l’apocalypse algérienne racontée par de blanches et innocentes icônes de l’ex-FIS. Pourquoi interpeller les petites mains de la «régression féconde» et autres fariboles ? L’étal des bons apôtres, malgré le fardage et la criée, n’a pas connu d’affluence. Mais lorsqu’il s’agit d’un homme qui se revendique de grands principes et de grandes idées et qui affirme qu’il a toujours eu de l’ambition pour son pays, le mélange des genres est intolérable. Le palier annonciateur de l’escalier étroit, sombre et glissant est souvent bien éclairé. Harbi, tête de liste du parti du chaos algérien annoncé à chaque pleine lune, complice des compassions suspectes envers les tueurs, répercutant dans tous les Sant’Egidio de la planète les sommations à son pays qui ressemblent à des tirs à balles réelles. Vocations affichées et vacations acceptées, mues de mots et mutations de sens. Chemins chaotiques… Fiction ? Simple sujet de philo ? Non, drame pathétique des sorties ratées. Banal et triste destin algérien. Hélas !
    La ligne de démarcation
    L’armée algérienne a résisté. Nous avons résisté. J’écris le mot «nous» avec une intense émotion. Il y a huit jours, j’ai présidé les travaux du 3e congrès de l’Organisation nationale des retraités de l’ANP. Dans la salle, au gré des interruptions de séances, des groupes se formaient. Parfois, parvenait à mes oreilles un nom. Le nom d’un compagnon mort, assassiné par l’hydre infernale. La minute de silence observée avant l’ouverture, et dédiée aux morts de l’Algérie, est propice à l’émotion et à l’évocation. Des noms… Du général à l’homme de troupe. Tous les niveaux de la hiérarchie. Des morts par milliers. L’armée algérienne est restée debout. Lorsque Harbi interroge, provocateur : «Depuis quand une armée s’identifie à ses chefs avant de s’identifier à la nation ? S’agit-il d’une caste ou d’une institution au service du pays ?» se rend-il compte de la gravité de ses propos ? Vingt ans de résistance et de sacrifices sont réduits à un combat de mercenaires, mobilisés pour les intérêts de quelques parrains. Ce n’est pas Nezzar que Harbi vilipende, ce n’est pas la SM ou le DRS ou une quelconque police politique qu’il cible, Harbi s’attaque à l’ANP en tant qu’institution nationale, rejoignant ainsi les rangs de ceux qui, patiemment, insidieusement, par la sape sournoise de la défense des droits de l’homme, tentent de la découpler de notre peuple pour le réduire à merci. Pendant le fameux procès de Paris que Khaled Nezzar a intenté à ses détracteurs, Harbi est allé encore plus loin dans l’offense : «Tous les peuples du monde ont une armée. En Algérie, l’armée possède un peuple.» Après avoir proféré de telles énormités attentatoires à l’honneur de tous ceux qui ont porté un jour l’uniforme de l’ANP, Harbi peut encore venir commémorer des dates et parler d’histoire. Juste quelques petites précisions avant de revenir à mon sujet. J’ai fait partie du groupe de militaires qui après s’être opposés à la dictature de Ben Bella, se sont insurgés contre la dictature de Boumediène qui l’a remplacée. J’ai souffert des conséquences de mes choix. Je gagne ma vie à la sueur de mon front. Je ne défends aucun privilège et je ne roule pour personne. Je ne défends pas, sous un prétexte grandiloquent, le système qui prévaut en Algérie ou le régime actuel. Les jeunes Algériens ont suffisamment de discernement et de ressort pour imposer, tôt ou tard, les changements que le pays attend. La première pierre qu’ils devront polir et cimenter sera celle d’un véritable Etat de droit. Ils y parviendront s’ils savent imposer le changement sans remettre en cause la stabilité du pays. Aucune évolution positive ne sera menée à terme et rendue pérenne si la colonne vertébrale du pays – l’armée algérienne – est ébranlée. Or, c’est de cela justement dont il est question dans les diatribes récurrentes dont l’armée est l’objet. Dans un monde compliqué régi par la loi du plus fort, dans un contexte géopolitique local perturbé, au moment où des bouleversements inattendus risquent de se produire, l’armée algérienne demeure la garante de notre survie. Le consensus sur cette question est la ligne de démarcation qui sépare la zone d’occupation tenue par ses pourfendeurs, de la zone libre où se placent ceux qui ont une vision nationale des enjeux. Pour l’édification de ceux qui espèrent casser le lien qui existe entre l’ANP et le peuple algérien, il est peut-être utile de rappeler cette réalité : l’ANP n’est que la partie visible de la véritable armée algérienne. Je laisse à Harbi le soin de déchiffrer le sens de cette phrase. Un rappel pour l’aider : l’armée algérienne n’a pas été constituée selon le modèle qui a prévalu pour d’autres armées à travers le monde. Elle est née – immédiatement – multiple, le même jour, partout à travers l’immense territoire national. Chaque chaumière du pays profond lui a donné avec un de ses fils, un peu de sa substance. Ainsi elle a été, dès sa venue au monde, authentiquement populaire. Ainsi elle a pu tenir tête à une force qui avait la tradition de la chose militaire, l’expérience d’innombrables champs de bataille et une considérable puissance mécanique. Les conditions de sa venue au jour la marqueront à jamais. Après l’indépendance du pays, au-delà des conjonctures, des péripéties et des erreurs de celui qui a été à sa tête dans les années 1960 et 1970, elle a su préserver l’essentiel : demeurer populaire. Elle a pu le rester grâce au service national et à sa présence aux côtés du peuple dans les grandes épreuves : les tremblements de terre, les inondations, le terrorisme, les froids sibériens ou encore lorsqu’elle a veillé à ce que le dialogue s’instaure entre les Algériens au lieu d’imposer la solution «des bruits de bottes et des gradins des stades». Les Algériens ont de la mémoire. Tôt ou tard l’histoire, lorsqu’elle ne sera plus l’otage de Harbi et de ses amis, reparlera de ce qu’ont accompli dans la discrétion et la modestie ou le panache et la morgue, les hommes qui ont été immenses sur ces champs d’honneur. Leur Histoire, n’en doutons pas, aura les accents de l’épopée.

  • La presse à l’origine de la crise du FFS ?

     

    Par : Mustapha Hammouche

    Quand Laskri reprend la formule présidentielle des “terroristes de la plume”, cela donne  ceci : “Après les assassinats par balle, d’aucuns tentent aujourd’hui l’assassinat par la plume.” On le sait : c’est  plus courageux d’ignorer “qui tue qui” par balle et de désigner les tueurs de la plume !
    Le réflexe est désormais ancré dans le système : quand un responsable, une institution, un organisme, un parti, un syndicat ou simplement une personne se retrouve empêtrée dans les effets de ses imprudences, de ses agissements, de ses fautes ou de ses compromissions, il se retourne contre la presse et l’accable de prendre en charge le complot qui le vise. Celui par qui le scandale arrive s’en prend à celui par qui le scandale se sait !
    Le cas actuel du FFS est plus significatif que tout autre : le parti n’est en conflit avec aucune autre partie, pas même avec le pouvoir, dont il se faisait le champion des opposants mais qu’il veut aider à “réhabiliter la politique”. C’est le problème d’une direction qui n’arrive pas à expliquer, à sa base, les raisons d’une initiative dont l’incompatibilité avec la philosophie jusqu’ici fièrement brandie par le parti est flagrante. La potion sémantique du “mouvement dans le statu quo” n’a pas pris. “Ntsa yezra” (lui, il sait)… D’accord…, mais des militants attendaient l’effet de cet ingénieux “choix tactique” pour le lendemain du scrutin. Mais “nini” :  ni un bénéfice électoral ni une évolution politique du système ! Peut-être même que la direction “locale” ne connaît pas les véritables raisons de cet imprévisible acte de normalisation du FFS.
    Mais la question n’est plus dans ce mystérieux “choix tactique”. Les Algériens ne croient plus que le multipartisme, dans sa sociologie actuelle, et les élections, dans leur conception présente, puissent sortir le pays de son impasse historique. Les partis ont donc beaucoup moins d’ennemis qu’ils n’en fantasment et qu’ils ne le souhaitent, parfois.
    Comme tous les partis, le FFS vit une crise existentielle. Leurs militants, ceux qui n’ont pas inscrit leur plan de carrière dans l’avenir de l’appareil, se posent la question de l’utilité politique de ces mêmes appareils.
    Mais au lieu d’assumer la question du devenir de son parti, et voyant, devant le soulèvement massif de notables organiques, que l’arbitraire habituel n’opérera pas nécessairement, Laskri se rabat sur le bouc émissaire désigné, la presse, sans en identifier “les janissaires de la plume” qui “dictent à coup d’éditoriaux où le mensonge factuel le dispute à l’impudeur et à l’impudence des commentaires, la nouvelle feuille de route à des “militants” félons…”
    Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, il leur dénie nationalisme, démocratie et… indépendance, comme si zaïmisme pouvait rimer avec indépendance !
    Sous peu, des sites et blogs prendront le relais de cette rafale d’insultes pour accabler les journalistes, dans l’anonymat du virtuel, d’autres maux, comme le racisme, l’antiféminisme, voire la xénophobie ou encore… l’homophobie.
    L’expérience “démocratique” algérienne, si elle a échoué, n’aura pas été avare de leçons. En voici une : l’intolérance à l’avis contraire est équitablement partagée entre le pouvoir et ceux qui le contestent (et, à l’occasion, pactisent avec lui). Et une autre : le statut d’opposant n’est pas un gage de démocratie.

  • no moment

    Dimanche, 24 Juin 2012 , Édition N°6032 Facebook Imprimer Réagir Dilem du 24 Juin 2012

  • L'Algérie jette en prison un militant des droits de l'Homme


    Par Le Matin DZ |

    Depuis qu'il avait révélé les charniers de Relizane où un massacre terroriste avait fait plus de 1000 morts en 2001, bilan alors minimisé par les autorités, Mohamed Smaïn, 69 ans, ne cesse de subir des harcèlements judiciaires. Il vient d'être jeté en prison. Dans un communiqué collectif, des ONG appellent à sa libération immédiate

       
       
    L'ampleur de la tragédie des massacres terroristes révélée par Mohamed Smaïn

    Dans un communiqué daté du mercredi 20 juin organisations non gouvernementales de défense des droits de l’Homme dénoncent l'arrestation et le placement en détention provisoire du défenseur des droits de l'Homme Mohamed Smaïn. Le Collectif des familles de disparus en Algérie (CFDA), la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme (Laddh), la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (Fidh) et de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT) ainsi que le Réseau euro‑méditerranéen des droits de l’Homme (Remdh) appellent les autorités algériennes à libérer ce militant des droits de l’Homme qui avait révélé l’existence d’un charnier à Relizane.

    Selon le texte, Mohamed Smaïn a été arrêté dans la matinée du 19 juin dernier par des éléments des brigades mobiles de la police judiciaire de la Sûreté de la Wilaya de Relizane, sans mandat d'amener ni mandat d’arrêt. Cette arrestation fait suite au défaut de présentation de M. Smaïn, destinataire de deux convocations du Parquet général de Relizane pour se soumette à une contre‑expertise médicale. Or, d'après M. Smaïn, cité dans le texte, lesdites convocations ne lui ont jamais été transmises. De fait, il purge depuis une peine de prison de deux mois.

    Condamné lors d’un procès en diffamation intenté contre lui par Mohamed Fergane, ancien maire de Relizane et responsable d’un groupe de légitime défense, durant les années quatre‑vingt‑dix, et par huit autres ex‑patriotes, Mohamed Smaïn avait fait éclater en 2001 le scandale de l’exhumation d’un charnier – qu’il avait découvert – par la gendarmerie et le groupe de patriotes à Fergane et son déplacement vers un lieu inconnu. En octobre 2011, la Cour suprême a confirmé la condamnation de M. Smaïn à deux mois de prison ferme, 50 000 DA d’amende et 10 000 DA de dédommagement en faveur de chacun des plaignants. Une demande de surseoir à l’exécution de la peine de prison, faisant suite à une demande de grâce auprès du ministère de la Justice introduite par Mohamed Smaïn pour raisons de santé – il est atteint d’une maladie grave, selon les ONG – en vertu de l'article 16, paragraphe 8 du Code portant organisation de l'administration pénitentiaire, restait en cours d'examen.

    "Le harcèlement dont est victime Mohamed Smaïn est symptomatique du climat d’impunité qui prévaut en Algérie. Les activités de Mohamed Smaïn à Oran et Relizane en faveur des familles de disparus et son action pour que la vérité soit faite sur les violations perpétrées en Algérie, particulièrement pendant le conflit civil qui a ravagé le pays dans les années 1990, lui valent d’être la cible des autorités", écrivent les ONG. "Nos organisations appellent les autorités à libérer immédiatement et inconditionnellement Mohamed Smaïn et mettre fin au harcèlement judiciaire dont il est victime, qui ne vise qu'à sanctionner son rôle dans la lutte contre l’impunité en Algérie", précise le texte. Ces organisations appellent en outre les autorités algériennes à "mettre un terme à toute forme de harcèlement à l’encontre des défenseurs des droits de l’Homme, afin qu’ils puissent mener leurs activités de défense des droits de l’Homme librement."

  • Un président en Algérie, pourquoi faire ?

     


    Par Le Matin DZ 

     

     

    "Ne demandez pas ce que l’Etat peut faire pour vous. Demandez ce que les hommes de l’État sont en train de vous faire." David Friedman

     

    bouteflika,pouvoir,algerie,président,parti Bouteflika par qui le viol de la Constitution est arrivé.

     

    Qui sera le futur président en Algérie dans moins de deux années ? Telle est la question qui se pose depuis que Abdelaziz Bouteflika ait reconnu explicitement le 8 mai dernier qu’il ne convoite pas un quatrième mandat. Tous les citoyens et les citoyennes s’interrogent-ils donc sur ce point crucial pour l’intérêt national. Mais est-ce, ici, la vraie question ?

     

    La légende du chef glorieux

     

    Est-ce d’avoir Obama, Noda, Merkel, Cameron, Hollande, Jintao, Poutine, respectivement à la tête des Etats-Unis, du Japon, de l’Allemagne, du Royaume-Uni, de la France, de la Chine ou de la Russie, est significatif de plus ou moins de progrès dans ces pays dont le destin dépend fondamentalement des seules élites scientifiques et culturelles qui les composent et les identifient comme les puissances les plus inébranlables de la planète ? Qui ne se rappelle-t-il pas la candidature de Coluche, dans les années quatre-vingt, aux présidentielles françaises aux côtés de François Mitterrand, Jacques Chirac et tant d’autres grands chevronnés de la politique sur la scène médiatique parisienne dont les observateurs les plus perspicaces ont alors saisi la parodie qui expliquerait la facticité du mythe « présidentiel. »Dans cette période le président yankee qui faisait trembler le Kremlin était auparavant, tout juste visible dans la scène cinématographique à Hollywood.

     

    La littérature de la fiction, de la légende, mais souvent de l’Histoire – depuis la nuit des temps ça n’a jamais été la plèbe qui écrit les aventures des groupes dominants et leurs chefs, les castes dans les commandes communautaires, mais les notables, Thucydide ou Hérodote ne marchaient pas pieds nus et ne quémandaient leur pitance, Ibn Khaldoun avait des carnets d’adresses parmi les plus prestigieux du quatorzième siècle – a sacrément ancré dans les consciences humaines des héroïsmes de mythe et de légende faisant transparaître les chefs comme quasiment des dieux sortant du lot commun des mortels. Des êtres qui claquent des doigts pour transformer les groupes qu’ils régentent, les emmener vers les grandes victoires et les grandioses conquêtes. Darius, Alexandre de Macédoine, Jules César, Gensis Khan, puis Louis XIV- le roi Soleil- Napoléon Bonaparte, ensuite la modernité avec Clemenceau que lui succède le général de Gaulle, en France, Victoria rattrapée par Churchill au Royaume-Uni, ont été, proportionnellement les uns par rapport aux autres, des figures de puissance mythique n’ayant d’égal que le résultat sur le terrain du formidable essor du savoir et de la technologie fabriqués par des générations de savants et de praticiens des sciences et de techniques agissant à l’ombre des bruits de bottes et des discours politiques.

     

    Pour quel entendement un président ?

     

    Depuis que la science politique est gravement enseignée à l’Université et son prestige social concurrence celui des disciplines mathématiques et physiques, les partis politiques déclassent les académies. Dès lors le militant dans une puissante formation politique qui a les médias à son service donne des ordres au créateur de savoir et de connaissances, le rémunère avec l’argent du contribuable – si c’est l’entreprise privée qui le paye, la valeur de cette entreprise est garantie par le crédit d’un parti, ou d’un groupes de parti, la protégeant. Le politique n’a pas besoin de sciences créatrices d’idées et de biens mais de savoir spécifique qui peut rallier les hommes et les mobiliser, qui à mentir ou usurper, pourvu de convaincre afin d’accéder au pouvoir qui consiste à commander toute la communauté, les élites comprises. Mais on en est vraiment très loin de tout cela dans un pays qui vomit ses universités par la simple preuve par neuf de l’innommable tradition partisane qui veut s’installer, l’"Université d’été", ya elkhwa, pour démontrer que les politiciens algériens sont les cancres les plus tordus de la planète.

     

    Donc chercher un président en Algérie. Si ça se trouve pour foutre quoi, si tout le monde sait que ce n’est d’aucun parti existant jusqu’au dernier né avant le début de la ridicule campagne pour l’incongrue dernière consultation ? Lorsqu’un pays dispose de capitaines d’entreprise qui achètent le grain de polyéthylène pour fabriquer du plastique et d’autres de l’huile et du sucre pour faire de l’huile et du sucre, tous les cafés maures sont en mesure du jour au lendemain de fournir des présidents à tire larigot. Quand depuis cinquante ans un Etat est incapable de garantir le lait propre tous les matins à ses enfants qui ne mangent pas la viande, les fruits et le fromage, n’importe quel dégoûté du parking sauvage dans la cité est capable de gérer un ministère du Commerce. Et ainsi de suite.

     

    Nadir Bacha

  • La Fédération des consommateurs dénonce l'anarchie dans la commercialisation des véhicules neufs

     

     

    La Fédération algérienne des consommateurs (FAC)  a dénoncé samedi à Alger "l'anarchie" et les "irrégularités" qui caractérisent  la commercialisation et le service après vente des véhicules neufs en Algérie.        

     

    « Depuis l'entrée en activité de notre fédération fin 2011, nous recevons  quotidiennement une dizaine de requêtes de la part de citoyens qui dénoncent  l'anarchie et les irrégularités enregistrées dans la commercialisation et le  service après vente de véhicules neufs », a expliqué le responsable de la FAC  pour la région centre du pays, M. Mustapha Zebdi, lors d'une conférence de presse.         

    Selon lui, la réglementation régissant l'exercice de l'activité de commercialisation  des véhicules neufs doit être "impérativement" revue pour mettre fin aux "nombreuses"  infractions commises par "des pseudos concessionnaires qui, en réalité, ne sont  que des importateurs de véhicules neufs ".        

     Les retards dans les livraisons de véhicules, allant de quelques semaines  à quelques années, figurent, a-t-il dit, parmi les plus récurrentes infractions  commises par les concessionnaires automobiles activant sur le marché national.        

     

     "Nous avons enregistré un cas où le client a attendu quatre ans pour  recevoir son véhicule qu'il avait pourtant payé à la commande", a-t-il déploré,  rappelant que la loi en vigueur fixait le délai de livraison d'un véhicule neuf  à 45 jours.      

    Le responsable de la FAC pour le centre du pays a relevé, par ailleurs,  la non conformité des contrats de vente et les bons de commandes délivrés par  certains concessionnaires automobiles, qui "souvent ne mentionnent pas les  délais de livraison".         

    "Pendant que des clients attendent de longues durées pour réceptionner  leurs véhicules, des revendeurs se voient livrer rapidement jusqu'à 20 véhicules  à la fois pour les écouler sur le marché parallèle et encaisser des bénéfices  importants", a fait savoir M. Zebdi.

    "Pendant que des clients attendent de longues durées pour réceptionner  leurs véhicules, des revendeurs se voient livrer rapidement jusqu'à 20 véhicules  à la fois pour les écouler sur le marché parallèle et encaisser des bénéfices  importants", a fait savoir M. Zebdi0

    Cette association a également dénoncé le fait que les  concessionnaires contraignent l'acheteur algérien à payer la totalité de la  valeur du véhicule dès la commande, alors que la loi l'autorise à ne verser  que 10% du montant global du véhicule.       

      La possibilité de réviser à la hausse le prix du véhicule durant le  délai de livraison pour "soi-disant : une augmentation de la valeur de l'euro",  ainsi que le non respect des caractéristiques (couleur, gentes) mentionnées  sur le bon de commande, sont les infractions, entre autres, évoquées par le  responsable de la FAC.         

    Les infractions citées par M.Zebdi comprennent aussi le manque  de pièces de rechange, l'éloignement des rendez-vous pour les prestations liées  au service après vente, le mauvais accueil au niveau du service clientèle des  concessionnaires et la publicité mensongère, particulièrement sur les  délais de livraison.        

     Interrogé sur la nationalité des concessionnaires qui ne respectent  pas la réglementation algérienne, il a expliqué qu'ils sont " principalement  de nationalités françaises et coréennes ", sans pour autant mentionner le nom  du constructeur.       

      Il a enfin indiqué que 80% des cas d'infraction pour lesquels la fédération  est intervenue ont été réglés à l'amiable alors que les 20% restant ont été  soumis à la Justice.         

    A la fin du 1er trimestre 2012, l'Algérie a importé 102.720 véhicules  pour une valeur de 97,73 milliards de dinars (1,32 Mds de dollars), en hausse  de 21,55% par rapport à la même période en 2011.

     

    APS

     

  • Moscou persiste à soutenir Al Assad

     

     

    Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

     

     
	Le régime et l’opposition continuent de recevoir du matériel militaire.

     

     

    Moscou a douché les espoirs des Occidentaux, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, en affirmant hier que forcer le départ de Bachar Al Assad pour résoudre la crise en Syrie était une idée «irréalisable».

     

    Lavrov a même ajouté que plus de la moitié des Syriens soutiennent le président, son parti et sa politique, se basant sur les résultats des dernières élections controversées. Mardi, le président russe, Vladimir Poutine, avait déjà fait taire les rumeurs sur un changement de ligne au Kremlin, en rappelant à ses partenaires du G20 que «personne» n’a le droit de décider de qui peut exercer le pouvoir dans un pays tiers. Le soutien de Moscou à Damas n’est pas que diplomatique. Un cargo russe transportant des hélicoptères de combat MI-25 à destination de la Syrie a été intercepté au large de l’Ecosse et contraint à faire demi-tour.

    Le MV Alaed, battant pavillon de Curaçao, a été bloqué à son entrée dans l’Atlantique lorsque son assureur britannique a résilié sa police d’assurance et l’a convoqué pour une inspection, l’accusant de transporter des hélicoptères. Les autorités russes assument et vont même plus loin. Le cargo se dirige en effet vers son port d’attache de Mourmansk où il passera sous pavillon russe afin de ne plus risquer d’être intercepté. La Russie affirme qu’il s’agit d’hélicoptères livrés il y a des années et qui devaient être réparés. Quant aux anti-Assad, ils ne sont pas en reste. Le New York Times a rapporté hier que des agents de la CIA surveillent en Turquie des livraisons d’armes aux rebelles syriens.

    La Turquie, l’Arabie Saoudite et le Qatar fournissent l’opposition en matériel militaire à travers la frontière turque, et les Etats-Unis pourraient accroître leur aide en fournissant des photos satellite et d’autres informations sensibles. Par ailleurs, la journée d’hier a aussi été marquée par la première défection d’un pilote de chasse à bord de son appareil depuis le début de la révolte syrienne. L’avion, piloté par le colonel Hassan Merhi Al Hamadé, a quitté une base militaire du sud de la Syrie pour atterrir en Jordanie. Hamadé, dont la famille, originaire de Deir Ezzor, serait connue pour son combat contre le régime, a demandé l’asile politique à la Jordanie. Demande acceptée par le royaume hachémite qui accueille déjà plus de 120 000 réfugiés syriens. Sur le terrain enfin, le Comité international de la Croix-Rouge n’a toujours pas pu organiser l’évacuation des civils à Homs, alors que les combats ont fait au moins 93 morts hier, et que plus de 15 000 personnes seraient mortes depuis mars 2011.
                       

     

    Tristan de La Haye
  • Communiqué de la chaine satellitaire Al Magharibia


    La chaîne satellitaire « Al Magharabia tv », informe ses fidèles téléspectateurs qu’en date du 30 Janvier 2012, la société britannique “British telecom”, avec laquelle elle est liée par un contrat, consistant à assurer la diffusion de ses programmes, lui a fait savoir que des pressions ont été exercée sur la société intermédiaire, avec laquelle sous traite la société «British Telecom», pressions provenant d’un des pays du Maghreb, concernant le contenu des programmes de la chaîne «Al Magharibia Tv»

    Cinq jours après cet appel, à savoir le dimanche 5 Février, l’arrêt de diffusion des programmes de la chaîne a prit effet, sur le satellite Atlantic bird 7 (sur Nilesat). La direction de la chaîne Al Magharabia tv a pu savoir, grâce à ses investigations, que la décision d’arrêter la diffusion de la chaîne « Al magharibia Tv » était en effet une décision prise par une des sociétés sous-traitantes avec la compagnie «British Telecom», basée au Moyen-Orient , par ailleurs il est à signalé que la direction d’ Al Maguaribia Tv est en possession d’informations précises, qui révèlent que cette société intermédiaire aurait pris la décision d’arrêter la diffusion en raison des pressions exercées sur elle par l’un des Etat du Maghreb.

    A cet effet « Al magharibia Tv » rappelle qu’à cette période précise, le journal égyptien Al dustur, citant des sources diplomatiques fiables au Caire, avait révélé que l’ambassade d’Algérie en Egypte avait déposé une plainte officielle auprès du ministère des Affaires étrangères pour protester contre la diffusion de la chaîne «Al Magharibia Tv » sur le satellite égyptien Nilesat , sous prétexte que la chaîne TV, ravive la sédition et la zizanie entre les algériens et appelle les citoyens à la résistance contre les autorités algériennes et incite aux émeutes et à la révolution contre le régime au pouvoir en Algérie.

    « Al magharaibia Tv » condamne fermement ces pratiques arbitraires, qui visent à museler ce support médiatique qui a pu dans une période record à faire entendre sa voix et atteindre des millions de téléspectateurs dans la région du Maghreb

    « Al Magharibia TV », poursuivra les procédures juridiques qui s’imposent afin de faire valoir ses droits légitimes de compensation pour les pertes occasionnées par l’arrêt de la diffusion de ses programmes, et dévoiler les parties impliquées dans cet acte arbitraire et les mettre devant ses responsabilités.

    « Al magharibia Tv » remercie ses chers téléspectateurs et toutes les personnalités politiques et les responsables de la société civile du Maghreb pour leur intérêt et le soutien apporté à la chaîne pendant cette crise, et réaffirme ses engagements envers eux et renouvelle son attachement à travers ses divers programmes d’informations, à rester fidèle à ses engagements, à savoir faire d’ « Al Magharabia tv » une chaîne qui fait du professionnalisme son cheval de bataille en garantissant la liberté d’expression, tout en permettant aux différentes opinions de s’exprimer, sans oublier son devoir de défendre les valeurs humaines, en particulier, les valeurs de liberté, d’égalité, de tolérance et des droits de l’homme.

    "Direction d’Al Magharibia TV"

  • Le comédien Rachid Farès inhumé à Kouba

     



    Rachid Farès.jpg

     

    Décédé mercredi d’une crise cardiaque à Bainem, dans la banlieue ouest d’Alger, le comédien Rachid Farès a été inhumé ce jeudi au cimetière de Garidi à Kouba, sur les hauteurs de la capitale, en présence d’une foule nombreuse, dont plusieurs artistes. Rachid Farès s’était engagé très jeune dans le cinéma et la télévision. Il a campé des rôles dans plusieurs films dont Morituri, d’Okacha Touita, Le thé d'Ania de Said Ould Khelifa, Le clandestin, de Benamar Bekhti ou encore L'envers du miroir, de Nadia Chérabi.

     

    Il a aussi côtoyé d’illustres figures du théâtre algérien, notamment Sid Ahmed Agoumi. Sa dernière apparition a été dans le film sur le Chahid Mustapha Ben Boulaïd, d’Ahmed Rachedi, aux côtés d’Hassan Kachache et Slimane Benaïssa. Effacé ces dernières années, Rachid Farès, 56 ans, célibataire, n’a pas eu peut‑être le destin qu’il méritait : il n’avait même pas de maison, puisqu’il vivait chez sa sœur à Bainem…

     

     

  • Le docteur Yousfi réélu président du SNPSSP

     

     

    Les spécialistes dénoncent le statu quo

     

    Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

     


     

     

    Les structures du Syndicat national des praticiens spécialistes de santé publique (SNPSSP) viennent d’être renouvelées à l’issue du 6e congrès qui s’est tenu lundi et mardi à Alger.

     

    Outre la reconduction du docteur Yousfi à la présidence du syndicat, le conseil national, regroupant 5 femmes sur 12 membres, a été installé, avec comme principal leitmotiv la lutte pour la concrétisation de la plateforme de revendications qui a constitué le cheval de bataille du syndicat durant le dernier mandat. Dans une conférence de presse tenue hier au siège du syndicat à Alger, le docteur Yousfi a énuméré les résolutions adoptées par les congressistes.
    Le maintien de toutes les doléances qui ont constitué le motif de grèves et autres formes de protestation depuis plus de deux ans a été parmi les plus importantes résolutions. Ainsi, le syndicat continuera à se battre pour la révision du statut particulier des praticiens spécialistes et la levée de la discrimination en matière d’imposition en comparaison avec le régime indemnitaire des hospitalo-universitaires.

    Le SNPSSP continuera également à faire valoir l’application de la carte sanitaire et les mesures incitatives pour les spécialistes afin d’exercer dans les zones enclavées.
    Tout en dénonçant «la complicité de tout un gouvernement» pour faire entrave à la tenue du congrès et les autres mesures de répression décrétées contre des syndicalistes pour avoir participé à des actions de protestation, les spécialistes revendiquent le respect du droit à l’activité syndicale conformément aux acquis garantis par la Constitution. Le congrès a été donc l’occasion de réitérer l’appel à la mobilisation contre les menaces guettant le mouvement syndical.


    Système de santé en déliquescence  


    D’ailleurs, le congrès a adopté une résolution concernant la multiplication des contacts avec les autres organisations syndicales et professionnelles pour une meilleure efficacité sur le terrain.
    En plus de son activité dans l’Intersyndicale de la santé publique, le SNPSSP s’ancre davantage dans le sens du partenariat syndical, et c’est sans surprise qu’il opte pour la poursuite de son activité au sein de la Confédération des syndicats autonomes et de la Coordination des syndicats autonomes pour la défense des libertés syndicales qui tiendra, ce week-end, sa deuxième réunion dans le cadre de la lutte pour la réintégration de Keddad Khaled, président du Syndicat national des psychologues (Snapsy) dans son poste de travail, suspendu pour avoir participé à une action de protestation. Le congrès s’est penché également sur l’état du système de santé.


    Nouvelles adhésions


    S’alarmant de tous les indicateurs qui témoignent d’une situation de «déliquescence», haussée par une pénurie criante en médicaments et autres moyens de prise en charge, le SNPSSP mandate ses structures pour la lutte pour «la sauvegarde du système public qui est sérieusement menacé». Un objectif qui ne peut se réaliser sans la promulgation de la loi sanitaire, en partenariat avec les syndicats autonomes, a précisé le docteur Yousfi.
    Le syndicat a également décidé de poursuivre son créneau lié à l’organisation des journées médicales et scientifiques ainsi que les opérations de jumelage entre les structures de santé «pour plus d’échanges scientifiques et pour permettre aux structures des zones enclavées qui ne disposent pas de services spécialisés d’avoir accès aux compétences des spécialistes, même à titre temporaire et à l’initiative du syndicat».
    A souligner que selon le président réélu, le SNPSSP s’est renforcé avec l’adhésion de 1700 nouveaux militants depuis 2008.


     

     

    Fatima Arab
  • no moment

    20120621.jpg

  • Que va fêter l’Algérie le 05 juillet ?

    La démocratie ne peut prospérer et grandir qu’à la lumière de la vérité, de la science et du savoir. Les faux semblants, la complaisance, le mensonge, l’ignorance, la ruse, l’hypocrisie, les intrigues et les tractations obscures sont le pire ennemi de la démocratie.
    Que va fêter l’Algérie le 05 juillet alors que le peuple est retenu en otage depuis plus d’un demi-siècle dans la forteresse du mensonge ?
    Il est inutile de revenir sur toutes les causes qui ont engendré l’acte génocidaire du 08 mai 1945. Comme il est également inutile de s’attarder sur toutes les zones d’ombre qui entourent le 1er novembre 1954 et de s’interroger comment d’illustres inconnus ont réussi à doublé Messali ?
    Imaginons un instant si l’armée française n’avait pas éliminé le colonel Amirouche ; imaginons un instant si le pouvoir français de l’époque avait laissé le colonel Amirouche aller jusqu’au bout de sa mission, ce colonel mandaté et investi par ses pairs de l’Intérieur après les réunions de Constantine et des Ait Yahia Moussa pour faire la peau aux touristes du GPRA et de l’armée des frontières, quelle aurait été l’issue de la guerre d’Algérie ? Quelle aurait été la position du pouvoir français face aux exigences des ultras de l’Algérie française ?
    Imaginons un instant s’il n’y avait pas « l’Affaire Si Salah » (colonel Med Zammoum), quelle aurait été la marge de manœuvre du général de Gaulle rappelé aux plus hautes instances de l’Etat pour faire accélérer le processus d’indépendance ? Sans « l’Affaire Si Salah », une véritable aubaine pour les familles qui détiennent la réalité du pouvoir en France, est ce que de Gaulle aurait réussi à rassembler les clans de l’ALN qui se disputaient la conquête du pouvoir depuis 1958 ? Est-ce que de Gaulle aurait pu dire à l’EM, au GPRA et aux trois « B » : « Dépêchez vous, si vous refuser de négocier votre indépendance, je vais le faire avec d’autres. J’ai d’autres interlocuteurs pour réaliser cette entreprise. »
    Certains doivent comprendre que nos parents et nos familles ne sont pas de la chair à canon. Nous connaissons l’histoire de notre pays. Que ce pouvoir de mercenaires et de z’leta, que ces danseuses du ventre de l’opposition jadis zouaves et tirailleurs qui se cachent aujourd’hui derrière nos morts, nos martyrs, nos héros et les amis qui ont eu l’audace et le courage de soutenir la lutte du peuple algérien se taisent. Qu’ils se taisent à tout jamais.

    Said Radjef

  • Il a demandé un travail au Maire, il se retrouve en prison !

     

     

    Il s’appelle Nafaa KHLIFI, 26 ans et chômeur.
    Il est Natif d’Ahnif, Daïra de M’Chedallah dans la wilaya de Bouira, Nafaa posséde une carte d’invalide à 80% à cause de certains troubles mentaux périodiques. Malgré cet handicap, il est connu dans la région par son engagement dans toutes les causes justes et le soutien qu’il a toujours apporté aux nombreuses personnes qui ont subit l’injustice. C’est d’ailleurs pour ses revendications qu’il est actuellement incarcéré dans la prison de HIZER dans la wilaya de Bouira.
    Les services de l’ordre l’ont en ligne de mire. Plusieurs fois recherché, il a été incarcéré une fois mais a été libéré juste après à cause de son état de santé et sa possession de la carte d’invalidité. Cette fois-ci, il n’a pas été libéré et cela depuis le 31 Mai 2012. déjà, 5 jours.
    Les faits remontent au 31 Mai passé, quand Nafaa, est allé rencontrer le maire, le P/APC, pour lui demander un droit au travail. La discussion a vite dégénéré, le ton est monté et Nafaa a brisé une vitre. Quelques jours plus tard, il a été convoqué par la gendarmerie d’El Adjiba suite à une plainte contre lui par le P/APC d’Ahnif, l’accusant de destruction du bien public. Nafaa, a répondu à la convocation mais il a été transféré immédiatement de la brigade au centre de détention de HIZER où il est détenu à ce jour.
    Si Nafaa est en prison actuellement, ce n’est pas pour ces faits mais parce qu’il dérange. Son honnêteté dérange et son engagement militant apporte est ressenti comme un problème par les responsables corrompus et irresponsables. Même si les accusations sont retenues, Nafaa devrait se trouver normalement dans un centre de rééducation et non pas dans une prison.
    Jusque là, Nafaa n’a toujours pas été jugé et il est sans sans avocat. Il est victime d’une injustice provoquée à la fois par un appareil étatique et un P/APC qui a poursuivit à ce jour, 47 autres jeunes en justice.

    KalimaDZ

  • La justice algérienne ridiculisée: Mourad Dhina sera libéré le 4 Juillet

             Après cinq mois de détention, l’avocat général «procureur de la République » a rejeté aujourd’hui la demande des autorités algériennes d’extrader Mourad  Dhina vers l’Algérie.

    La justice algérienne a été ridiculisée puisque le dossier était vide dans le fond, et incohérent dans la forme.

    Mourad a pris la parole, déclarant notamment qu’au delà de son sort personnel, ceci donne une idée de ce que  subissent les algériens d’un pouvoir totalitaire et d’un appareil judiciaire à la dérive.

    Le verdict est attendu pour le 4 juillet, et il ne fait aucun doute que Mourad sera libéré.

     

     

     

    KalimaDZ

     

    Tags:

  • Le mystère des origines de Bouteflika

     

    Le lieu de naissance du Président algérien est un curieux tabou. Les raisons? Abdelaziz Bouteflika est né à Oujda, au Maroc, ville d’un pays à la fois frère et ennemi.

    Ben Bella et le président Hugo Chavez le 13 novembre 2001. REUTERS/Kimberly White

    suite:http://www.slateafrique.com/82247/le-mystere-du-lieu-de-naissance-de-bouteflika

  • Une clinique sans ambulance


    La clinique publique Abderrahmani, spécialisée dans la chirurgie cardiaque, est sans ambulance.
    Après une immobilisation qui a duré plusieurs jours suite à des travaux de tôlerie, cette ambulance est revenue «au garage» après un accident. On dit que cette ambulance a quitté l’établissement hospitalier sans l’autorisation du directeur de la garde de nuit.

  • Le pays où tout est gelé au mois de juin, par + 40° à l’ombre du Palais !


    à l’ombre du Palais !
    Par Hakim Laâlam  
    Email : hlaalam@gmail.com Élection d’un islamiste à la tête de l’Égypte. Les militaires rassurent !
    Ils ne mettront pas de bâtons dans les roues de Morsi. Il aura les
    pleins pouvoirs pour accomplir ses…

    …5 prières quotidiennes ! Bess !

    - C’est fou, tout de même ! Tout est gelé alors que nous
    sommes en plein mois de juin caniculaire…
    - Y a un problème avec les portes et les fenêtres.
    - Ah ! Bon ! Quel genre de problème ?
    - On a oublié de les refermer depuis un certain temps.
    - Comment ça un «certain temps» ?
    - Ben… je crois que c’est depuis 1999. Les personnes en charge
    des portes et fenêtres les ont laissées ainsi, ouvertes. Et
    du coup, il gèle tout le temps, même en été.
    - Mais qu’est-ce qu’elles attendent, ces personnes en charge
    officielle des fenêtres et des portes, pour les refermer ?
    - C’est un peu compliqué.
    - Explique !
    - Une partie du personnel responsable des fenêtres et portes
    est décédée. Et l’autre a bien promis de prendre la suite et
    d’assurer le boulot, une promesse faite d’ailleurs au bord des
    tombes encore fraîches des premiers
    - Et alors ? Pourquoi les seconds, bien vivants, n’ont-ils pas
    tenu la promesse faite aux premiers, bien morts ?
    - C’est à cause du gel. Il est arrivé très vite ! Dès la première
    année. D’ailleurs, les seconds n’arrivaient même plus à
    retrouver le chemin des cimetières pour s’excuser auprès des
    premiers de n’avoir pas tenu parole. Tu sais, le gel te fait
    perdre tous tes repères.
    - Pourtant, ce n’est pas sorcier de tenir ce genre de promesses,
    celle de fermer et d’ouvrir les portes et fenêtres à
    temps, aux bonnes saisons, non ?
    - Oui, en théorie. Mais en plus du gel, il y a eu les chiens.
    - Des chiens ? Que viennent faire les chiens dans cette histoire
    de gel ?
    - Le Palais, en haut, tout en haut de la colline autrefois
    blanche, a posté des chiens partout.
    - Comment ça, partout ?
    - Partout ! Devant chaque porte, chaque fenêtre. Et même aux
    entrées des cimetières. Tu ne pouvais plus t’approcher des
    tombes, même pour pleurer !
    - M’enfin ! Tout de même ! On ne peut pas rester comme ça.
    Gelés en plein été.
    - En même temps, tu sais, le gel, c’est bien.
    - Depuis quand le gel, c’est bien ?
    - Depuis que le Palais nous l’a expliqué.
    - Parce que le Palais a aussi une théorie sur le gel ?
    - Parfaitement ! Le Monsieur du Palais, celui qui ne craint pas
    le gel, est formel là-dessus : le gel tue les microbes !
    - Mais quels microbes, bon Dieu ?
    - Tous ces microbes bruyants et dissipés qui viennent faire du
    tapage sous les balcons du Palais en frappant sur des casseroles
    et qui risquent de provoquer une épidémie si on les laisse
    faire.
    - Et donc, sous prétexte qu’il faut tuer les microbes turbulents,
    nous sommes tous condamnés à nous les geler en
    plein été ? Et toi, comment tu fais pour te réchauffer ?
    - Oh ! Moi, tu sais, quand ça devient vraiment insupportable,
    je me cache au fond de mon terrier et, en douce, je fume du
    thé pour rester éveillé à ce cauchemar qui continue

  • La FAO, l’Algérie et les guillemets

     

    Posté dans Marché agricole et régulation, Ressources naturelles avec des tags , , le 2 juin 2012 par Paysans d'Algérie

    Chacun à sa place et les vaches seront bien gardées. Cet adage est d’une pertinence éclatante chaque fois il est question de débattre du rôle des médias dans la société.
    Lors d’un atelier organisé à Alger la semaine dernière sur le rôle des médias dans la lutte contre la désertification, la dégradation des terres et la sécheresse, le représentant de la FAO à Alger a tenté d’expliquer la nécessité de précision dans le traitement de la thématique en question.
    Mais, dans sa démarche, ce diplomate s’est mal inspiré. Voulant étayer son propos par un exemple concret, il citera un article d’El Watan économie traitant de la question de la déforestation en Algérie.
    Dans l’article est mentionné que l’Algérie est 2ème pays d’Afrique en termes de superficie. Or qu’elle en est la première depuis la partition du Soudan.
    En réalité, le passage est repris d’un document élaboré en 2009 comme mentionné dans l’article, soit avant la division du Soudan.
    Cette malencontreuse erreur n’est due qu’à une omission technique anodine ayant entraîné la suppression des guillemets.
    Il fallait lire: « Il faut dire qu’avec une superficie de plus de 238 millions d’hectares, l’Algérie est le deuxième pays d’Afrique en étendue après le Soudan… » Une intelligence de premier degré aurait permis de s’en rendre compte. Mais pour ceux qui cherchent à faire feu de tout bois, comme « l’expert » en question, c’est un cas de désinformation.

    Le défi de l’efficacité

    Ce qui nous amène à nous demander si le rôle de la FAO à Alger ou dans d’autres Capitales étrangères se limite-t-il à la recherche de guillemets, de virgules ou points manquants dans les articles de presse ?
    C’est une éventualité à ne pas écarter. C’est le cas des représentants de ces Organisations dont on n’entend parler que lors de rencontres ponctuelles avant qu’ils ne se retranchent dans leurs bureaux. Et c’est là qu’ils passent leur temps à juger les articles de presse dans la forme et non pas dans le fond.
    Pourtant, une organisation qui se charge de l’agriculture et de l’alimentation peut mieux faire dans un pays comme l’Algérie où le secteur agricole est entré dans une nouvelle ère avec des réformes multiples.
    Enfin, il y a des pays où la question de superficie est comme quelque chose de frustrant, certes, mais le plus grand défi n’est pas dans l’étendue des territoires en possession mais, plutôt, dans leur maîtrise, (leur gestion, leur aménagement, l’atténuation de la dégradation des terres, les écosystèmes, etc.)
    C’est dans ce domaine d’ailleurs que les experts ès-qualité sont attendus pour répondre aux attentes des populations locales.
    Ces spécialistes doivent faire preuve d’efficacité et doivent être soumis à une obligation de résultat lorsqu’ils sont mandatés par des Institutions internationales budgétivores et alimentées avec l’argent des contribuables de pays qui s’enfoncent davantage dans la pauvreté.
    Y a-t-il un pays d’Afrique où la FAO a contribué à l’éradication de la pauvreté ? La FAO a-t-elle joué un rôle autre que celui de spéculer sur les produits agricoles de base en livrant constamment des pronostics en complicité avec les lobbies du commerce international ?

    Une agriculture bio par défaut

    Posté dans Financement et investissement dans l’agriculture, Marché agricole et régulation, Productions animales et végétales avec des tags , , , , le 6 mai 2012 par Paysans d'Algérie

    La levée de la taxe antidumping sur les engrais importés en dehors du marché communautaire décidée par la Commission européenne a réjoui la filière algérienne de production de fertilisants.
    Avant sa levée en 2012, cette taxe de 13% a été imposée aussi aux engrais algériens exportés vers le marché européen en raison du prix du gaz appliqué en Algérie.
    Depuis l’arrivée sur le marché national en 2005 du leader espagnol en la matière, Villar Mir, pour le lancement de Fertial en partenariat avec Asmidal, la production d’engrais connait un nouveau souffle en Algérie.
    En quelques années seulement, la production frôlera le million de tonnes d’engrais azotés, phosphatés ou l’ammoniac.
    Un deuxième groupe de production d’engrais est sur le point de démarrer. Il s’agit de Sorfert, une joint-venture entre Sonatrach et Orascom Industrie.
    D’ores et déjà, le nouveau producteur table sur une production annuelle de 1,2 million de tonnes entre ammoniac et urée. Sorfert projette aussi une seconde unité de 800 000 tonnes en deuxième étape.

    Des engrais inaccessibles et résistance au changement

    Il est évident que la disponibilité du gaz constitue un atout capital pour l’essor de l’industrie nationale de fertilisants. Avec les capacités de production installées, l’Algérie est désormais le principal producteur d’engrais dans le pourtour méditerranéen.
    Mais paradoxalement, l’agriculture algérienne est la dernière à l’échelle maghrébine en termes d’utilisation d’engrais : La consommation de fertilisants qui ne dépasse pas les 17kg/hectare en Algérie atteint 30kg/ha en Tunisie et 25kg/ha au Maroc.
    Ces niveaux de consommation restent, évidemment, très en-deçà des 100kg/ha atteints dans les pays de la rive nord méditerranéenne, comme la France où le débat porte désormais sur la réduction du taux de fertilisation chimique et toute sorte de productivisme en faveur d’une agriculture biologique en vogue dans les sociétés industrialisées.
    Mais, il ne faut surtout pas relier ce faible taux d’utilisation de fertilisants en Algérie avec la tendance pour le développement d’une agriculture bio.

    Des rendements médiocres

    L’agriculteur algérien utilise peu, voire pas, de fertilisants pour des raisons matériels, avant tout. Dans la majorité des cas, les petits exploitants n’ont pas les moyens financiers adéquats pour acquérir des engrais à des prix jugés élevés, oscillant entre 3 000 et 5 000 dinars/quintal.
    La seconde contrainte est d’ordre comportemental. A l’exception des quelques exploitations de grande taille, l’agriculteur algérien reste attaché au caractère traditionnel dans l’exercice de sa fonction et continue à faire preuve de résistance au changement en refusant de s’adapter aux nouveaux précédés techniques.
    Cependant, le facteur sécuritaire, lui aussi, empêche l’intensification de la fertilisation des terres sachant que la distribution des engrais sur le territoire national nécessite le redéploiement des services de sécurité pour en assurer l’escorte.
    Cette situation indique ainsi clairement que l’Algérie est encore loin de l’ère de la promotion de l’agriculture biologique au moment où le défi majeur est la satisfaction des besoins locaux en produits de première nécessité.
    C’est pourquoi d’ailleurs les rendements restent d’une médiocrité caractérisée, notamment pour les grandes cultures comme les céréales où sur une moyenne de 3 millions d’hectares emblavés annuellement, les récoltes ne dépassent pas les 40 millions de quintaux, soit moins de 15 quintaux/ha.
    En conséquence, faute d’une demande nationale en mesure d’absorber la production locale, l’industrie de fertilisants en Algérie se tourne vers l’exportation.

    Manipulation électorale ou alimentaire?

    Posté dans Marché agricole et régulation, Productions animales et végétales avec des tags , le 11 avril 2012 par Paysans d'Algérie

    Après la pomme de terre c’est au tour de la tomate, la courgette, le pois chiche et autres légumes secs. La hausse des prix de produits alimentaires qui perdure depuis le mois de février dernier ne fait que s’accentuer.
    La flambée prend désormais des dimensions qui démentent chaque jour les assurances des membres du gouvernement, à leur tête les ministres du commerce et de l’agriculture, qui ne cessent d’affirmer que les prix retrouveront leur niveau habituel dans les prochains jours.
    Après avoir évoqué tous les scénarios possibles quant à l’origine de ces hausses spontanées et imprévues, désormais le débat porte sur le lien qu’il y a lieu d’établir entre la situation du marché des produits alimentaires et les élections législatives du 10 mai prochain.
    Ce qui n’était que de simples rumeurs et des supputations il y a quelques semaines tend à se confirmer au fur et à mesure que la date buttoir de la campagne électorale s’approche.
    Le président de l’association de protection des consommateurs, au début de la semaine en cours, évoquait des courants ayant le monopole du circuit de distribution qui seraient à l’origine de cette flambée et dont le dessein n’est autre que de perturber les prochaines élections législatives.

    Statistiques agricoles

    Depuis, d’autres voix s’élèvent pour soutenir la même thèse. Qu’il y ait manipulation et quel que soit l’objectif visé, ce n’est pas nouveau ni propre à l’Algérie à l’approche d’une échéance électorale.
    Mais, dans le cas de la flambée actuelle qui affecte davantage de produits de large consommation, l’enseignement qu’il faut retenir de prime abord c’est la vulnérabilité des organes officiels censés veiller sur la régulation du marché et la prévention des crises.
    Aucune institution n’a été en mesure de prévenir les tensions actuelles qui planent sur le marché des produits alimentaires.
    Même les responsables en place, à travers leurs multiples déclarations, font preuve de manque de vision et d’arguments lorsqu’il s’agit d’analyser la situation ou la tendance future du marché.
    Pour preuve : Le ministère de l’agriculture et les différents organes qui lui sont affiliés, continuent à brandir le fameux Syrpalac comme solution idoine. Or, depuis deux mois, c’est le statu quo, parce que, même les organismes en charge du système de régulation en question ont été en rupture de stocks (absence du tubercule dans les chambres froides) sans que les responsables en place ne soient au courant.
    Cette situation reflète le manque de coordination entre les différents acteurs et structures en charge du dispositif de régulation. Et là, c’est la question de la communication et des statistiques agricoles qui se pose.

    50 ans après…la pomme de terre à 100 DA

    Posté dans Financement et investissement dans l’agriculture, Marché agricole et régulation, Productions animales et végétales avec des tags , , le 19 mars 2012 par Paysans d'Algérie

    Le prix de la pomme de terre qui a atteint, voire franchi, la barre des 100 DA/kg ces derniers jours suscite toute une série de questionnements.
    Coïncidant avec le 50ème anniversaire du recouvrement de la souveraineté nationale (la signature des Accords d’Evian le 18 mars 1962), cette énième flambée spontanée d’un produit aussi largement consommé et suffisamment produit au niveau local (le seul produit agricole de large consommation dont l’Algérie assure une autosuffisance depuis 5 ans) nous amène inévitablement à jeter un regard rétrospectif sur un demi siècle de politiques agricoles et programmes de développement avec tout ce que cela entraîne en ruptures et réformes.
    Durant cinq décennies, divers modèles de développement, d’essence socialiste ou libérale, ont été appliqués à l’agriculture algérienne, de la révolution agraire jusqu’au renouveau agricole et rural.
    Nous avons vu aussi l’effacement des dettes des agriculteurs, le Syrpalac, le crédit Rfig et autres subventions.
    Mais les efforts consentis ne sont jamais parvenus à nous mettre à l’abri des vulnérabilités et de l’insécurité alimentaire.
    Les importations en produits alimentaires augmentent au même rythme que les dépenses publiques consacrées aux soutiens au secteur agricole.
    Plusieurs fois, nous nous interrogeons sur le mal de l’agriculture algérienne et les raisons de son déclin.

    Le problème est identifié, les solutions aussi

    Un de nos lecteurs vient de poster un commentaire en cette journée commémorative qui ne manque pas de pertinence et dont voici des extraits :
    « Les problèmes de l’agriculture algérienne sont connus et les solutions sont également connues mais les décideurs préfèrent les importations à coup de milliards de dollars au détriment de la production nationale.
    Tout est fait pour bloquer le développement de l’agriculture y compris la mise au frigo (chambres froides financées dans le cadre du PNDA de Said Barkat) pour aider les spéculateurs à stabiliser les prix par le haut. (…) Croyez-vous sincèrement que l’Algérie n’est pas en mesure de produire annuellement les 60 millions de quintaux supplémentaires de céréales que nous importons chaque année malgré l’existence des potentialités énormes (potentialités humaines, hydriques, édaphiques et climatiques) ?
    Savez-vous aussi que l’Algérie dispose de milliers d’experts agronomes de très haut niveau formés dans le cadre de la révolution agraire durant les années 60 à 80 dans les instituts et universités algériennes et qui sont soit mis à la retraite d’office soit abandonnés à leur triste sort?
    Connaissez-vous le système de nomination aux fonctions supérieures et de mise à l’écart actuellement en vigueur au ministère de l’agriculture?
    Savez-vous que les données du ministère de l’agriculture ne sont pas fiables et que nous ne connaissons même pas la SAU réelle ni le cheptel ovin, bovin ou camelin de n’importe quelle wilaya?
    Savez-vous que nous ne connaissons ni la nature des sols (inexistences de cartes pédologiques) ni les ressources hydriques réellement existantes (absence de cartes hydrogéologiques) des terres agricoles ?
    Savez-vous que le problème du foncier agricole n’a pas été réglé depuis l’indépendance ?
    Savez-vous pourquoi on n’investit pas l’équivalent d’une année d’importation de produits alimentaires dans la mise en valeur des terres affectées à la production céréalière et fourragère pour assurer la sécurité alimentaire (un concept qui a été abandonné depuis quelques années et remplacé par le renouveau agricole)?
    La réponse à ces questions revient aux cadres du ministère de l’agriculture. A bon entendeur salut! »

    Changement climatique : Limiter les dégâts

    Posté dans Ressources naturelles avec des tags , , , , le 10 mars 2012 par Paysans d'Algérie

    Malgré le caractère récurrent du débat sur les questions environnementales, la communication et l’éducation en matière de changement climatique demeurent confrontées à des défis importants en ce début du 21ème siècle. Ce qui constitue un obstacle à la sensibilisation des citoyens pour adapter leur comportement en faveur d’atténuation des effets négatifs des mutations climatiques actuelles.
    La problématique en question a fait l’objet de travaux de recherche (*) dont les points saillants qui en ressortent, suggèrent des pistes pour la mise en œuvre d’une stratégie de communication et une méthode éducative efficaces permettant une meilleure prise de conscience sur le changement climatique.
    Le premier défi dans ce domaine est d’ordre cognitif. Les chercheurs qui se sont penchés sur la question relèvent ainsi une sous-estimation apparente des conséquences du changement climatique chez le citoyen dont le niveau d’inquiétude est faible.
    En revanche, les préoccupations liées à la vie quotidienne, comme le pouvoir d’achat ou la santé, passent bien devant la question climatique.

    Décalage saisonnier

    Les recherches menées auprès des populations révèlent que les citoyens éprouvent des difficultés à comprendre ou contribuer aux solutions d’atténuation de la dégradation climatique, quoique, généralement, ils sont conscients des signes de ce changement, comme la hausse des températures, le dérèglement saisonnier, et sur ses causes, en faisant allusion à titre d’exemple à la prolifération du nucléaire ou l’émission des gaz à effet de serre.
    L’ignorance des retombées du phénomène climatique est, toutefois, liée à la complexité des multiples notions appuyant ce thème, or, il est difficile au citoyen de saisir l’ampleur des changements qu’il n’observe pas dans son entourage, comme la fonte de l’arctique, la pollution des nappes et baisse de leur niveau.
    La communication et l’éducation en termes de changement climatique sont aussi confrontées à des défis sociaux et psychologiques.
    A cet égard, les auteurs citent l’éloignement du citoyen de son milieu naturel qui réduit sa prise de conscience, alors que, faute d’une interprétation efficace et simple de la problématique, les citoyens se détournent de l’information reçue sur le changement climatique.
    Cependant, l’implication des citoyens dans l’atténuation des effets de ce changement est confrontée à des défis comportementaux, car les efforts attendus du citoyen requièrent des sacrifices au niveau de la consommation du plaisir ou du pouvoir personnel.

    Une question d’éducation

    Face à ces défis, il est nécessaire de développer une stratégie de communication sur les changements climatiques plus efficace avec des messages qui peuvent atteindre la sensibilité des citoyens, et ce, en focalisant notamment sur l’imminence de l’aggravation des effets de ces changements, la responsabilité directe de l’être humain et l’urgence de l’impliquer dans l’atténuation de ces effets négatifs.
    Si la communication sur le changement climatique requiert une stratégie directe et un discours explicite pour atteindre le public ciblé, l’éducation en la matière, en revanche, doit être appuyée par une méthodologie plus élargie.
    Les chercheurs qui ont étudié cette question ont évoqué une transmission de connaissances qui tient compte des « cinq objectifs formulés par l’UNESCO-PNUE (1977), soit la prise de conscience, les connaissances, l’état d’esprit, les compétences et la participation (l’action environnementale) pour permettre de construire un vouloir, un pouvoir et un savoir agir chez les apprenants ».
    En conclusion, les auteurs de ces études mettent l’accent sur la nécessité de privilégier la communication et l’éducation en matière de changements climatiques.
    Néanmoins, la concrétisation des objectifs escomptés dans ce domaine passe inévitablement par la présence permanente de la sphère scientifique sur le terrain pour accompagner les populations dans l’observation directe des effets du changement climatique et les orienter vers l’adaptation de leur comportement aux défis qu’imposent ces mutations environnementales.

    (*) « Éduquer et communiquer en matière de changements climatiques : défis et possibilités », Diane Pruneau, Mélanie Demers et Abdellatif Khattabi, in Vertigo ; [http://vertigo.revues.org/4995#article-4995]

    Débat sur l’agriculture algérienne : Critique mais sans rancune*

    Posté dans Financement et investissement dans l’agriculture, Marché agricole et régulation, Productions animales et végétales, Ressources naturelles le 9 février 2012 par Paysans d'Algérie

    L’agriculture algérienne connaît certainement un essor inespéré et enthousiasme les plus jeunes producteurs! Attention, danger: l’agriculture productiviste dégrade profondément les terres et leur sous-sol…L’agriculture française, soutenue à bouts de bras par les subventions européennes, s’est ainsi fourvoyée dans l’effondrement des coûts de production et beaucoup d’exploitations connaissent de graves difficultés, les prix proposés par les grandes coopératives de transformation ne permettant pas aux exploitants de vivre dignement, mais seulement de survivre!!
    Aujourd’hui, il existe une petite agriculture (exploitations de 35-40ha) de polyculture qui permet aux repreneurs de fonder de réels espoirs de bien vivre et de fonder une famille prospère, et même permet aux parents à la retraite, d’améliorer leur maigre pension (300-400€/mois) en participant à l’activité secondaire de l’exploitation.
    La transformation des productions en produits prêts à la consommation et leur vente via des réseaux coopératifs locaux. Ainsi, le blé est moulu localement et transformé en pain ou ensaché par le producteur, voire une coopérative meunière commune à plusieurs producteurs, vendu ensuite par le producteur lui-même ou une structure commerciale commune.
    Voilà le véritable avenir de l’agriculture algérienne, française, espagnole, et autre: produire, transformer et vendre soi-même. Pour [avoir une idée] sans faille sur la question, regardez un reportage intitulé « Voyage entre ciel et terre », qui présente les nouvelles techniques agricoles des exploitations de polyculture élaborées par un couple d’ingénieurs agronomes français, ayant résolument tourné le dos aux méthodes productivistes des années 60, en France, ayant mené de nombreuses exploitations à la faillite : Les prix proposés par les grandes coopératives étant minimales, si ce n’est inférieures aux coûts de revient.
    Ces agronomes, en retraite depuis quelques années ont laissé la place à leur fils qui a continué les recherches en laboratoire et leur application en production. [Ce travail est accessible] sur le site :www.lams-21.com.
    La principale destination de ce laboratoire est de remettre en l’état des terres polluées par des engrais chimiques et des pesticides pendant des années, et qui a conduit à l’effet contraire recherché.
    En effet, les doses conseillées par l’industrie brûlent les sols et les rendent progressivement incultes. Auquel cas, pour tenter de contourner le problème, l’exploitant augmente considérablement les doses et stérilisent infailliblement ses terres, plombant les comptes de son exploitation par les achats d’engrais et de pesticides pour tenter de réaliser des rendements qui déclinent quoi qu’il en soit…
    Randolet Michel

    Intervenant en réponse à ce point de vue, le commentaire qui suit apporte des éclairages sur les capacités de l’agriculture algérienne à s’inscrire dans l’approche qui vient d’être développée.

    Je partage globalement votre approche de l’agriculture mais je ne suis pas en accord avec toutes vos convictions ! L’agriculture algérienne n’est pas l’agriculture française et loin de là, tout y est différent : taille des exploitations, modèle de subvention, disponibilité des intrants, etc. et je ne parle pas de la compétence.
    Le ministre de l’agriculture, même s’il est beaucoup critiqué, a développé une stratégie globale qui est pertinente et qui était censée apporter des réponses aux agriculteurs.
    Néanmoins, il commet une erreur et pas des moindres qui est celle de vouloir copier les modèles agricoles des pays industrialisés qui ont conduit à une situation de non sens !
    Engrais, pesticides, importations de races de bestiaux inadaptées aux climats, semences…. L’agriculture algérienne reste une agriculture pilotée d’en haut, comme dans un lointain passé socialiste; on a juste remplacé l’agriculteur fonctionnaire, par un agriculteur privé sous concession.
    A cela il faut ajouter une administration bancale, beaucoup plus occupée à plaire au ministre qu’à se préoccuper des vrais problèmes d’agriculteurs et des agriculteurs assistés à qui tout est fourni.
    Le céréalier reçoit les intrants et livre la production ; entre temps la CCLS (coopérative d’Etat), lui aura labouré son champ et aura moissonné ses récoltes.
    Idem pour l’éleveur qui, incapable de supporter le coût des aliments pour son bétail, bénéficiera de rations fournies par le ministère ; c’est presque du gardiennage de bétail.
    A cela, il faut également intégrer que l’agriculteur algérien est un opportuniste. Il ne cultive que ce qui peut rapporter, au moindre doute il passe à autre chose et surtout dans le moindre effort.
    Bien sur je ne généralise pas, car au milieu de tout ça on trouve de vrais agriculteurs qui aiment ce métier et qui font avancer les choses.
    Un dernier point sur la vidéo dont vous faites état, le titre ce n’est pas celui que vous indiquez, mais « voyage entre sol et terre » ; une très bonne vidéo, voici le lien : http://www.dailymotion.com/video/xiqvai_voyage-entre-sol-et-terre-1-3_news

    Je vous recommande cette vidéo également qui permet de comprendre quels sont les risques pour l’Algérie à entrer dans une agriculture intensément chimique, en sachant que l’effet sera au moins dix fois pire, compte tenu du climat algérien (force du soleil, faible pluviométrie et érosion galopante) : http://www.dailymotion.com/video/xidwoq_small-is-beautiful-1-6_news#
    erod39

    (*) Nous avons décidé de mettre en avant les deux textes ci-dessus, commentant l’article «ce que le bilan officiel ne dit pas», pour mieux illustrer le type de ton que PAYSANS D’ALGERIE souhaite donner au débat mené dans cet espace sur l’agriculture algérienne et les défis de la sécurité alimentaire.
    Si notre regard sur la question agricole dans notre pays paraît critique, c’est parce que nous sommes convaincus que critiquer n’est pas nuire, la complaisance est contreproductive.

    Production agricole en 2011 : Ce que le bilan officiel ne dit pas

    Posté dans Marché agricole et régulation, Productions animales et végétales, Ressources naturelles avec des tags , le 17 janvier 2012 par Paysans d'Algérie

    Amorcée en 2008, la politique de Renouveau agricole et rural, principale action qu’a connue le secteur de l’agriculture depuis 2000 (après le PNDA), vient de clôturer 4 ans de mise en œuvre.
    Le ministère de tutelle, à cette occasion, a rendu publics ce 15 janvier 2012 une pléthore de bilans reflétant les résultats enregistrés dans différents volets et filières du secteur.
    Outre les résultats de la production agricole durant la saison 2010/2011 qui demeurent difficile à authentifier, faute d’un système statistique efficient, plusieurs points de ces bilans nécessitent des éclairages.

    Le nord perd sa vocation agricole

    D’emblée c’est la tendance à l’amenuisement des productions agricoles le long du nord du pays qu’il y a lieu de relever. Ni la vallée de la Mitidja, ni les plaines d’Annaba ou le massif du Chélif ne figurent parmi les régions à fortes production agricole.
    Pourtant, ces régions sont les mieux dotées en ressources (pluviométrie et foncier) et, du coup, renferment le plus haut potentiel agricole du pays.
    Pour les céréales, c’est donc des régions comme Khenchela, Oum El Bouaghi ou Constantine qui s’y distinguent.
    C’est le même schéma pour les productions maraichères, fruitières ou l’élevage. Sauf, pour les agrumes, les wilayas de Chélif et Blida parviennent à se positionner en haut du classement.
    Dans l’ensemble, l’agriculture algérienne s’oriente de plus en plus vers le sud du pays et se concentre davantage dans les régions sahariennes.
    Chose qui s’explique évidemment par la disparition de la SAU (surface agricole utile) du pays dans les régions telliennes et plaines du nord.
    Il ne faut surtout pas s’enorgueillir du développement que connaît la production agricole dans le sud saharien, tenant compte des coûts excessifs que nécessitent les différentes cultures dans ces régions, (besoins en irrigation, produits phytosanitaires, cultures sous serres, etc.) sans ignorer l’effet contreproductif de l’exploitation excessive et incontrôlée des eaux souterraines sur les sols à long terme.

    Zoom sur la production laitière

    L’autre point qui mérite d’être souligné à travers le bilan du MADR concerne la production laitière.
    Une production totale de 2,92 milliards de litres de lait cru est soulignée dans le document en question mais la collecte n’est qu’à 572 millions de litres, (moins de 20%).
    Autrement dit, 1/5ème seulement de la production nationale est intégré dans l’industrie de transformation. Le reste est, soit écoulé dans les circuits informels ou destiné à l’autoconsommation des familles des éleveurs, selon la version officielle.
    Donc, le marché parallèle absorbe plus de 2,3 milliards de litres par année.
    Une situation qui reste toutefois paradoxale, car, avec le barème des subventions en vigueur, l’éleveur a intérêt à intégrer le système de collecte qui lui garantit un prix de vente minimum de 42 DA/litre (le prix de vente à la ferme entre 30 et 34 DA/litre plus une subvention de 12 DA/l) plutôt que d’aller vers l’informel où les prix sont à 40 DA/l en moyenne sans compter les risques et autres incertitudes qui en découlent.
    Deux interprétations sont possibles : Soit le système des subventions ne fonctionne pas comme il est défini ou défaillant, soit les résultats annoncés ne reflètent pas le niveau réel de la production laitière.

    Productions animales : Une filière déstructurée et des prix hors de portée

    Posté dans Marché agricole et régulation, Productions animales et végétales avec des tags , , , le 9 janvier 2012 par Paysans d'Algérie

    Bien que l’économie d’élevage occupe une place prépondérante dans la pratique agricole et absorbe d’importants financements sous forme de subventions, les viandes constituent une part insignifiante dans le système alimentaire de l’Algérien.
    Avec un cheptel ovin dépassant les 22 millions de têtes, selon les statistiques officielles, soit une tête par 1,6 habitant, la viande de mouton atteint, (ou dépasse même), les 1000 dinars/kg, sans surprise.
    Le poulet, lui aussi, prend son envol, dépassant les 400 DA/kg par endroit. C’est le même constat qui se dégage pour les autres types de produits carnés. Autant de paradoxes qui caractérisent le marché des viandes.
    Le président du directoire de la SGP Proda (productions animales) semble trouver des éléments de réponse à ces contrastes estimant que la hausse des prix des viandes est due à des insuffisances en termes de capacités de stockage sous froid qui sont actuellement de 140 000 m3 seulement, alors que les besoins en la matière dépasseraient les 10 millions de m3, selon le responsable en question.

    Des filières déstructurées

    Le président de l’association de la filière avicole, de son côté, explique la flambée des prix de poulet par ce qu’il qualifie de « désorganisation totale du marché de la volaille ».
    L’instabilité du marché des viandes peut être imputée en partie à cette hypothèse mais assurément pas dans le sens soutenu par le président de l’ANAF. Sinon, comment parler de « désorganisation » d’un marché qui n’existe pas réellement.
    Autrement dit, l’élevage avicole, avec son fonctionnement actuel, est loin de constituer une filière agricole structurée.
    Dominée par l’informel à tous les niveaux, l’activité d’élevage de poulet évolue dans une anarchie à tel point que même les pouvoirs publics ne sont pas en mesure de cerner l’état réel de cette filière, (le nombre d’éleveurs de volaille, la production réelle, les besoins en intrants, en alimentation, en produits vétérinaires, etc.).

    Traiter le mal en amont

    En tout cas, les deux acteurs de la filière ne font que donner des explications à un problème conjoncturel.
    Or, la problématique nécessite un traitement à la base avec des réponses à des contraintes qui se posent plutôt en amont, avant de se pencher sur la défaillance des circuits de commercialisation.
    En effet, tant que la filière demeure étroitement dépendante du marché international pour l’approvisionnement en matières premières pour la fabrication d’aliments et en produits vétérinaires, les prix de viandes demeureront hors de portée des bourses moyennes.
    Le problème se pose avec plus d’acuité pour l’élevage bovin et ovin, dès lors, que les cultures fourragères continuent à être marginalisées, voire exclues, des objectifs tracés au terme des politiques agricoles mises en œuvre.

    La question céréalière à l’ère des contrats de (contre)performance

    Posté dans Marché agricole et régulation, Productions animales et végétales avec des tags , , le 24 décembre 2011 par Paysans d'Algérie

    Encore un nouveau bilan du commerce extérieur, rendu public par les services de douane, qui révèle une hausse spectaculaire de la facture alimentaire.
    Jusqu’à la fin du mois de novembre dernier, l’Algérie aura importé durant l’année 2011, plus de 69 millions de quintaux de blé (tendre et dur).
    A la fin de l’année d’avant (2010), le blé importé a dépassé en volume les 50 millions de quintaux.
    Qu’il ne faut surtout pas concentrer la réflexion sur l’évolution chiffrée des importations d’année en année, parce que les statistiques ne peuvent avoir de sens si elles ne sont pas appuyées par des lectures croisées et des éclairages adéquats.
    Dans tous les cas de figure, à la fin de l’année 2011, les quantités de blé importées dépasseront largement le volume des 70 millions de quintaux.
    En conséquence, l’Algérie aura importé au moins 120 millions de quintaux de blé en l’espace de deux années (2010 et 2011).

    Plus de 270 millions de quintaux en deux ans

    A côté des importations, la production locale a cumulé quelque 87 millions de quintaux durant cette période (42 millions de quintaux en 2011 et 45 millions de quintaux en 2010).
    Une simple addition des importations et la récolte déclarée officiellement au niveau local révélera que les disponibilités durant ces deux années dépassent les 200 millions de quintaux.
    Si on y ajoute les 62 millions de quintaux produits en 2009 – parce qu’ils n’auront jamais été consommés avant 2010 – nous aurons au final des disponibilités céréalières de quelque 270 millions de quintaux en deux années, soit une moyenne de 135 millions de quintaux par année.
    Mais, la demande locale n’est pas en mesure d’absorber autant de quantités sachant que les besoins exprimés sont en moyenne de 80 millions de quintaux/an selon les estimations officielles faites sur la base d’une population de 36 millions d’habitants.
    Donc, peut-on supposer que l’Algérie dispose actuellement de stocks supplémentaires de blé qui auront à couvrir les besoins pour une longue période ?

    Fausses déclarations

    Cette hypothèse est moins sûre lorsqu’on sait que les commandes à l’importation ont été passées, dans la majorité des cas, durant des périodes de flambées aigues sur le marché international, ce qui renseigne sur le caractère d’urgence de ces approvisionnements.
    Au final, cette situation paradoxale dévoile une réalité : Dès l’authentification des statistiques établies par les services de douane sur les importations, c’est les bilans de la production locale qui sont simplement remis en doute.
    Ce qui n’est pas moins vrai tenant compte de la manière avec laquelle les bilans sont arrêtés à la fin de chaque campagne.
    Faute d’un système statistique efficient, les autorités sectorielles se contentent des additions faites à partir des bilans communiqués systématiquement par les services chargés du secteur au niveau des wilayas.
    Or, depuis la mise en œuvre des contrats de performance en 2008, les DSA (directions des services agricoles) s’empressent à annoncer des bilans positifs mais fantaisistes.
    Cette attitude est motivée par le souci des cadres du secteur – notamment au niveau des DSA – à se prémunir de la disgrâce de la hiérarchie.
    D’où, la raison pour laquelle les DSA annoncent d’une façon récurrente à la fin de chaque campagne que « les objectifs tracés dans le cadre des contrats de performance sont atteints ».
    Voilà donc comment les contrats de performance ont engendré des contreperformances.

    Dépendance alimentaire : Les artisans de “l’échec programmé”

    Posté dans Financement et investissement dans l’agriculture, Marché agricole et régulation, Productions animales et végétales, Ressources naturelles avec des tags , , le 5 décembre 2011 par Paysans d'Algérie

    Parmi les questions que plusieurs de nos lecteurs se posent il y a celle de savoir pourquoi certaines cultures n’existent pas en Algérie alors que les besoins en la matière sont exclusivement couverts par le recours systématique à l’importation ?
    La betterave sucrière, le maïs et le soja sont entre autres produits de base dont l’Algérie est en dépendance chronique et qui contribuent chaque année à l’aggravation de la facture alimentaire.
    Certes, la sécurité alimentaire n’est pas autosuffisance alimentaire, comme cela est fredonné avec récurrence par les pouvoirs publics pour justifier ce recours à l’importation.
    Bien de pays dont les exportations agricoles constituent le pilier central des sources de revenu, mais demeurent toujours de grands importateurs de certains produits non disponibles au niveau local.
    Mais l’Algérie est loin de faire partie de cette catégorie de pays parce qu’elle est devenue un importateur exclusif de matières de base qui, dans un passé récent, sont produites au niveau local.

    La betterave sucrière en Algérie

    Une étude sur l’Algérie (1) menée en 1986 par deux chercheurs universitaires français souligne : « Les cultures industrielles sont peu importantes. La production de betteraves à sucre varie de 300 000 à 700 000 quintaux par an, principalement dans la région d’El Asnam. Par contre, la production de tomate industrielle augmente plus ou moins, régulièrement, 1,2 million de quintaux en 1983, surtout dans la plaine d’Annaba ».
    Déjà, avec ces niveaux, la production n’est pas jugée satisfaisante selon les auteurs de l’étude en question, pourtant, les besoins exprimés à l’époque sont moins importants avec une population dépassant de peu les 20 millions d’habitants.
    Que dire aujourd’hui où l’Algérie doit au marché international la couverture de la totalité des besoins exprimés en sucre ?
    Même constat pour les autres cultures de matières de base à haute utilisation industrielle, comme les produits oléagineux et les intrants destinés à la production d’aliments de bétail.
    En tout cas, c’est lorsqu’il y a des repères indiquant que, dans un passé récent, ces cultures stratégiques représentaient un potentiel appréciable au niveau local avant qu’elles ne disparaissent complètement de la carte agricole de l’Algérie que la question mérite d’être examinée de près.
    La réponse à des interrogations de ce type n’est surtout pas dans le prétexte de l’incompatibilité de ces cultures aux conditions climatiques ou autres critères pédologiques des terres, invoqué dans le discours officiel justifiant le recours massif aux importations.
    Pour la betterave sucrière, à titre indicatif, le professeur Cherfaoui (2) dément ces arguments en mettant en étalant les potentialités dont jouit cette culture.
    Le même constat pour ce qui est des cultures oléagineuses dont le démantèlement au niveau local est motivé par la volonté de livrer le pays aux sphères spéculatives et lobbies de l’import import.

    Le bras long des fanatiques de l’import-import

    Une vue d’ensemble sur l’agriculture algérienne, avec ses prouesses et ses échecs, rend ce constat difficile à démentir :
    Toutes les spéculations (productions) où les opportunités d’affaires sont importantes deviennent paradoxalement difficiles à développer en Algérie.
    Outre le maïs, le soja et la betterave sucrière que nous venons d’évoquer, même la production laitière est confrontée à des handicaps « invisibles ».
    Sinon, comment admettre une facture d’importation de près de 1,3 milliard de dollars (importations de lait et produits laitiers en 2008) alors que la production locale dépasse les 2,4 milliards de litres par an (statistiques officielles), soit plus de 65% des besoins exprimés ?
    Mais la parade est toujours trouvée : la défaillance au niveau de la collecte qui fait que le lait cru produit localement n’est intégré dans le cycle de la transformation qu’à hauteur de 10 à 15% seulement.
    Si le problème de la collecte demeure ainsi insoluble malgré tous les fonds injectés sous forme de subventions diverses, serait-il donc plus judicieux de démanteler la filière élevage pour se contenter uniquement des importations ?
    Décidément, le mal qui ronge l’agriculture algérienne dans son ensemble est de nature exogène, il faut le chercher ailleurs.
    Mais, qui peut oser ?…

    (1) « L’Algérie, volontarisme étatique et aménagement du territoire », 1986, Jean-Claude Brulé (université de Franche Comté, Besançon) et Jacques Fontaine (URBAMA, université de Tours).
    (2) Enseignant à la faculté d’agronomie, université de Tizi Ouzou.

    La régulation du commerce agricole et ses ratés

    Posté dans Marché agricole et régulation, Productions animales et végétales, Ressources naturelles avec des tags , , , le 20 novembre 2011 par Paysans d'Algérie

    Au-delà de l’amélioration des niveaux de production, le succès d’une politique agricole requiert la maîtrise du processus en aval, (les différents maillons de la chaîne de commercialisation).
    Sur ce point, il devient illusoire de prétendre que l’agriculture algérienne est en voie de modernisation.
    Le constat se vérifie à partir d’une simple comparaison entre le dispositif de régulation du marché des produits de large consommation actuellement en vigueur en Algérie et les concepts qui se développent dans les pays voisins.
    Le seul exemple du marché français des produits agricoles laisse déduire que l’Algérie semble entamer sa marche vers le développement agricole dans le sens inverse.

    La paysannerie et les circuits courts

    Après l’échec avéré du concept de la globalisation et les libéralisations démesurées, le développement agricole en France est entré dans une nouvelle phase qui prône essentiellement la promotion des spécificités locales de chaque territoire au niveau de la production et le développement des circuits courts et la réhabilitation de l’agriculture paysanne au niveau de la commercialisation.
    Cette nouvelle politique se traduit par deux objectifs-clé : Le premier est au niveau de la production et consiste à valoriser les atouts de chaque territoire. Cette option reflète le retour aux terroirs.
    Le second objectif de cette politique est au niveau de la commercialisation et vise à rapprocher l’agriculteur du consommateur en réduisant le nombre d’intervenants dans la chaîne de la distribution à un seul intermédiaire au plus à travers les circuits courts.
    Il ne faut surtout pas minimiser la place de ce concept dans les mutations que subit actuellement l’agriculture française.
    Pour mieux saisir son ampleur prépondérante, reprenons la définition que lui confèrent les spécialistes en la matière :
    « On entend par circuit court des systèmes de distribution mobilisant un intermédiaire au plus entre la production de la matière première agricole et la consommation du produit qui en est issu. Plus largement, il s’agit d’étudier dans quelles mesures ils offrent de nouvelles perspectives à l’activité agricole pour répondre aux enjeux de compétitivité économique des entreprises et des territoires, au service d’un développement régional durable, en complémentarité avec les circuits longs ».

    Retour à la décision centralisée

    Dans l’ensemble, cette nouvelle démarche suggère plus de décentralisation et le transfert des prérogatives aux pouvoirs locaux (collectivités pour la conception des politiques de développement des territoires et associations d’agriculteurs, de consommateurs et coopératives diverses impliquées dans la gestion et l’organisation des circuits de distribution).
    En revanche, ce nouveau modèle fait son apparition au moment où en Algérie les politiques de développement agricole et territorial sont de plus en plus centralisées, conçues au niveau gouvernemental avant de les parachuter sur la base loin de tenir compte de la réalité du terrain.
    Même le débat sur les préoccupations des acteurs du secteur est centralisé à travers les conseils interprofessionnels pour les céréales, les fruits et légumes, le lait ou les viandes.
    Le Syrpalac (système de régulation des produits de large consommation) et la manière dont il est géré ou les subventions allouées aux producteurs reflètent aussi la volonté des pouvoirs publics à maintenir la décision au haut sommet de l’Etat.

    L’orientation foncière, une préoccupation méditerranéenne

    Posté dans Ressources naturelles avec des tags , , , le 12 novembre 2011 par Paysans d'Algérie

    Eclipsé complètement par les révoltes arabes, le projet d’Union pour la Méditerranée (UPM) tente de renaitre de ses cendres avec un visage beaucoup plus tourné vers la coopération dans des domaines qui reflètent les préoccupations réelles des populations des deux rives du bassin.
    C’est la lecture qui se dégage, à première vue, de la réunion qui s’est tenue pendant deux jours (mercredi 9 et jeudi 10 novembre 2011) à Strasbourg, Est de la France, et qui a regroupé des ministres de différents secteurs des pays du pourtour méditerranéen avec la participation du Conseil européen.
    A l’issue de ladite réunion, première du genre après une traversée du désert qui a duré plusieurs mois, les représentants des différents Etats de la région ont lancé un appel pour « définir une approche commune de stratégies globales nationales de développement des villes de la région ».
    Un enjeu d’une importance capitale sachant que ¾ des populations méditerranéennes habiteront les villes à l’horizon 2021/2022 alors que, sur le plan démographique, la région enregistrera 100 millions d’habitants supplémentaires à la même échéance.
    Si le dossier a été choisi pour relancer le projet d’UPM, il est facile de saisir l’ampleur de la sensibilité de la question de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire dans la région.

    Le foncier pour relancer la coopération

    Laminée par des tiraillements récurrents, à commencer par l’agression menée par l’armée israélienne contre la bande de Ghaza entre décembre 2008 et janvier 2009, jusqu’aux révoltes arabes du début de l’année en cours qui ont vu la chute même du co-président de cette union « laborieuse », en l’occurrence l’ex-président égyptien, Hosni Moubarak, l’initiative d’Union pour la Méditerranée, défendue énergiquement par l’actuel locataire de l’Elysée, Nicolas Sarkozy, a besoin d’un nouveau souffle pour sa réactivation.
    Les concepteurs du projet ont donc opté pour une nouvelle tactique diplomatique préconisant la prise en charge directe des préoccupations concrètes des populations des deux rives du bassin méditerranéen plutôt que de se confiner dans le volet diplomatique du projet, éternellement conflictuel.
    La relance de l’UPM mise désormais sur l’aménagement du territoire et l’urbanisme à l’échelle régionale avec l’implication d’acteurs-clé qui peuvent intervenir dans le financement des projets envisagés, comme l’AFD (agence française de développement).

    L’urbanisation en Algérie à l’heure des standards méditerranéens

    Cependant, en s’inscrivant dans une démarche régionale de développement, les politiques nationales d’aménagement du territoire doivent répondre à des critères pré-requis.
    Dans le cas de cette nouvelle initiative de l’UPM, les Etats de la région sont appelés à contribuer à l’atténuation de la pression démographique dans les zones littorales de la Méditerranée.
    L’Algérie, qui a été représentée à la réunion de Strasbourg par le ministre de l’environnement et de l’aménagement du territoire, Cherif Rahmani, est-elle prête à relever le défi en la matière ?
    Rien n’est vraiment acquis, compte tenu des décisions prises récemment, comme les nouvelles facilitations dans le transfert de terres au profit du secteur de l’urbanisme et de l’habitat et de la manière avec laquelle le gouvernement continue de concevoir l’extension urbaine.
    Aucune stratégie à long terme n’est, en effet, à noter en Algérie dans les domaines de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire.
    A présent, ni les normes environnementales, ni les terres agricoles ne sont épargnées par l’expansion anarchique et incontrôlée des agglomérations le long du littoral algérien.
    Pour preuve : plus de 70% de la population se concentrent sur 17% du territoire seulement.

    Cadres de l’agriculture ou fonctionnaires de seconde zone?

    Posté dans Financement et investissement dans l’agriculture, Marché agricole et régulation, Productions animales et végétales, Ressources naturelles avec des tags , le 1 novembre 2011 par Paysans d'Algérie

    La relance de l’agriculture qui anime les volontés au sein de l’Etat depuis notamment l’avènement de la politique de Renouveau agricole et rural risque de passer à côté des objectifs assignés au secteur.
    Outre les quelques opérations ponctuelles qui ont ciblé beaucoup plus le développement des productions animales et végétales, la régulation ou le renforcement de l’approvisionnement du marché en produits de large consommation, qui d’ailleurs s’effectue souvent à travers la multiplication des contrats d’importation, les plans d’action conçus pour la canalisation des financements faramineux alloués à l’agriculture occultent vraisemblablement un volet stratégique du processus de développement imprimé au secteur.
    Il s’agit de la ressource humaine que les économies développées considèrent parmi les facteurs-clés de développement.
    Dans le cas de l’agriculture algérienne, les préoccupations socioprofessionnelles des travailleurs et cadres du secteur sont reléguées tout simplement à un rang inférieur.
    A l’exception des exploitants et autres propriétaires de terres dont le cas a été régulièrement évoqué à travers le débat sur la préservation des revenus des agriculteurs, les difficultés liées au niveau des salaires, le régime indemnitaire ou les conditions de travail des fonctionnaires du secteur sont rarement évoquées.
    Il a fallu attendre le mouvement de protestation auquel a appelé le syndicat du secteur affilié au SNAPAP au mois d’octobre dernier pour que l’opinion publique se rende compte du marasme socioprofessionnel dans lequel se débattent les cadres et travailleurs de l’administration du secteur agricole.
    Pire encore, la grève en question a révélé une sorte de ségrégation pratiquée à l’encontre des cadres de l’agriculture sur l’échiquier de la fonction publique.

    Ingénieur à 23 000 DA

    Comment expliquer, sinon, le maintien des barèmes de rémunération des fonctionnaires de l’agriculture à des niveaux inchangés depuis des années sans actualisation, (selon les syndicalistes), alors que leurs collègues des autres administrations et secteurs, ont bénéficié d’augmentations successives ces derniers mois qui ont dépassé les 70% pour certains corps.
    Cette politique de « deux poids, deux mesures » reflète clairement la vision étroite que les responsables au sein de l’Etat ont du développement de l’agriculture.
    Interrogé sur ce point, un jeune ingénieur agronome a été gêné d’avouer qu’avec son niveau, sa rémunération ne dépasse pas les 23000 DA/mois.
    Il vient d’ailleurs de claquer la porte d’un « prestigieux » institut spécialisé dans les productions végétales pour exprimer sa déception et aller tenter sa chance sous d’autres cieux, moins cléments -peut être- mais plus reconnaissants.
    Pourtant, nul ne peut ignorer le rôle primordial que jouent les cadres au sein des organismes affiliés au secteur dans l’aboutissement de la politique agricole.
    Dans ces conditions, les chances de réussite du programme conçu pour la relance du secteur s’amenuisent même avec le fameux budget quinquennal de…1 000 milliards de dinars.
    Or, la meilleure issue pour la réhabilitation des cadres de l’agriculture passe inévitablement par l’amélioration de leurs conditions socioprofessionnelles suivie d’une sorte de plan de charges prônant l’obligation de résultats.

    Le lait, les engrais et les parrains de la pénurie

    Posté dans Financement et investissement dans l’agriculture, Marché agricole et régulation avec des tags , le 19 octobre 2011 par Paysans d'Algérie

    Le secteur agricole a été marqué cette semaine, au moins, par deux événements qui méritent d’être soulignés.
    Le premier intervient à l’amont du secteur : C’est l’entreprise algéro-espagnole, Fertial, leader dans le domaine des fertilisants, qui vient de lancer une campagne médiatique à grande échelle juste pour communiquer aux agriculteurs les prix réels des engrais produits au niveau des unités de ladite entreprise (Annaba et Arzew).
    On saura alors que le prix du TSP, par exemple, est à 4 600 dinars/quintal. Le quintal du PK est de 6 600 DA, l’UAN à 2 000 DA.
    Enfin, Fertial rend public tout le barème des prix de toute sa gamme de produits.
    Dans sa démarche, l’entreprise estime qu’ « avec ces prix, Fertial témoigne de son engagement avec les agriculteurs algériens ».
    L’annonce des prix des produits de Fertial n’aura rien de particulier s’il n’y a pas eu la sortie médiatique du ministre de l’agriculture et du développement rural, il y a quelques semaines, faisant état de l’ouverture d’une enquête sur la hausse subite des prix des engrais, notamment ceux utilisés dans la préparation des sols pour les labour-semailles.
    Nous avons estimé alors que cette flambée des prix des engrais en cette période de la saison est synonyme d’un « échec programmé » de la prochaine saison céréalière et confirme aussi que le secteur agricole est toujours otage des lobbies de l’import-import.

    Le lait, l’UGTA et Louiza Hanoune

    L'UGTA et Louiza Hanoune face au conflit qui secoue la laiterie de Draâ Ben Khedda. Photo: Auto-composition

    Le second événement est lié à la transformation de lait, avec le mouvement de grève enclenché depuis plusieurs jours par les travailleurs de la laiterie de Draâ Ben Khedda, (Tizi Ouzou).
    Les travailleurs grévistes revendiquent la « renationalisation » de cette ex-unité du groupe Giplait.
    En réponse à ces travailleurs, le conseil d’administration de ladite entreprise vient de rendre publique la situation détaillée des actions menées depuis la concrétisation de cette opération de privatisation.
    A la lecture de ce rapport, l’on constatera que les termes du cahier des charges tracé par le CPE (conseil des participations de l’Etat) sont respectés par le repreneur.
    Pendant que les travailleurs de cette laiterie radicalisent leur mouvement, Louiza Hanoune, SG du parti des travailleurs, anime un meeting populaire à Draâ Ben Khedda.
    Connaissant les positions de cette ex-trotskiste à propos du dossier des privatisations et de l’investissement privé en général, rien n’est dû au hasard.
    Dans cette affaire, il est utile de relever le silence inexpliqué du patron de l’UGTA concernant ce conflit, puisque c’est la section syndicale affiliée à la Centrale qui est à l’origine de cette grève.
    De surcroît, depuis quelques temps, le soutien de Louiza Hanoune à Sidi Saïd n’est plus un secret.
    Avec les échéances électorales qui s’approchent, l’épisode de la laiterie de Draâ Ben Khedda risque de révéler des desseins qui vont au-delà de la transformation du lait au détriment, bien évidement, des consommateurs à faible revenu qui sont des milliers à être privés du sachet de lait de…25 DA.

    Ressources naturelles : La Kabylie et le gain facile

    Posté dans Financement et investissement dans l’agriculture, Ressources naturelles avec des tags , , , le 7 octobre 2011 par Paysans d'Algérie

    La semaine dernière, en évoquant dans cet espace l’agriculture urbaine, qui se révèle comme une alternative efficace en matière de sécurité alimentaire dans les villes, nous disions que le sujet est un mythe dans une société comme la nôtre.
    Aujourd’hui, si nous parlons d’agriculture de montagne et la mise en valeur des produits forestiers, il y a un risque d’aboutir à un constat identique : Un sujet sans aucun rapport avec la réalité algérienne.
    Pourtant, les potentialités en la matière ne manquent pas.
    Pour mieux cerner le rôle de ce type de produits, il est utile d’explorer le territoire de Kabylie dont la diversité du paysage et du climat offre d’importantes opportunités d’investissement dans ce créneau.
    Plus d’un tiers de la superficie totale de la wilaya de Tizi Ouzou est constitué de forêts (112 000 hectares, selon la conservation des forêts).

    Des potentialités appréciables

    Outre le liège et le bois, la surface forestière offre une gamme diversifiée de produits de très haute valeur (d’usage et d’échange).
    Un jeune spécialiste des produits du terroir nous en donne un exemple édifiant : Après avoir développé tous les sous-produits d’apiculture, de la production de diverses variétés du miel jusqu’au pollen, la cire, la gelée royale et les essaims, M. Guechida Hacène, ingénieur agronome et apiculteur de profession, a désormais l’ambition d’aller vers l’exploration des produits forestiers.
    Mais un seul exploitant ou une seule volonté reste très en-deçà des moyens nécessaires pour faire des produits de la forêt une réelle activité économique en mesure de contribuer au développement local.
    La question demeure ainsi posée : Qu’en est-il de l’exploitation de l’espace forestier et quelle est la place de la forêt dans l’économie locale ?
    En tenant compte de l’état des lieux de ce secteur, la tendance est au pessimisme: Non seulement le secteur n’est pas exploité mais il est dilapidé.

    La maffia du sable

    Le massacre du Sébaou continue. Photo El Watan Economie

    Des réseaux de prédateurs s’adonnent au massacre pur et simple de l’espace naturel dans son ensemble.
    Il suffit de voir ce que la maffia du sable a fait des lits des oueds comme le Sébaou, pour se rendre compte des dégâts causés aux richesses naturelles dans la région.
    La situation devient plus inquiétante lorsque ces forces du mal agissent dans une impunité avérée à la faveur d’un pouvoir local dont certains cercles osent même partager des intérêts occultes avec ces réseaux.
    Lorsque nous nous retrouvons face à des groupes d’individus encouragés implicitement par l’Etat à verser dans le gain facile, comment inciter des jeunes à développer des activités économiquement viables et requérant une exploitation rationnelle et contrôlée des richesses naturelles ?

    Agriculture urbaine : Un mythe pour l’Algérie

    Posté dans Marché agricole et régulation, Ressources naturelles avec des tags , le 26 septembre 2011 par Paysans d'Algérie

    A l’ombre des changements multiples que connaît le paysage socioéconomique national, une question se pose : Le concept des villes vertes peut-il avoir une place en Algérie ?
    Toute tentative de réponse à cette interrogation, (même sous forme d’une vision globale), débouche automatiquement sur le rôle de l’agriculture urbaine et périurbaine (AUP) et son état des lieux dans le monde et au niveau national.
    Ce sujet relance ainsi le débat sur les défis qui se posent à l’agriculture algérienne et ses capacités d’intégration de l’espace méditerranéen avec les mutations qu’il traverse.
    L’épisode des habitants de Hydra qui ont défrayé la chronique en juillet dernier avec leur soulèvement contre la destruction du Bois des Pins illustre parfaitement l’inquiétude grandissante que suscite l’insouciance des pouvoirs publics quant à la dimension écologique de l’espace urbain.
    Lorsqu’il s’agit d’asseoir des modèles de développement permettant de couvrir une partie des besoins alimentaires des populations urbaines par une production émanant de l’intérieur des villes elles-mêmes, il est plus que sûr qu’aucun responsable n’y pense.
    Or, dans la conjoncture actuelle, la tendance est au développement de villes productives, à travers l’agriculture urbaine et périurbaine.
    Le Centre international de hautes études agronomiques méditerranéennes (Ciheam) vient de se pencher sur le rôle et l’avenir de ce type d’agriculture à travers sa lettre de veille N°18, dédiée aux « agricultures urbaines en Méditerranée ».
    Cette publication met en évidence un élément qu’il n’y a pas lieu de négliger : Tous les pays de la rive sud ont une tradition de pratiques agricoles dans les villes, sous diverses formes et malgré les difficultés qui y persistent, sauf l’Algérie.

    Des choix contradictoires

    L’attitude des pouvoirs publics algériens excluant ouvertement cet aspect des politiques de développement mises en œuvre se confirme à travers leur choix pour ce qu’ils appellent la densification urbaine.
    En réalité, cette option a donné lieu à l’accaparement des espaces verts et une bidonvilisation pure et simple des centres urbains.
    Or, la FAO a recommandé vivement l’AUP qui joue un rôle actif dans la sécurité alimentaire des villes, notamment dans les pays en développement où l’espace urbain représentera 60% de la population à l’horizon 2030.
    En Algérie, les perspectives en la matière sont diamétralement opposées aux recommandations de l’organisation onusienne : Ni l’agriculture, ni le secteur de l’habitat et de l’urbanisation ne sont dotés de stratégies fixant des objectifs à long terme.
    Au lieu d’asseoir une complémentarité entre ces deux secteurs, leurs responsables respectifs continuent d’agir séparément et, parfois, en prônant des choix contradictoires à travers des opérations conjoncturelles considérées comme des politiques de développement, à l’instar du fameux programme d’un million de logements du ministère de l’habitat ou le Syrpalac du département de l’agriculture.
    Décidemment, en Algérie, le développement durable, la sécurité alimentaire ou la préservation des richesses ne sont que des termes utilisés pour meubler le discours officiel.

    Financement agricole : Quand le terrorisme s’en mêle

    Posté dans Financement et investissement dans l’agriculture, Marché agricole et régulation avec des tags , le 22 août 2011 par Paysans d'Algérie

    Depuis le lancement du fameux plan national de développement agricole (PNDA), le financement de l’agriculture ne cesse pas de faire l’objet de débat mais sans que le sujet ne soit exploré dans toutes ses dimensions.
    Après les dizaines de milliards de dinars absorbés entre 2001 et 2006 dans le cadre du PNDRA (développement rural et agricole), il y a eu la politique de renouveau rural et agricole mise en branle depuis 2008 avec des financements, tellement faramineux, qu’ils ont aiguisé les appétits et la gourmandise de courants habitués à la convoitise des deniers publics.
    L’année dernière, un nouveau plan quinquennal pour l’agriculture (2010-2014) a été mis en œuvre dans le cadre du programme présidentiel avec un budget de 1 000 milliards de dinars, soit 200 milliards DA par année.
    Ce qu’il y a lieu de relever dans toutes ces tentatives de relancer le secteur agricole, c’est qu’à aucun moment le bilan du programme précédent n’a été fait.
    Mieux encore, les subventions agricoles n’ont jamais été soumises à un contrôle adéquat qui aurait permis de prévenir toute forme de détournement ou à des études efficientes qui auraient permis de faire le diagnostic juste et effectif des faiblesses et atouts de chaque filière.

    L’indifférence du Parlement

    Même les instances habilitées n’ont jamais évoqué la question des subventions agricoles. C’est le cas de l’institution parlementaire avec ses deux chambres (APN et Sénat), qui, pourtant, est investie de prérogatives pour mettre en place des commissions d’enquête ou, au moins, interpeller le gouvernement sur ces subventions agricoles, dont le citoyen a le droit de regard, car elles relèvent de l’argent du contribuable.
    En revanche, les subventions allouées par l’Etat aux producteurs et transformateurs, à coup de milliards, ont souvent fait l’objet de détournements et autres manigances fallacieuses, à l’instar du scandale de la Générale des concessions agricoles (GCA) ou l’affaire de la poudre de lait détournée qui a secoué l’année dernière l’ONIL (office interprofessionnel du lait), entre autres.
    Les inégalités qui ont entaché l’opération d’effacement des dettes des agriculteurs, à laquelle le président Bouteflika a débloqué 41 milliards de dinars à la veille de la campagne électorale pour les présidentielles de 2009, illustrent aussi ce manque de clarté dans la gestion des subventions agricoles.

    Blanchiment d’argent et financement du terrorisme

    Ce laxisme a poussé des courants aux desseins pernicieux jusqu’à verser dans l’utilisation des fonds engagés pour le développement agricole dans la grande criminalité.
    L’affaire de l’utilisation de l’argent du soutien agricole dans la culture de cannabis et d’opium révélée en 2009 dans la région d’Adrar en est la parfaite illustration.
    Les dérapages risquent de s’avérer encore plus graves si les pouvoirs publics ne revoient pas leur démarche en matière de contrôle de l’argent des subventions.
    Hier, sur les colonnes d’El Watan, notre collègue de Boumerdès a mis le doigt sur un fléau dont les conséquences sont à prendre au sérieux: Il s’agit des groupes terroristes qui s’impliquent dans le financement de l’agriculture ou rackettent les exploitants agricoles dans cette région du pays.
    Avec le caractère informel qui prédomine le financement du secteur, l’investissement agricole risque de devenir le terrain idéal pour le blanchiment d’argent ou le financement de la criminalité sous toutes ses formes.

    L’Algérie dans la pensée d’Ibn Khaldoun

    Posté dans Ressources naturelles avec des tags , , le 10 août 2011 par Paysans d'Algérie

    En Algérie, la gestion des ressources du pays ne répond à aucune logique économique. C’est ainsi que plusieurs économistes qualifiaient la démesure dans les dépenses publiques prônée par le gouvernement dans une conjoncture marquée par une crise financière asphyxiant l’économie mondiale.
    Mais, lorsqu’il s’agit de consommer d’une façon incontrôlée des ressources non renouvelables, il faut dire que l’économie nationale est entrée dans une logique suicidaire.
    Plus de 5 000 hectares de terres agricoles viennent de changer de vocation avec un simple décret exécutif paraphé par le premier ministre.
    Déjà jugée très faible, avec une proportion de 0,24 ha/habitant seulement, la SAU (surface agricole utile) du pays est désormais amputée de quelque 5 400 ha qui serviront à la réalisation de logements et autres infrastructures, selon le décret exécutif 11-237 du 9 juillet 2011 portant « déclassement de parcelles de terres agricoles affectées pour la réalisation de logements publics et équipements d’accompagnement dans certaines wilayas » (*).

    plus de 5 400 hectares de terres agricoles serviront à la réalisation de logements. Photo M. Naïli

    Dans son argumentaire, le gouvernement justifie sa décision par le souci de répondre à une demande croissante en logement.
    Mais, les sphères dirigeantes du pays sont-elles, à ce point, incapables d’avoir une vision à long terme et adopter une réelle stratégie de développement intégré ? Ce qui aurait permis facilement de satisfaire largement les besoins exprimés en logement sans toucher au moindre hectare à vocation agricole.
    En effet, dans un pays de plus de 230 millions d’hectares et qui n’est occupé qu’à hauteur de 30% seulement, on trouve toujours des prétextes pour détourner vers d’autres vocations le peu de terres arables disponibles.
    Or, s’il y a une gestion efficace du volet relatif à l’aménagement du territoire, la priorité aurait été donnée à l’orientation des flux démographiques vers des régions non agricoles pour atténuer la pression sur le peu de terres arables qui servent à nourrir les populations locales.
    Laquelle démarche qui requiert le développement de villes nouvelles, dans le vaste territoire inoccupé de l’Algérie.
    Ces villes seront, à coup sûr, attractives dès qu’elles seront dotées de toutes les commodités nécessaires (emploi, moyens de communication, etc.).
    Mais, l’Algérie semble entrée dans la catégorie des sociétés dont Ibn Khaldoun disait qu’elles sont capables de détruire un temple rien que pour prendre une pierre pour en faire un trépied qui servira à assouvir le plaisir de préparer un thé…

    (*) Voir le journal officiel N° 39 du 13 juillet 2011 (www.joradp.dz)

    Production et importation de blé : Le désaveu par les chiffres

    Posté dans Marché agricole et régulation, Productions animales et végétales avec des tags , , le 2 août 2011 par Paysans d'Algérie

    Le centre de l’informatique et des statistiques des douanes (Cnis) vient de nous informer que l’Algérie a importé pour plus de 1,5 milliard de dollars de blé durant le premier semestre de l’année en cous seulement (entre janvier et juin 2011). En 2010, ces importations ont été de près de 665 millions de dollars.

    Cette hausse n’est pas imputable uniquement à la hausse des prix des produits de base sur le marché international puisque les importations de blé ont connu une croissance sensible en volume.

    Durant cette période de 6 mois, l’Algérie a importé 39,7 millions de quintaux de blé et, à la fin juin 2010, le volume des importations a été de 29,3 millions de quintaux.

    Le directeur de la régulation au ministère du Commerce a expliqué ce recours massif aux importations par les stocks céréaliers de l’Algérie qui « étaient relativement faibles ».

    Au-delà de la langue des chiffres, qui est le discours favori des pouvoirs publics à tous les niveaux, les statistiques sur la filière céréalière font ressortir tout de même des contradictions qui alimentent le doute :

    En 2010, l’Algérie a importé 52,3 millions de quintaux de blé alors que la production locale durant la même année, selon le ministère de l’agriculture, a atteint les 47 millions de quintaux, toutes céréales confondues, mais une grande partie est constituée de blés tendre et dur. A la fin de l’année en cours, les importations de blé atteindront, voire dépasseront, facilement les 60 millions de quintaux, puisque près de 40 millions de quintaux ont été déjà enregistrés à la fin juin dernier.

    Faux espoir

    En 2009, le gouvernement faisait miroiter une réjouissance démesurée sur le pays en affirmant que l’Algérie est sur le point d’assurer son autosuffisance en céréales parce que la production céréalière durant la saison 2008/2009 a atteint les 62 millions de quintaux.

    Pour l’année en cours, les services du ministère de l’agriculture affirment que le cap des 45 millions de quintaux sera atteint à la fin de la campagne moissonnage-battage.

    Si la production locale atteint de tels niveaux, pourquoi importer autant de céréales chaque année, sachant que les besoins exprimés ne dépassent pas les 80 millions de quintaux (à raison de 200 kg/habitant/an) ?

    Certes, le prétexte de la contrebande aux frontières a été avancé pour justifier la hausse de la demande en céréales, mais ce phénomène, à lui seul, ne peut pas canaliser des millions de quintaux de blé.

    Cette ampleur des importations de blé est due, simplement, à la médiocrité du produit local, sur le plan quantitatif autant que qualitatif. C’est la seule explication qui parait convaincante.

    La qualité des blés produits localement a été déjà remise en cause par les transformateurs. Cependant, il est très difficile de connaître le volume réel de la production locale dès lors il n’existe aucun organisme spécialisé en statistiques qui mène des enquêtes sur le terrain pour être en mesure de vérifier l’authenticité des données.

    De nombreux experts et chercheurs universitaires ont déjà posée la problématique des statistiques en Algérie, estimant que celles qui existent ne sont que des chiffres recueillis au niveau de l’administration.

    La régulation des quotas en guise de politique agricole

    Posté dans Marché agricole et régulation, Productions animales et végétales avec des tags , , , le 17 juillet 2011 par Paysans d'Algérie

    Au fur et à mesure que le mois de ramadhan s’approche, le récurrent débat sur l’approvisionnement du marché en produits alimentaires refait surface. Comme chaque année à la même période, des décisions sont prises, impliquant la mobilisation de fonds supplémentaires sur le budget de l’Etat.

    Dans la foulée des « préparatifs » pour ce mois, le ministre de l’agriculture et du développement rural a annoncé « une batterie de mesures » arrêtée pour se prémunir de toute éventuelle pénurie durant cette période.

    Parmi ces mesures, le relèvement des quotas de blé et de poudre de lait vendus à des prix administrés respectivement par l’OAIC (office interprofessionnel des céréales) aux minoteries et l’ONIL (office interprofessionnel du lait) aux laiteries.

    Pour les minoteries, les quotas de blé acquis auprès de l’OAIC sont désormais à hauteur de 70% des capacités de production déclarées par le transformateur. Une décision similaire a été prise pour ce qui est de la production de lait pasteurisé en sachet vendu à 25dinars/litre.

    Au-delà du débat sur l’opportunité de ces mesures, il y a lieu de remarquer qu’en agissant de la sorte, les pouvoirs publics ont réduit la sensible question de la régulation du marché des produits de large consommation à la simple révision, à la baisse ou à la hausse, des quotas des matières premières tout en occultant la provenance de ces quotas.

    Or, lorsqu’on sait que le blé distribué aux minoteries et la poudre de lait fournie aux laiteries en quotas proviennent des importations, la question du développement agricole dont les pouvoirs publics font un cheval de bataille se pose d’elle-même.

    Des décisions sans tenir compte des dépenses

    En 2010, le chef de l’Etat a décidé d’affecter au secteur de l’agriculture une enveloppe financière de 1 000 milliards de dinars sur une échéance de cinq ans (2010-2014), alors qu’auparavant des dizaines de milliards ont été consommés à travers le fameux PNDA sans qu’aucun bilan ne soit arrêté. Ceci, sans compter les 41 milliards de dinars qu’il a annoncé en février 2009 pour le rachat des dettes des agriculteurs à quelques semaines seulement de l’élection présidentielle qui lui a donné le visa pour un 3ème mandat à la tête de l’Etat.

    Avec du recul, il est aisé de remarquer que le secteur agricole a absorbé des centaines de milliards en l’espace d’une décennie, mais, en 2011, la régulation du marché des produits agricoles ne dépasse pas le stade du réajustement des quotas distribués aux transformateurs.

    Il est temps de faire le point de la situation pour mieux cerner la question du développement agricole et identifier les maillons faibles de la chaîne. Parce que la rente pétrolière qui sert toujours à amortir les chocs n’est pas inépuisable.

    Hydraulique agricole : La bataille du sud

    Posté dans Productions animales et végétales, Ressources naturelles avec des tags , , le 5 juillet 2011 par Paysans d'Algérie

    A partir de Khenchela, une wilaya du bassin semi-aride, voire aride, du sud-est du pays, le ministre des ressources en eau, Abdelmalek Sellal, a affiché ce lundi 4 juillet un optimisme singulier sur les disponibilités hydriques en Algérie.

    Deux semaines auparavant, 60 hectares de cultures maraichères ont été détruits par les autorités locales dans la wilaya de Tiaret pour éviter la surexploitation de la nappe souterraine d’où est alimentée cette région en eau potable. Les services de l’hydraulique de cette wilaya ont expliqué alors que le débit de cette nappe chute de plus de 50% dès qu’il y a exploitation pour irrigation. Dans cette région des hauts plateaux, l’agriculture irriguée est donc interdite.

    Pourtant, il y a une année, le ministre de l’agriculture et du développement rural s’enorgueillissait en évoquant les perspectives de l’agriculture irriguée dans les régions du sud : « L’agriculture saharienne connaîtra dans les années à venir un bond qualitatif au regard des efforts consentis par l’Etat dans ce cadre », expliquait le ministre qui mise sur 300 000 hectares dans le Sahara à consacrer aux cultures céréalières seulement.

    Des réserves de 5 milliards m3

    D’un côté, il faut retenir que l’agriculture dans le sud est exclusivement irriguée à partir des nappes souterraines, dont le potentiel est estimé à 5 milliards de m3 mais non renouvelables (fossiles).

    Irrigation dans une oasis à Biskra/ Photo M. Naïli

    De l’autre côté, il faut savoir que ces eaux souterraines se caractérisent par un taux de salinité assez élevé, notamment les eaux les moins profondes. A ce moment là, l’agriculture saharienne est confrontée à un double défi à moyen et long termes : Il s’agit de la disponibilité des ressources hydriques qui demeure incertaine dès lors que ces réserves souterraines sont fossiles, ce qui risque d’anticiper leur épuisement étant donné que la nappe est surexploitée dans les régions où l’activité agricole connaît un développement intensif ces dernières années à la faveur des politiques de soutien mises en œuvre par les pouvoirs publics, à l’instar de Biskra, El Oued, Ghardaïa ou Adrar.

    Remontée des sels

    Cependant, le taux de salinité élevé de ces eaux souterraines est l’autre problème qui se pose à l’agriculture dans les régions sahariennes. Dans la période actuelle, il a été constaté qu’à l’exception des forages réalisés dans le cadre des programmes publics de soutien à l’agriculture, des centaines de petits exploitants agricoles dans les régions du sud ont réalisé des forages avec leurs propres moyens, donc ils se contentent des eaux de la nappe phréatique qui est moins profonde, donc les forages sont moins coûteux. Ce qui a engendré un impact désastreux sur les sols de plus en plus affectés par les sels.

    De nombreuses exploitations sont déjà abandonnées après la baisse de leurs rendements due à la remontée des sels.

    Certes, dans la conjoncture actuelle, l’agriculture saharienne couvre une partie majeure des besoins locaux en produits agricoles, mais, elle est loin de garantir la sécurité alimentaire du pays.

    Agroalimentaire : Les échecs des années 1970 se reproduisent en 2011

    Posté dans Marché agricole et régulation avec des tags , le 30 juin 2011 par Paysans d'Algérie

    Un regard rétrospectif est toujours nécessaire pour faire l’évaluation du chemin parcouru et le degré du rapprochement des objectifs tracés. A partir de cette évidence, il est lamentable de se rendre compte que le secteur agricole et agroalimentaire en Algérie est figé dans une position statique et peine à amorcer une avancée vers la croissance.

    Ce constat est relevé en se penchant sur le diagnostic qu’on fait de ce secteur à des époques différentes. Des travaux de recherche effectués respectivement au milieu de la décennie 1980, en 1995 et dernièrement en 2011, font ressortir un constat quasi-identique de l’agriculture et la transformation agroalimentaire en Algérie : Une sorte d’état stationnaire qui désigne une économie dans une situation qui ne favorise pas la croissance.

    Dans un livre intitulé « industrie agroalimentaire et dépendance envers les approvisionnements extérieurs : Le cas algérien » publié durant la décennie 1980, deux docteurs en sciences économiques, Zga Kamel et Arif Salah Eddine, ont procédé à une analyse détaillée de ce secteur. Le constat établi fait ressortir une forte dépendance vis-à-vis des importations dans le domaine agroalimentaire durant les années 1970 et 1980 et le rôle capital que joue la rente pétrolière pour financer ces importations.

    Une facture alimentaire couverte exclusivement par la rente pétrolière

    On y lit : « Restituées dans l’esprit du modèle de développement algérien, les industries agroalimentaires devraient évoluer en interaction avec l’agriculture nationale. La situation en a été toute autre, dans la mesure où une logique extérieure est apparue, par le biais du marché capitaliste, d’où provient la majorité des approvisionnements en produits agricoles. Cette dépendance extérieure a de plus été largement accentuée par la modification du modèle de consommation algérien, due à des facteurs d’urbanisme accéléré et à l’influence du mode de consommation occidental. Ces importations alimentaires ont été financées grâce à l’existence d’une rente liée aux hydrocarbures qui, initialement, devaient favoriser la mise en place du système productif, or la constatation actuelle est que cette dépendance prend une part de plus en plus importante, ce qui à terme risque de remettre en cause le schéma de développement ».

    En 1995, Mohamed Tounsi, professeur à l’IAMM, dans une étude sur l’« industrialisation et sécurité alimentaire en Algérie », relèvera « le recours massif aux importations de biens d’équipements en l’absence d’une capacité nationale de production pour assurer le renouvellement de l’outil industriel [qui] accroît la dépendance des IAA (industrie agroalimentaires, ndlr) et contredit profondément les objectifs de sécurité alimentaire ».

    En 2011, le secteur reflète une situation qui ne diffère presque pas des époques précédentes. Un rapport sur les échanges algéro-canadiens, élaboré en mai dernier par des services du gouvernement canadien, souligne : « L’Algérie ne produit pas de cultures permanentes, ce qui représente une occasion pour les exportateurs canadiens de produits agroalimentaires (…) L’agriculture ne représente que 8 % de son PIB. L’économie de l’Algérie est largement tributaire de son secteur du gaz naturel et des hydrocarbures, qui représente environ 60 % des revenus budgétaires, 30 % du PIB et plus de 97 % des recettes d’exportation. (…) L’Algérie est le principal partenaire commercial du Canada en Afrique et le plus grand importateur de produits agricoles du continent, ce qui en fait un marché attrayant par son potentiel ».

    A ce rythme, tout est à construire pour relever le défi de la sécurité alimentaire et réduire la facture des importations.

    Extension urbaine : menace sur les terres agricoles

    Posté dans Ressources naturelles avec des tags le 27 juin 2011 par Paysans d'Algérie

    Selon la directrice de l’urbanisme au ministère de l’Habitat, Mme Houria Meddahi, un nouveau PDAU (plan directeur d’aménagement urbain) pour la capitale sera approuvé prochainement. La mobilisation de nouvelles assiettes foncières pour permettre l’intensification des réalisations dans les secteurs du bâtiment et des travaux publics dans la périphérie d’Alger est l’objectif premier recherché de ce nouveau PDAU.

    La directrice de l’urbanisme au ministère de l’Habitat n’est pas moins explicite sur ce point en affirmant à El Watan économie que le nouveau plan permettra de trouver de nouvelles potentialités foncières pour permettre la poursuite du développement de la capitale.

    Toutefois, ces projections ne seront pas sans conséquences sur le secteur de l’agriculture étant donné que toutes les assiettes foncières potentiellement mobilisables pour l’urbanisme dans le grand Alger sont à vocation agricole, sachant que cette zone s’inscrit dans le prolongement des plaines de la Mitidja dont la fertilité n’est pas à prouver.

    Ainsi, la mise en œuvre du nouveau PDAU de la wilaya d’Alger impliquera inévitablement la disparition de terres agricoles. Au-delà de la capitale, ces dix dernières années, toutes les villes du pays et les grands centres urbains sont entrés dans un cycle d’expansion impressionnant en se dotant d’importants équipements publics et infrastructures de base diverses à la faveur de l’embellie financière dont jouit le pays avec le raffermissement des cours du pétrole.

    Cette extension urbaine se fait souvent sur des terres agricoles provoquant une baisse sensible de la SAU (surface agricole utile), notamment dans les régions du nord où se concentrent plus de 70% de la population du pays.

    Plus de 5 000ha perdus dans la région d’Alger

    Le détournement des terres agricoles de leur vocation initiale n’est pas un phénomène nouveau en Algérie. Pour illustrer l’ampleur de l’extension urbaine accélérée au détriment du foncier agricole, l’ancien ministre de l’Agriculture, Mohamed Elyas Mesli, dans son livre « l’agronome et la terre » a parlé de la dilapidation sans fin des terres agricoles. En se référant à des statistiques officielles, l’ancien membre du gouvernement citait les exemples de la ville d’Alger qui passe de 7 500hectares durant les années 1970 à 17 000ha actuellement et Annaba, à l’est du pays, qui s’étale sur 3 900ha alors que sa superficie ne dépassait pas 1 200ha.

    Pour le grand Alger, une étude qui a été réalisée à l’université de Blida souligne que « la wilaya d’Alger a enregistré une diminution de ses superficies agricoles de 5 074 hectares (15%) en l’espace de 16 ans. Soit une moyenne de 317 ha par an. Alors qu’une croissance urbaine constante a été observée entre 1987 et 2003, empiétant ainsi sur plus de 5 074 ha de terres cultivables pendant cette même période. Soit une augmentation de 53 % du territoire urbain ».

    Décidément, les terres agricoles sont loin d’être protégées malgré les différents textes réglementaires promulgués ces dernières années, à l’instar de la loi 10-03 relative à l’exploitation des terres relevant du domaine privé de l’Etat.

  • Virtus post nummos !

    Ce qui veut dire: "la vertu ne vient qu'après l'argent !» Et la sagesse vient après la richesse ? Mais alors, qui de l'un vient de l'autre, de la poule et de l'oeuf ? Si la poule ne fait pas le bonheur, qu'en est-il de l'omelette ? Et si son on casse des oeufs pour faire une omelette, ne risque-t-on pas de casser le bonheur ? Combien coûte un oeuf, en Algérie, en ces temps de pénurie où les poules prennent des pilules contraceptives ? Une coupure de 2000 DZ ? C'est à dire le prix d'une infraction routière ? Que choisir ? Encourir la colère du gendarme où flinguer la poule aux oeufs d'or ? L'aile ou la cuisse ? Pourquoi l'apiculture est en régression chez nous ? Quelle mouche a piqué ces abeilles ? Toutes ces questions sont terriblement anxyogènes. Et si la planche à billets émettait des coupures de 1000 DZ avec, imprimé dessus, une balance ? Symbole de la justice ? Les algériens, farceurs comme tout, voudront rajouter un panier sur cette balance. Nous pourrons dire alors " El kombass fe rass ou el queffa fel mizane". Ou un zaouche qui mange du mouskoutchou. C'est mieux que "In God We Trust". Riez, riez...rira bien qui rira l'immigré. On verra bien si vous avez autant d'humour pendant le ramadan qui, cette année, tombe en plein été.

  • L’ordre et la monnaie

    Taille du texte normale

    L’histoire est vraie et se passe sur une de ces routes sinueuses du pays, dansant à travers montagnes, platitudes et mornitudes. Se pensant comme chaque Algérien dans la solitude des déserts, un conducteur impatient grille une ligne continue pour doubler un vieux camion trop patient. C’était sans compter sur la vigilance des forces de sécurité. Un gendarme, vert comme une pomme encore dans son arbre, surgit et interpelle. Introduction, papiers et résumé de la situation plus tard, la sanction tombe. Froncement de sourcils et retrait de permis, ce qui est toujours mieux qu’une condamnation à mort.

    En bon Algérien, le conducteur essaie de négocier pendant qu’il cherche mentalement qui appeler, sa mère ou un colonel. Mais le gendarme est intraitable et lui explique que «même l’Emir Abdelkader ma ifrihalekch», ce qui se traduit par «même l’Emir Abdelkader ne pourra rien pour toi». Le conducteur, dépossédé de son histoire et de son titre de transport, comprendra plus tard l’énigme. Pourquoi invoquer l’Emir Abdelkader en ces temps aigris ? En fait, il ne s’agissait pas de l’Emir mais du billet de 1000 DA, sur lequel trône Abdelkader. Décodé, le message voulait dire ceci : 1000 DA ne te suffiront pas pour que je te pardonne. Il va falloir passer à 2000 DA, ce billet vert, aussi vert qu’un gendarme, et qui n’a toujours pas de surnom.

    Contrairement à cette route de campagne, cette histoire n’est pas isolée et confirme que l’inflation a atteint même la gendarmerie qui, sans émeute, a décidé de s’aligner sur les prix. Mais on le sait, la vie est chère et tout ce qui est hors de prix est inaccessible. L’argent adoucit les mœurs et un billet de l’Emir peut adoucir un gendarme, même anguleux. Il n’y a pas de morale à cette histoire, ou alors il faut la chercher dans la morale ambiante. On notera juste que l’Emir Abdelkader est le fondateur officiel de l’Etat algérien.

     

    Chawki Amari